Talend poursuit son développement… en France

Après l’ouverture cet automne d’un centre de R&D à Nantes et l’embauche d’une vingtaine d’ingénieurs, Talend continue de recruter et fait le point sur la maturité des entreprises en matière de big data en France.

laurentbride-300

Laurent Bride, directeur technique (CTO) et responsable France de Talend

En dix ans, Talend s’est imposé comme une référence sur le marché du big data et des solutions d’intégration cloud. L’entreprise, qui compte aujourd’hui 650 collaborateurs dans une dizaine de pays et plus de 1 300 clients dans le monde, est aussi devenue l’une des très rares entreprises technologiques françaises à s’introduire au Nasdaq l’été dernier… L’occasion de faire un point sur la maturité des entreprises en matière de big data, avec son directeur technique (CTO) et responsable France, Laurent Bride, à ce poste depuis plus de deux ans.

« Nous vendons toujours aux DSI et CIO, explique-t-il, mais de plus en plus aux dirigeants business. La frontière devient poreuse entre l’IT et les métiers. Ce sont eux aujourd’hui qui drivent les cas d’usage. » C’est pourquoi Talend étoffe son offre « self-service » pour faciliter la vie des utilisateurs, avec le lancement prochain des solutions Data Preparation (big data), data Streams (IOT) et Data Stewardship (gouvernance). « Il nous faut être moins technique et donner accès à la donnée et sa compréhension », poursuit-il.

L’IT ne serait donc plus souveraine de la donnée… « On voit de gros projets venir d’équipes de direction », précise-t-il. Et ceci, car l’accès aux technologies big data et analytics est devenu beaucoup moins coûteux.

Pour autant, si les sociétés américaines adoptent très très vite ces nouvelles technologies, ce n’est pas encore le cas des entreprises européennes. « Elles y vont également, mais sont plus réticentes sur le cloud et les données. C’est une question culturelle », commente Laurent Bride. Et de rappeler le récent partenariat stratégique signé avec T-Systems autour de son offre Infrastructure-as-a-Service (IaaS) : la filiale du groupe Deutsche Telekom utilisera ainsi la solution Talend Big Data Integration pour rationaliser la collecte et le nettoyage de données issues d’une grande variété de sources au sein de sa plateforme de services Big Data. Une façon pour Talend d’accrocher le marché allemand on premise.

Nantes, un point fort de son développement

Laurent Bride reconnaît également la fine connaissance des Français en matière de technologies et mathématiques et les réelles compétences de nos jeunes ingénieurs. Talend, qui a ouvert récemment un second centre de R&D à Nantes (après celui de Suresnes), est d’ailleurs plus que satisfait de la vingtaine d’embauches déjà réalisées.

« C’est au-delà de nos espérances ! A tel point que nous lançons d’ores et déjà l’embauche d’une vingtaine de collaborateurs supplémentaires sur le premier trimestre 2017 », dévoile-t-il. Des mathématiciens, des scientifiques, des développeurs, des spécialistes de l’interface utilisateur… D’ici à 2018, la société devrait compter plus d’une centaine de personnes à Nantes. « Ici, nous trouvons de vrais talents, au-delà du fait que la France pousse vraiment à la recherche. »

Un message optimiste de ce dirigeant, qui reconnaît que, depuis cet été, « ça part fort », mais ajoute vite que « tout est contrôlé. Talend a une gouvernance très balancée entre innovation et croissance ».

Chiffres clés

650 personnes, dont 250 environ en France

En 2015, Talend a réalisé un chiffre d’affaires de 76 millions de dollars (68 millions d’euros).

 

Lire aussi l’interview de Bertrand Diard, Co-fondateur de Talend et président de Tech In France.


Laisser un commentaire

Espace abonnés