France Fleurs, le grossiste qui a éclos sur le web

France Fleurs, un grossiste bordelais, s’est ouvert aux particuliers suite au lancement de sa boutique en ligne en 2011. Depuis cinq ans, cette entreprise familiale cherche sans cesse de nouveaux moyens pour mieux connaître ses clients et améliorer leur expérience. Début 2016, elle a choisi la start-up Brainify pour l’accompagner.  

France Fleurs compte une dizaine de salariés. © France Fleurs

France Fleurs compte une dizaine de salariés. © France Fleurs

Vous connaissez sûrement Interflora, un des leaders de la livraison de fleurs. Vous ne connaissez peut-être pas France Fleurs, un grossiste bordelais. Pourtant, cette entreprise familiale fondée en 1993 a fait parler d’elle ces dernières années. Un site e-commerce en 2011, une « Wedding box » en 2015, l’offre « Monsieur Fleurs » pour venir au secours des hommes en 2016…elle n’a pas chômé ! Dernière actualité en date : l’adoption de Brainify, une solution de pilotage dédiée aux petits et moyens e-commerçants. Depuis qu’elle a lancé sa boutique en ligne, France Fleurs ne parvenait à obtenir des chiffres fiables de son activité. Alors que les ventes online ne représentaient que 5% du chiffre d’affaires en 2012, elles concernent aujourd’hui 42 % de ses revenus ! Grâce à sa veille permanente sur les sujets d’innovation, elle a découvert Brainify, une start-up bordelaise fondée en 2014 par Eric Senechal, Sébastien Bruhat et Pawel Visor. « Je trouve qu’ils portent très bien leur nom. C’est une solution intelligente et une équipe qui a bien réfléchit aux attentes et besoins des commerçants », assure Frédéric Dejeanty, gérant de France Fleurs.

La jeune pousse n’avait pas encore finalisé son produit lorsqu’elle a rencontré le grossiste. Elle lui propose donc de tester la version bêta début 2016. Concrètement, sa solution analyse rapidement les indicateurs stratégiques de leur activité. Pour ce faire, elle récupère des données comme le catalogue produit ou l’historique des commandes, et surtout, pose un tracker sur l’ensemble des pages du site. Il lui permet donc de suivre en temps réel chaque visiteur et d’analyser le comportement de leur souris. Brainify en déduit un centre d’intérêt, un état comportemental, avec un focus les changements d’actions. « Nous sommes capables de détecter une personne sur deux qui est intéressée et qui va partir. A partir de là, nous pouvons proposer une meilleure expérience utilisateur pour chaque visiteur », assure Eric Senechal.

Une aide à la prise de décision 

Suite à cette expérimentation, France Fleurs a tiré deux bénéfices. Le premier est tout simplement le gain de temps. « Quand je fais le point avec mes équipes, j’ai un niveau de lecture simple et rapide. C’est très important car nous n’avons que 10 minutes à consacrer à une réunion », assure Frédérique Dejeantry, le gérant. Le deuxième est une meilleure connaissance de son commerce. « La solution m’aide à prendre des décisions au quotidien et améliore notre cross-selling (ndlr, la vente d’un produit complémentaire) », confie le patron du grossiste. Au final, Brainify a permis à cette société d’une dizaine de salariés de décrypter l’état émotionnel de 50 % des visiteurs de son site. A terme, les équipes espèrent convertir 20% de l’audience en clients. L’aventure avec Brainify ne s’arrête pas là puisque France Fleurs teste actuellement sa solution de recommandation. 

Cette expérience s’inscrit dans la transformation entamée début des années 2000 avec le lancement d’un « site vitrine ». « France Fleurs ne ressemble plus à l’entreprise de 1993, tant sur le métier en lui-même que sur la place de nos collaborateurs. Par exemple, le poste de préparateur de commandes a disparu et s’est transformé en fleuriste », souligne Frédéric Dejeanty. Le grossiste s’est aussi entouré d’un profil marketing et de deux personnes dédiées au e-commerce. En 2017, France Fleurs compte encore renforcer les équipes, développer les outils digitaux, et scinder son activité e-commerce avec celle de ses nouvelles offres (la « Wedding box » et « Monsieur Fleurs »). Prochain projet dans les cartons : faire davantage de web-to-store. 


Laisser un commentaire

Espace abonnés