Avec l’ICO, le BCG veut convertir les industriels français au 4.0

Le Boston Consulting Group (BCG) lance l’Innovation Center for Operations (ICO), un centre d’expérimentation de l’industrie 4.0, sur le Plateau de Saclay. Une façon de « mettre les mains dans le cambouis » pour tous.

La ligne pilote par procédé est une ligne de fabrication de bonbons

La ligne pilote par assemblage est une ligne de fabrication de scooters © Valérie Jouffray

Pour Olivier Scalabre, directeur associé senior au BCG* et responsable de l’expertise Opération pour l’Europe, l’industrie 4.0 est une chance pour la France, notamment pour stopper l’hémorragie des emplois ! Robots collaboratifs (ou cobots), impression 3D, réalité augmentée, big data… Toutes ces technologies, dont les coûts sont désormais plus acceptables, sont porteuses d’une révolution industrielle de grande ampleur et apportent leur lot « d’opportunités historiques » à saisir en termes de productivité et de flexibilité (voir chiffres en bas de page). « Aujourd’hui, des pays qui, comme la France, subissent la désindustrialisation, ont une opportunité unique de reconstruire un avantage compétitif. A la condition d’avoir la bonne vision et de faire les bons choix d’investissements en termes de technologies et de méthodes de production. L’Innovation Center for Operations pourra les y aider », commente-t-il.

Selon lui, « l’industrie 4.0 va profondément modifier l’équilibre de la production mondiale en permettant de relocaliser les usines au plus près des consommateurs avec des unités de production plus petites, plus agiles et plus respectueuses de l’environnement. » Et si vous vous inquiétez pour l’emploi, soyez rassurés : « Certes, il y aura moins de personnes sur ces sites de production (- 15 % environ), mais il y aura davantage d’usines ».

Evidemment, pour le dirigeant, c’est encore mieux si l’on visualise de quoi il s’agit concrètement quand on parle d’industrie 4.0… Aussi, pour permettre aux industriels de concrétiser et d’accélérer leur transformation, le Boston Consulting Group crée l’ICO (Innovation Center for Operations), un espace de 1 200 mètres carrés, situé à 30 minutes de Paris sur le Plateau de Saclay, semblable à une petite usine grandeur réelle. Une démarche tout à fait inhabituelle.

Des opérateurs à former à la data

Cette usine pilote, que le BCG a entièrement financée et qu’il gère avec une quinzaine de salariés, dispose de deux lignes de production, l’une d’assemblage (scooters) et l’autre de process (bonbons), bourrées de technologies et savoir-faire de l’industrie 4.0. En démonstration : des cobots que les opérateurs peuvent programmer facilement et directement. Ces robots collaboratifs réalisent des tâches à faible valeur ajoutée, ce qui libère du temps aux opérateurs. Tout autour déambule un ballet de chariots autoguidés (MIR), qui sont eux capables de contourner les obstacles.

En démonstration également, des dispositifs de réalité augmentée (tablette ou lunettes par exemple) avec lesquels les opérateurs ont un accès immédiat aux bons gestes et même, dans certains cas, à des experts intervenant à distance (sur de grosses installations industrielles à l’international par exemple). Quant aux écrans, ils sont partout, soit pour valider différentes étapes du travail de l’opérateur, soit pour suivre en temps réel l’évolution de la production (en vue de détecter les anomalies) ou encore pour accéder aux données en temps réel (énergie, contrôle paramètres de production…) de l’usine. Enfin, les pannes sont bannies grâce à la maintenance prédictive qui s’impose de plus en plus dans les ateliers.

Toutes ces technologies ont été sélectionnées en toute neutralité par le BCG et seront testées par les clients. Toutefois, « on challenge les prestataires et l’on voit si ça marche », précise Moundir Rachidi, directeur des activités opérations en France et du projet ICO, qui regarde de près tout ce qui se fait en France sur le sujet, autant à Usine IO (Paris XIII) que dans certains incubateurs dédiés à l’industrie, tel celui ouvert récemment par le groupe pétrolier Total. « Au-delà de sélectionner les bonnes technologies, l’ICO permet d’appréhender concrètement leur intégration entre elles, les contraintes liées à leur mise en place et les modalités d’exécution rapide pour améliorer les performances industrielles de manière massive et pérenne », ajoute-t-il Car c’est bien l’enjeu majeur de la nouvelle révolution industrielle : la connectivité entre les systèmes.

Ainsi, comme Accenture et son « innovation center » ouvert récemment dans le XIIIème arrondissement de Paris, le BCG, grand cabinet de conseil en stratégie*, innove lui-aussi au plus près de ses clients. D’une part, car le métier de consulting évolue et que les clients n’attendent plus la même proposition de valeur, mais, d’autre part, car il faut encore prouver aux dirigeants l’intérêt de foncer vers ce « nouveau monde » qui leur fait si peur… « C’est surtout valable en France [le BCG n’a pas créé un tel centre en Allemagne], où l’on voit un frein psychologique global sur cette thématique ».

Les industriels français favorisent de fait les sujets technologiques entourant l’industrie 4.0 comme la gestion et la sécurité des données ; les tableaux de bords numériques ; les réseaux sociaux business et le management de la performance en temps réel… ; quand les Allemands priorise la digitalisation des processus industriels « cœur » comme la supply chain digitale, la réalité augmentée ou la maintenance prédictive… Une approche beaucoup plus pragmatique en quelque sorte.

Un écosystème innovant à animer

L’étude que présente en parallèle le BCG le confirme : « Aujourd’hui, seuls 8 % des tâches – les plus simples – sont automatisées dans nos usines françaises. Ce chiffre devrait passer à 25 % dans les dix ans qui viennent ! » D’où l’importance, selon le cabinet de conseil, de venir « s’immerger » à l’ICO, pour comprendre tous ces enjeux, expérimenter et tester différentes solutions afin de se préparer à leur futur déploiement interne (une bascule qu’Olivier Scalabre estime venir d’ici à deux ans).

D’ailleurs, pour accélérer et être toujours « pionnier » en terme d’innovation, outre un comité scientifique en cours de constitution pour l’y aider, l’ICO veut « animer » un écosystème pertinent, qui accueille aussi bien des acteurs académiques comme CentraleSupelec (des étudiants viendront sur le site se former régulièrement) et des startups technologiques françaises (Braincube, Surycat, iObeya, Metron, Diota, Mesotechnic…) que des groupes internationaux spécialisés comme Kuka, Infeeny (Econocom), Fanuc, Rethink Robotics, Universal Robot ou Tulip et des majors comme Dassault Systemes ou Microsoft (notamment sur la réalité augmentée).

On peut toutefois s’étonner de ne pas trouver dans cette liste des acteurs aussi actifs dans l’innovation industrielle que General Electric (qui vient d’ouvrir une Digital Foundry à Paris), SAP, Schneider Electric, Cisco (qui a signé un gros contrat avec Thales) et consorts… « Nous avons engagé des discussions avec certains grands acteurs internationaux », conclut Moundir Rachidi. En attendant, le carnet de RDV de l’ICO est plein jusqu’en novembre.

* un groupe mondial de 10 500 salariés, répartis dans 82 bureaux, couvrant l’ensemble des opérations industrielles dans tous les secteurs.

Pour aller plus loin

Lire notre grand dossier sur L’Usine du Futur.

Industrie 4.0 : des opportunités uniques de gains de flexibilité et de productivité

Flexibilité

  • Temps de montée en cadence : baisse de -50% à -60%
  • Temps de changements : baisse de -20% à -60%

Productivité

  • Coût matière première : baisse de -2% 
  • Coût de fabrication : baisse de -10% à -20%

Agilité de la chaîne d’approvisionnement

  • Montants des stocks : baisse de -10% à -30%
  • Coûts de transport : baisse de -7% à -15%
  • Chiffre d’affaires : hausse de +2% à +10%

Source : BCG


Laisser un commentaire

Espace abonnés