La fluidité du #ShowHello d’Orange

Ce matin avait lieu le grand show Hello d’Orange, piloté par Stéphane Richard himself. Cette année, ça se passait au Carrousel du Louvre, à Paris, dans une immense salle cerclée d’écrans géants où se projetaient les unes après les autres les nouveautés 2016 du groupe. Reportage.

Stéphane Richard au show Hello d'Orange © médiathèque Orange

Stéphane Richard au Show Hello d’Orange 2016 © médiathèque Orange

« Bienvenue dans une nouvelle ère !… Bienvenue dans le réseau Orange de l’innovation ! », lançait ce matin, Stéphane Richard, PDG d’Orange, très à l’aise sur cette immense scène pour démarrer le Show Hello, entouré d’écrans géants et devant une salle bondée.

C’était la quatrième édition de ce format à la « Steve Jobs », durant lequel le groupe de télécommunications a dévoilé sa Nouvelle Livebox et ses dernières innovations dans l’Internet des Objets. « Tous les objets connectés rythment notre vie quotidienne désormais, a rappelé Stéphane Richard. Il y en aura 25 milliards en circulation d’ici à 2020. »

Je ne m’étalerai pas sur les possibilités infinies qu’offre la technologie LoRa® (Long Range) d’un réseau bas débit… J’ajouterai seulement que pour densifier le déploiement de son réseau, Orange compte équiper d’une lampe LoRa, le domicile de 5 000 de ses salariés. Celle-ci agira comme un point de relais supplémentaire du réseau et pourra même localiser des balises reliées aux objets du choix de l’utilisateur (clés, voiture…).

La  Lampe LoRa © Médiathèque Orange

La Lampe LoRa © Médiathèque Orange

Dans cet enchaînement d’annonces, la plus attendue et la plus « orchestrée » (suspense oblige !), a été évidemment la « Nouvelle LiveBox »… avec une expérience immersive en 360° et en réalité virtuelle faite par le cinéaste Luc Besson, qui avait fait le déplacement dans la pièce d’à côté… Trop rapide et frustrant.

Mais, revenons à cette « nouvelle » LiveBox, vue par l’opérateur comme le « coeur numérique » de la maison. Commercialisé avant l’été, elle ne dépasse pas les 5 centimètres d’épaisseur (ouf !) et a la même largeur qu’un ampli classique. Surtout, elle a été très simplifiée : plus besoin de câble, la Nouvelle Livebox est « smart » et communique automatiquement grâce à une liaison Wi-Fi. Si elle est raccordée à l’arrivée de la fibre ou de la ligne DSL, le décodeur ultra HD peut rester indépendant. Vous pouvez donc le mettre dans une autre pièce si vous voulez !

Et si, comme moi, vous vous perdez dans les boutons, la télécommande a aussi été revisitée : dotée de moins de commandes, elle a une autonomie plus longue et fonctionne en Bluetooth. Plus besoin de viser le décodeur pour changer de chaîne… (ouf encore !)

Mais bon, je ne vais pas vous lister toutes les nouveautés (à vous de juger) qui se sont enchaînées durant une heure (voir lien tout en bas), je voudrais surtout vous parler de mon expérience en tant que « visiteur » à ce show… Peu de personnes l’ont peut-être remarqué, mais là aussi il y avait de l’innovation ! Et, dans ce domaine, Orange a particulièrement fait fort.

D’abord, l’invitation elle-même, totalement épurée (1 minute maxi pour la lire !). Envoyée par mail, il suffisait ensuite de cliquer sur « Inscription / Registration » pour confirmer sa venue et l’affaire était réglée. Cela peut sembler stupide que de le dire, mais en tant que journaliste, je ne compte plus le nombre de fois où je dois ressaisir mes coordonnées « complètes » quand je m’inscris à un événement…

Ceci fait (c’est-à-dire une fois cliqué sur le bouton « Oui, je m’inscris »), j’ai reçu dans la seconde qui suit un mail de confirmation m’indiquant : « Nous avons le plaisir de vous informer que nous avons bien pris en compte votre présence au show Hello 4… ». Terminé.

Ça, c’était il y a un mois environ… Et il y a deux jours, un autre mail m’adressait l’invitation dotée d’un flashcode, dont il fallait se munir pour entrer au Carrousel (en version mobile ou papier).

Jusque-là, rien d’original, me direz-vous. Mais ce n’est pas fini !

Ce matin, en arrivant, une fois le flashcode « flashé » et la fouille habituelle de mon sac terminée, me voilà devant le vestiaire. On me munit d’un fin bracelet de tissu de couleur orange (assez classique), mais à l’intérieur duquel se cache en fait une mini puce…

A quoi va-t-elle donc me servir ? Et bien A m’éviter d’abord la queue au vestiaire. De fait, tout va super vite et plus besoin de s’encombrer d’un ticket pour la consigne… (Bravo, je les égare toujours).

Ensuite, et pour ceux qui ne le savent pas, Orange offre systématiquement un cadeau à toutes les personnes présentes à son grand show (est-ce pour cela qu’il y a tant de monde ?…). L’an dernier, c’était des cartes de connexion aux chaînes OCS. Cette année, chaque invité a reçu un téléphone NeoRetro. Merci Orange.

Evidemment, certains petits malins osaient repasser deux fois au comptoir des cadeaux… Avec cette petite puce, terminé ! Comme votre passage a été enregistré, tout est contrôlé. Et tout cela sans vous en rendre compte…

De nombreuses start-up partenaires

La société à l’origine de cette « expérience de fluidité » est Famoco, une start-up parisienne créée en 2010 et spécialisée dans le développement de terminaux NFC fonctionnant sous Android.

Dirigée par Nicolas Berbigier (président), Lionel Baraban (CEO) et Olivier Cechura (CMO), Famoco a conçu un lecteur universel de cartes sans contact, équipé d’un module 3G, capable de gérer toutes les applications avec une plateforme ouverte qu’il est possible d’administrer depuis le cloud et disposant d’un SAM (Secured Access Module) pour la sécurité des données.

A l’image de ce qui s’est passé ce matin, ce lecteur « universel » peut servir à boucler des transactions ; recharger des cartes prépayées ou de transport ; pointer dans une entreprise, ou encore de gérer des flux d’achat et de vente lors de manifestations culturelles.

L’an dernier, Famoco a intégré le Hub de bpifrance à Paris, après avoir levé 4 millions d’euros auprès de Hi Inov, Ambition Numérique (fonds géré par bpifrance dans le cadre du PIA) et Aurinvest, notamment pour la R&D et se développer à l’international.

A ce show, Famoco n’était pas la seule start-up française présente, Stéphane Richard a également parlé du partenariat exclusif d’Orange avec Reminiz (Paris) lors de la présentation de la Nouvelle Livebox. L’application de reconnaissance faciale de cette jeune pousse parisienne, appliquée au cinéma et à la vidéo, sera bientôt disponible sur les box du fournisseur d’accès.

De même, Orange s’est adjoint les compétences de Wildmoka, basée à Sophia-Antipolis, qui édite une plateforme permettant aux médias télévisuels de faire vivre leur marque sur le numérique (valorisation de moments clés ou d’archives, de contenus spécifiques sur les réseaux sociaux…). Si Reminiz (22 salariés) n’a pas encore levé de fonds, Wildmoka a quant à elle décroché 2 millions d’euros fin 2015 pour accélérer son développement à l’international, notamment aux Etats-Unis. Une façon très concrète de voir comment Orange a su tirer parti des start-up de la French Tech !

Bientôt 1 million d’abonnés à la fibre

Le français Orange est l’un des principaux opérateurs de télécommunications dans le monde, avec un chiffre d’affaires de 40 milliards d’euros en 2015 et 156 000 salariés, dont 97 000 en France. L’an dernier, Orange a gagné plus de 1,3 million de clients mobiles en France, pour un total de 28,4 millions (dont 8 millions en 4G) à fin décembre. Sur le réseau fixe (10,7 millions d’abonnés), les gains de l’année ont été portés par la fibre qui comptabilisait fin 2015, 960 000 abonnés. Le million devrait être dépassé prochainement si ce n’est déjà fait.


L’intervention complète de Stéphane Richard, PDG d’Orange

Le détail de toutes les annonces de ce matin

A lire également :

La télévision entre dans l’âge internet


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *