La blockchain, tiers de confiance universel ?

Après le bitcoin, c’est à la blockchain de faire le buzz sur les réseaux sociaux. Un nombre croissant d’acteurs investissent temps et argent dans cet « Internet des transactions », allant du paiement à la notarisation des documents, le crowdfunding ou, encore, le travail collaboratif.

blockchain-bitcoin-article

La blockchain est devenue un réel centre d’intérêt pour les banques. Cette technologie permet de sécuriser des échanges d’informations – et donc des transactions. Et selon une étude de Magister Advisors, le Top 100 des institutions financières mondiales va y investir un milliard de dollars d’ici à 2017. © Fotolia

Plus d’une centaine de personnes assistaient, le 10 décembre dernier, à la Blockchain Business Conference, organisée par le groupe Finyear. Preuve s’il en est de l’engouement suscité par cette technologie ! Directeurs de l’innovation ou de la finance, DSI, CDO, banquiers… Tous souhaitaient mieux comprendre les enjeux et la promesse de la blockchain. « C’est le socle idéal pour améliorer et surtout modifier profondément l’existant », s’enthousiasme Pierre Porthaux, ancien trader reconverti dans le conseil et fondateur de Blockchain Solutions. Ce nouveau protocole permet, en effet, de transférer n’importe quel type d’actif directement et instantanément entre des entités, sans utiliser de tierce partie, ni d’intermédiaire (lire encadré). Ce faisant, il redéfinit les transactions et le back-office d’une multitude d’industries. « Mais, prévient Eric Larchevêque, président et cofondateur de la start-up Ledger, la sécurisation de la blockchain est assurée par la décentralisation et un système de minage. Seul le fait que le bitcoin ait une valeur marchande motive les mineurs pour participer à l’effort de sécurisation. Une blockchain sans bitcoin n’est rien d’autre qu’une base de données distribuée, on parle alors de blockchain privée, qui n’a rien d’irrévocable. » Pour Fabrice Drouin, cofondateur d’Acinq, il sera bientôt possible pour une autre blockchain de bénéficier du système de minage bitcoin : « C’est le principe des sidechains, basé sur le transfert de monnaie d’une chaîne vers l’autre. » Le problème de scalabilité de la blockchain de bitcoin, limitée à sept transactions par seconde, contre plusieurs dizaines de milliers pour des systèmes comme celui de Visa, pourrait être résolu par le Bitcoin Lightning Network, un projet open source de réseau de paiement construit au-dessus de bitcoin et piloté par Blockstream (Etats-Unis) sur lequel Acinq travaille.

Les trois cas d’utilisation qui suivent ne montrent qu’un aperçu de la richesse de la blockchain, même si quasiment toutes ces entreprises travaillent encore sur la « preuve de faisabilité » de leur produit ou service. « C’est comme une société spécialisée dans un domaine scientifique qui travaillerait en même temps sur un sujet de recherche fondamentale, tout en faisant de l’appliqué. C’est du jamais vu ! », constate Jean-Michel Pailhon, expert en Fintech. Mais si les obstacles techniques et réglementaires sont encore nombreux pour que cette technologie révolutionnaire se répande dans l’économie, certains lui prédisent le succès avant cinq ans. 

  1. Des paiements et transferts d’argent ultra-compétitifs

’il y a bien un domaine dans lequel la blockchain devrait percer, c’est celui des moyens de paiement. Paymium, la place de marché Bitcoin cofondée en France par Gonzague Grandval, l’a bien compris et travaille au développement d’applications mobiles d’encaissement de paiements électroniques en bitcoins avec remise instantanée en euros, notamment dans le cadre d’un partenariat avec Ingenico. « L’intérêt pour le marchand est de pouvoir accepter des paiements du monde entier sans avoir à payer de frais de carte bancaire. Pour l’utilisateur, ce système permet non seulement d’éviter tout risque de piratage, mais aussi de ne pas avoir à décliner son identité, contrairement au paiement en ligne », affirmait-il lors du Fintech Startup #9. La technologie est également adaptée aux micropaiements et aux transferts d’argent, qui peuvent s’effectuer de manière quasi instantanée. La blockchain est aussi disruptive en matière de coût : alors que, dans le fret, les primes d’assurance peuvent représenter 15 % du coût des transactions dans les pays où les réseaux bancaires sont peu connectés, le coût d’une transaction effectuée sur le réseau blockchain de bitcoin s’élève,  lui, à moins de 0,01 %. 

  1. Un rôle d’incubateur

Laurent Leloup, dirigeant de Finyear, s’est associé à Sébastien Jehan pour lancer Chaineum. « La blockchain permet de nouveaux modèles collectifs, explique Sébastien Jehan, son CTO. Le porteur d’un projet s’inscrit en ligne sur notre plate-forme et, après avoir déterminé le montant d’investissement nécessaire, propose son projet. Si la communauté croit en ce projet, elle contribue. Le porteur de projet, de son côté, peut accepter ou refuser les innovations proposées par d’autres contributeurs. » L’évaluation est gérée de manière consensuelle. Le développeur peut avancer dans ses recherches sous forme de contrats faits à la demande, avec une validation dans la blockchain. La gestion des conflits se fait automatiquement à l’aide d’un algorithme qui rend les choses fluides et évite tous les retours en arrière. Lorsqu’un prototype a été mis au point à l’aide de cette équipe distribuée, Chaineum prend le relais sous la forme d’un incubateur classique. Les personnes qui ont contribué au départ voient leur contribution mesurée et deviennent actionnaires de la société en fonction du travail fourni. « Ce système résout les blocages liés à la création de projets innovants (trouver les associés, créer une structure et une équipe cohérente, définir qui possède quoi au départ, créer une “proof of concept”…) dans le cadre d’une organisation transparente, ouverte et sécurisée », conclut Sébastien Jehan. 

  1. Connectée au système légal

« Mineur » de bitcoins depuis l’âge de 13 ans, Louison Dumont part en Californie après avoir décroché son bac, et y crée son premier prototype de système d’authentification de document (SealX), suivi de GeniusX, un outil destiné à protéger la propriété intellectuelle des auteurs, artistes, etc. En février 2015, il intègre Boost VC, un intégrateur dédié aux start-up bitcoin et à la réalité augmentée, où il développe sa plate-forme BitProof et commence à authentifier et coder des diplômes des étudiants de la Holberton School à San Francisco, le service devant être prochainement étendu à de nombreuses universités outre-Atlantique. Fin 2015, il lance Peter, un service d’avocat automatique, afin d’aider les start-up et PME de moins de 50 personnes n’ayant pas les moyens de s’offrir les services d’un avocat pour légaliser et certifier leurs documents : « 40 % des contrats sont des contrats types, tels que des contrats d’investissement ou des accords de confidentialité, avance Louison Dumont. Ils peuvent être générés par de l’intelligence artificielle. Si le contrat se complexifie, nous mettons un humain derrière la machine et celle-ci sera capable de reproduire un contrat du même type à partir du modèle établi par l’humain. » Le service fonctionne sous forme de pilote en Californie et à New York, le temps de résoudre les problématiques de licence : « Nous avons déjà plusieurs milliers de clients potentiels, prêts à payer », poursuit Louison Dumont. 

Comment ça marche ? Le client contacte Peter par e-mail comme un avocat classique. Chaque partie signe le contrat par e-mail. La signature du contrat ainsi que le contrat lui-même sont certifiés dans la blockchain grâce à l’envoi d’une petite somme d’argent sur le réseau Bitcoin (de l’ordre de 3 cents), permettant d’inclure une empreinte hash d’une quarantaine de caractères – algorithme de protection constituant l’ADN du document – dans la transaction. De cette façon, il n’est pas possible de modifier ni de remettre en cause le contrat après signature. Outre la certification, Peter s’occupe de toutes les étapes de développement et de dématérialisation des contrats.

Une technologie basée sur le consensus

La blockchain est une base de données open source, décentralisée et distribuée via des nœuds connectés dans le réseau (il en existerait environ 6 000 dans le monde). Elle sert à stocker des données comptables et ne peut être ni modifiée, attaquée ou arrêtée. A chaque fois qu’un nœud veut ajouter une information, il lance une requête sécurisée dans tout le réseau. Les nœuds du réseau en ligne (les « mineurs » dans le cas du bitcoin) en vérifient la validité par consensus, puis ajoutent cette information dans le registre sous forme de bloc ; chaque bloc ajouté est lié au bloc précédent par un procédé cryptographique. Le système est programmé pour valider et générer les blocs d’information toutes les dix minutes, réordonnant chronologiquement les requêtes et éliminant les problèmes de double dépense. A chaque création d’un bloc d’information et à chaque ajout aux précédents, une copie de l’intégralité de la blockchain est envoyée à tous les nœuds du réseau. Si certains nœuds sont hors ligne et manquent plusieurs blocs, ils récupèrent l’intégralité de la blockchain à leur reconnexion, et vérifient que les ajouts sont conformes à la version de la blockchain qu’ils possédaient.

A lire également

Le bitcoin, une monnaie plutôt tendance


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Espace abonnés