Collaboratif – Trois questions à… Daniel Kaplan, Fing

rencontre avec Daniel Kaplan

Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation Internet nouvelle génération (Fing)

Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation Internet nouvelle génération (Fing) a répondu à nos questions concernant l’économie collaborative, les Fab Labs et la production industrielle.
Propos recueillis par Isabelle Repiton

 

Economie collaborative ou économie du partage… Qu’y a t-il de commun entre l’auto-partage et les FabLabs par exemple, ces ateliers ouverts de fabrication numérique ?
Les mots « collaboratif » ou « partage », qui ont une connotation positive, une idée de lien social, sont porteurs de malentendu. Quand quelqu’un loue son appartement à un voyageur sur Airbnb, il n’y a pas « collaboration », mais partage d’une capacité excédentaire contre de l’argent. Je préfère parler d’une économie de pair-à-pair (p2p), « horizontale », avec ou sans échange monétaire. Le point commun est que des individus, qui ne sont pas des professionnels, font des choses ensemble, ont recours les uns aux autres, souvent par l’intermédiaire de plateformes numériques qui ont permis un changement d’échelle de ces dispositifs.

 

Ce fonctionnement en réseau « p2p » va-t-il bouleverser à terme la production ?
Prédire l’ampleur que cela prendra, affirmer que grâce aux FabLabs, toute la production pourrait être relocalisée et distribuée dans de petites unités, cela reste très incertain. Et ce n’est pas forcément plus efficace, si l’on tient compte du transport des matières premières, de la gestion des déchets, de la complexité de reconfigurer des machines pour changer une production, de la nécessité de contrôle qualité, de normes pour la sécurité des consommateurs, de l’environnement. Mais ces dispositifs déstabilisent les modèles existants, incités à devenir plus efficaces. Il était devenu évident, à l’ère industrielle, de laisser faire les professionnels. Ces systèmes viennent s’insérer avec une nouvelle proposition. La réalité sera une cohabitation, une concurrence-coopération de différents systèmes qui se stimuleront. Mais, pour le voir émerger, il faut pouvoir expérimenter et ne pas laisser les acteurs en place tout verrouiller.

 

Et l’innovation ?
Les dispositifs d’innovation vont changer en profondeur. Les idées vont circuler plus vite entre les personnes, en amont et en aval. Tous les secteurs seront secoués, comme on l’a vu dans le domaine du logiciel. Pourtant le logiciel libre n’a pas tout remplacé. Les grands du logiciels ont trouvé des parades, en migrant vers le Cloud, le logiciel loué à la demande (Sofware as a service ou Saas). Les groupes industriels vont aller chercher des idées autrement, des applications dans d’autres secteurs, apprendre à travailler avec plus petits qu’eux. L’exemple de Wikispeed et sa voiture prototypée en quelques mois, en dehors des cycles habituels de l’automobile, est l’illustration du rôle croissant que vont jouer ces dispositifs dans les cycles de l’innovation et de sa valorisation. 

 

Cet article est extrait du n°6 d’Alliancy, le mag – Découvrir l’intégralité du magazine

 

Lire aussi : Innovation – Le collaboratif bouscule l’industrie

Photo : Fing


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current ye@r *

Commentaire

  1. Bravo pour cette clarification salutaire collaboratif vs p2p, « horizontal » ! Enfin un avis clair sur le sujet !

    bouleverser la production industrielle par le P2P, en effet c’est « incertain »

    bouleverser la production de services par le P2P l’est beaucoup moins, parce que toutes les contraintes citées et liées à la production physique, n’existent pas dans ce cas

    et rappelons le, les services sont beaucoup plus gros que l’industrie

Le Numérique dope la collaboration