Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Compétences – Les maths, indispensables dans le numérique?

En avançant dans leurs études, les élèves sont de plus en plus anxieux face aux maths, matière sélective par excellence qui menace de peser sur leur avenir. En avançant dans leurs études, les élèves sont de plus en plus anxieux face aux maths, matière sélective par excellence qui menace de peser sur leur avenir. Dans le domaine des TIC, qui recrute fortement et pour de nombreuses années encore, ne pas avoir de bonnes notes en maths est-il un handicap ?

Qui dit compétent en technologie pense aussitôt profil scientifique. Et qui dit profil scientifique sous-entend très souvent « matheux ». Les technologies de l’information et de la communication (TIC) n’échappent pas à ce raccourci qui s’apparente – en France surtout ! – à une sorte d’axiome, une vérité admise inutile à démontrer.

Les forts en maths, qu’ils sortent de l’une des prestigieuses écoles d’ingénieurs françaises ou, phénomène plus récent, d’une université, sont, dans ce secteur économique en pleine explosion, comme des poissons dans l’H2O. Ils lui fournissent, année après année, de forts contingents de têtes bien faites. Le lien entre les TIC et les mathématiques semble d’ailleurs si naturel que le ministère de l’Éducation nationale édite une lettre d’information au titre sans équivoque, La Lettre TIC’Edu Mathématiques, sur les usages, les ressources et les actualités de la discipline concernant la mise en œuvre des « Tice »*.

Outre-Atlantique, dans la Mecque des TIC, le tandem fonctionne aussi très bien. En Californie, les entreprises de la Silicon Valley réclament des ingénieurs à cor et à cri. À tel point qu’elles font pression sur leur président, Barack Obama, et sur son administration pour que les frontières du pays soient davantage ouvertes aux ingénieurs et informaticiens du monde entier, notamment aux Indiens, attendus pour phosphorer au pays d’AT&T ou de Google**.

 

Cet article est un contenu premium.
Pour continuer à le lire et accéder à l’intégralité d’alliancy gratuitement, nous vous demandons simplement de vous identifier - sans plus d’engagement!
Je m'identifie