Edito Alliancy N°16 – À nouvelle ère, nouvelle formule

Catherine Moal, rédactrice en chef d’Alliancy Le Mag

Catherine Moal, Rédactrice en chef d’Alliancy, le mag

Jusqu’ici, il s’agissait «d’expliquer» la transformation numérique. Nos quatre ans d’existence ont permis de tisser un réseau dense de contributeurs et de lecteurs. Désormais, Alliancy, le mag passe à l’acte ! Plus un seul dirigeant en France ne doute que la révolution numérique est partie pour durer : elle chamboule peu à peu toutes nos organisations et secteurs d’activité. Cela a commencé dans le B to C avec les grandes plateformes disruptives des Uber, AirbnB et Booking (pour ne citer qu’elles). Une même vague de fonds commence à déferler dans le B to B. Il faut que les dirigeants d’entreprises sachent contrer cette «nouvelle» concurrence, mais surtout construire de nouveaux modèles économiques et se réinventer.

La nouvelle formule d’Alliancy, le mag que vous tenez entre les mains est là pour repérer ces changements, les raconter et en donner les clés. Au travers d’exemples opérationnels, nous donnerons la parole aux «faiseurs». Nous décrypterons les stratégies numériques d’entreprises pionnières, déclinées autour de cinq piliers : l’humain, la data, la connectivité, la sécurité et le système d’information.

Dans chaque numéro, un grand thème sera approfondi de façon transversale. Cette fois, nous traitons de la gouvernance de ce changement: «Qui pour piloter la transformation ?» Depuis quelque temps, au plus haut niveau des sociétés, nous voyons émerger de nouvelles convictions. La valse des chief digital officer (CDO) de ces derniers mois le prouve. Dans le numérique, les entreprises passent désormais à l’exécution à grande échelle et préfèrent confier cette mission à des hommes du sérail.

Mais les mentalités peuvent encore évoluer. L’impératif du retour sur investissement auquel sont soumis les dirigeants doit pouvoir être «desserré». Le middle management peut trouver la confiance et ne pas être en posture défensive. Et la créativité des collaborateurs doit être libérée pour imaginer de nouveaux produits ou services. Le défi, sociétal encore plus qu’entrepreneurial, est de trouver un juste équilibre entre facteur humain et numérique, un équilibre en perpétuelle reconstruction.

Bonne lecture à tous, en vous souhaitant une excellente année 2017 !

PS. Notre prochain numéro traitera d’intelligence artificielle ●

 


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *