La garantie de services dans le cloud fait partie intégrante de la transformation digitale

Le cloud est au cœur de la transformation des entreprises modernes. Il favorise l’émergence de nouvelles venues orientées à 100 % sur le digital et bien plus agiles et innovantes que leurs aînées. Qu’il s‘agisse d’une start-up comme Uber avec son modèle de services convaincant en matière de transport urbain ou d’une société bien établie qui s’implante sur de nouveaux marchés comme General Motors avec sa prise de participation dans la société de VTC Lyft, les entreprises adeptes du cloud sont à l’origine de nouveaux services et modèles économiques qui bousculent des secteurs entiers et changent notre façon de travailler et de nous divertir.

DanielCrowe NETSCOUT

Daniel Crowe, Directeur Régional France et Europe du Sud de NETSCOUT.

Dans les années qui viennent, cette transformation digitale (DX) concernera toutes les entreprises. Selon IDC, d’ici 2018, le tiers des 20 plus grandes sociétés mondiales dans chaque secteur auront vu leur activité bouleversée par ces entreprises ayant opéré cette transformation. L’enjeu aujourd’hui pour toutes les entreprises est donc de ne pas se faire prendre de court.

Les entreprises passent actuellement à la vitesse supérieure en ce qui concerne leur processus de modernisation, s’efforçant de conserver voire de renforcer leur leadership alors qu’elles sont talonnées par les entreprises digitales ayant une approche axée sur les données. Pour les sociétés établies de longue date, l’enjeu est de taille car contrairement aux jeunes pousses, elles ne peuvent pas fonctionner exclusivement dans le cloud. Elles ont des systèmes et des applications traditionnels qui ne peuvent être virtualisés et transférés dans le cloud mais aussi des clients dont l’activité repose sur la fourniture en continu et sans la moindre défaillance de leurs services en ligne. De plus, en raison des obligations de gouvernance, de gestion des risques et de conformité, elles doivent conserver sur site certains de leurs actifs numériques. C’est pourquoi, la tâche qui les attend est plus complexe qu’une simple migration d’infrastructure et d’applications vers le cloud.

Il incombe au DSI de gérer la transition, de veiller à ce que les choses se fassent dans l’ordre et de mettre en place des bases solides pour l’avenir. La transformation digitale s’appuie sur toute une gamme de nouvelles technologies telles que le WI-FI 802.11ad, la 5G, le SDN/NFV et les bases de données NoSQL qui portent sur la périphérie, le centre et le cloud de l’infrastructure de fourniture de services. Ces technologies sont au cœur des piliers de l’innovation que sont l’analyse big data, le duo cloud-XaaS et l’Internet des objets (IoT). La transformation digitale ne s’arrête jamais et dépend des innovations constantes mises en œuvre sous forme de nouveaux services délivrés via les piliers de l’innovation. Pour réussir leur transformation digitale, les entreprises ont besoin d’une solution taillée pour l’avenir et capable de :

  • gérer la complexité croissante au fil du temps ;
  • monter en charge pour gérer tous les services, les utilisateurs et les données, quel que soit leur nombre ;
  • répondre aux impératifs de rapidité et d’agilité des environnements hautement concurrentiels ;
  • visualiser les informations dans le contexte des services contrôlés.

Le cloud donne aux entreprises l’agilité nécessaire pour augmenter la capacité de leur infrastructure sans dépenses supplémentaires et pour déployer rapidement de nouveaux services en fonction des besoins de l’activité. Néanmoins, lors de ce processus de transfert vers le cloud, elles risquent une perte de visibilité et de contrôle de leurs données et de leur qualité de service.

Les systèmes dans le cloud doivent être traités comme n’importe quelle autre ressource informatique. Autrement dit, comme ils sont déployés à l’appui des différentes entités fonctionnelles et applications stratégiques de l’entreprise, ils doivent être étroitement surveillés. Lorsqu’une entreprise devient dépendante du cloud pour la bonne marche de ses opérations, le DSI doit alors avoir une visibilité totale de tous les systèmes présents dans le cloud. Il peut pour cela mettre en place un tableau de bord qui analyse en temps réel l’impact opérationnel des services et applications dans le cloud.

Comme l’explique Michael Segal, stratège et expert de la transformation digitale chez NETSCOUT, éditeur de solutions de cybersécurité et de garantie de services, réussir cette mutation vers le cloud ne signifie pas simplement délivrer des services sous une autre forme en interne et en externe mais les délivrer correctement. Selon M. Segal, la fiabilité de livraison de ces services est liée directement à la qualité d’expérience et au degré de satisfaction et de fidélité du client et à terme aux performances de l’entreprise. Dans le monde connecté actuel, garantir la qualité de l’infrastructure de prestation de services de l’entreprise, compte tenu de son rôle essentiel dans la transformation digitale, est une tâche cruciale.

Cela implique toutefois de garantir ces services de bout en bout, depuis la périphérie jusqu’au centre et au cloud des environnements physiques, virtuels ou hybrides. La difficulté est de savoir comment surveiller non-stop l’activité en temps réel, notamment pour déceler et diagnostiquer les problèmes. Les entreprises poussent leurs équipes IT à faire appel aux services de cloud externes mais elles sont rares à avoir défini un plan pour garantir les performances et sécuriser les données stockées dans le cloud au-delà de ce qu’assurent les fournisseurs de cloud. Même si ces derniers ont pour argument de vente d’avoir intégré le contrôle, la gestion et la sécurité de leur offre cloud respective, une vérification est tout de même préférable. Ce qui manque c’est une vision complète de tout le système.

De plus, les différentes ressources de l’infrastructure sont souvent « détenues » par plusieurs fournisseurs de services de cloud public et cohabitent avec les outils de cloud privé, les solutions traditionnelles sur site et les actifs numériques et applications sensibles gérés par le département IT. Compte tenu du nombre de plus en plus grand de systèmes dépendant de la performance de services externes, il est extrêmement difficile d’identifier la cause première d’une interruption de service alors que celui-ci repose sur le fonctionnement au diapason de multiples éléments sur site et en externe.

Sans une fenêtre sur l’intégralité de cet environnement hybride, les entreprises ne peuvent pas voir les failles des services délivrés. Les gros plans sur des domaines disparates obtenus à l’aide d’outils multi-fournisseur portant sur des silos déterminés ne donnent pas une vue panoramique complète de l’infrastructure de prestation de services et ne permettent pas d’identifier clairement les relations entre ses composants et ses liens de dépendance avec d’autres domaines d’infrastructure. Les activités criminelles telles que les attaques par déni de service (DoS) et les menaces persistantes avancées (APT) peuvent ainsi passer inaperçues. Alors qu’une part si importante de l’activité des entreprises modernes dépend du bon fonctionnement de leur réseau, une telle vulnérabilité n’est pas acceptable.

Même les jeunes pousses ne peuvent ignorer ce problème. Certes avec les offres PaaS et IaaS comme AWS et celles de type SaaS telles que Salesforce.com, elles n’ont pas besoin de s’équiper dès le départ d’un routeur mais à mesure qu’elles se développent, elles doivent inévitablement abriter des données et faire tourner des applications sur site. Les obligations de gouvernance, de gestion des risques et de conformité sont susceptibles également d’exiger une approche hybride. La solution de garantie de services ne doit donc pas être liée au fait que les systèmes soient dans le cloud ou sur site, qu’il y ait ou non un environnement déjà en place.

La bonne approche en matière de garantie de services résout ce problème en donnant une vision d’ensemble de toute l’infrastructure de fourniture de services depuis son périmètre sans fil jusqu’à son noyau et son cloud. Cette vision est le fruit du suivi et de l’analyse en continu et de bout en bout des flux de données parcourant les réseaux cloud hybrides. L’analyse des données produit une vue en temps réel et historique des services et de leur infrastructure englobant tous les environnements virtuels, physiques et hybrides de livraison de services. Les entreprises sont ainsi en mesure de détecter et circonscrire la moindre anomalie risquant de dégrader leurs performances. La conversion de ces données d’analyse en temps réel en informations pertinentes pour l’aide à la décision est un atout stratégique de taille tant pour la productivité que le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Le cloud jouera un rôle crucial dans la transformation digitale de l’immense majorité voire de la totalité des entreprises au cours des dix prochaines années. Le projet de mise en œuvre de solutions cloud d’une entreprise peut avoir une portée très large, englobant de nombreux aspects du système d’information afin de faciliter les fonctions opérationnelles stratégiques. Cela va des solutions en mode SaaS prenant en charge l’ERP et le CRM aux différentes branches d’activité utilisant les services cloud d’autres fournisseurs, le tout combiné aux nouvelles applications ajoutées régulièrement au SI. Le DSI doit être en mesure de gérer en toute confiance la qualité de chaque nouveau service et application cloud adoptés au sein de l’entreprise. Tout nouveau système doit être pris en compte et aligné sur le projet de cloud accompagnant la transformation digitale de l’entreprise et sur sa stratégie pour opérer cette transformation.


Laisser un commentaire

Espace abonnés