Les 10 grandes tendances de l’aide à la décision pour 2016

Ellie-Fields-Tableau-Software-article

Ellie Fields, vice-présidente du marketing produit chez Tableau

2015 a marqué un tournant décisif dans le domaine de l’aide à la décision. Davantage d’entreprises ont rendu les données accessibles à leurs collaborateurs, et davantage de personnes en sont venues à voir les données comme un outil important pour leur travail. Les normes évoluent dans le domaine des solutions d’aide à la décision, ce qui entraîne un grand changement culturel dans certains environnements de travail. Ce changement est dû non seulement à l’évolution rapide des technologies, mais aussi à de nouvelles techniques d’exploitation des données.  
 
Chaque année, le secteur évolue et des grandes tendances peuvent être dégagées. Voici donc ce que nous pouvons d’emblée prévoir pour 2016 :
 
Gouvernance et analyses en libre-service font désormais bon ménage.

La gouvernance et les analyses en libre-service sont souvent considérées comme des ennemies, aussi, il peut être surprenant de les voir désormais faire bon ménage. Le fossé culturel qui sépare les aspects administratifs et technologiques des solutions d’aide à la décision tend aujourd’hui à disparaître. Les entreprises ont compris qu’une mise en œuvre réussie de la gouvernance des données participe au développement d’une culture analytique et leur permet d’atteindre leurs objectifs. Les utilisateurs sont plus enclins à exploiter leurs données lorsqu’ils disposent de sources de données centralisées, fiables et rapides et lorsqu’ils ont l’assurance que le service informatique s’occupe de la sécurité et des performances.
 
Les analyses visuelles sont omniprésentes.

Les données alimentent désormais toutes les conversations, aussi bien dans les salles de réunion que dans les médias, sans oublier les réseaux sociaux. Nous visualisons nos données pour trouver des réponses à nos questions, déceler des informations exploitables et partager nos découvertes, aussi bien avec des utilisateurs avertis qu’avec des néophytes. À mesure que l’utilisation des données se développera, nous les exploiterons pour trouver des réponses à des questions tant professionnelles que personnelles. Par ailleurs, les employeurs rechercheront avant tout un esprit d’analyse critique chez les candidats. Les analyses visuelles deviendront omniprésentes et décupleront nos possibilités pour nous aider à obtenir des informations exploitables plus rapidement, à collaborer plus efficacement et à développer une communauté autour des données.
 
Les outils d’exploitation des données se démocratisent.

Les outils d’analyse en libre-service ont définitivement changé les attentes des utilisateurs. En 2016, ils chercheront à renforcer leur autonomie en matière d’exploitation des données, notamment sous l’impulsion de la génération Y. Pour rester productifs, les utilisateurs professionnels doivent être en mesure de façonner des données spécifiques immédiatement. C’est pourquoi la demande en outils de préparation de données et même en entrepôts de données en libre-service, comme extension naturelle des analyses en libre-service, continuera à augmenter. Une telle démocratisation permettra aux utilisateurs de gagner en réactivité face à l’évolution constante des priorités.
 
L’intégration des données devient intéressante.

De nombreuses entreprises recherchent aujourd’hui des analyses réactives. Elles souhaitent mettre rapidement les bonnes données à la disposition des bonnes personnes. Ce n’est pas une mince affaire sachant que les données sont dispersées. La manipulation de multiples sources de données peut se révéler fastidieuse, voire impossible. En 2016, de nouveaux acteurs feront leur apparition dans le domaine de l’intégration des données. Avec la montée en puissance des outils sophistiqués et le rajout de nouvelles sources de données, les entreprises cesseront de vouloir à tout prix centraliser leurs données. Les utilisateurs pourront se connecter à tous les ensembles de données, où qu’ils se trouvent, pour explorer, combiner et fusionner leurs données à l’aide d’outils et de méthodes plus flexibles.
 
Les analyses complexes ne sont plus l’apanage des spécialistes.

Les analystes néophytes deviennent de plus en plus exigeants et veulent créer bien plus que de simples graphiques. Ils recherchent une expérience approfondie et plus constructive. Les entreprises adopteront des plates-formes permettant aux utilisateurs d’appliquer des statistiques, de poser des questions et de rester concentrés sur leurs analyses.
 
Les données et les analyses dans le cloud prennent leur essor.

En 2015, les utilisateurs ont commencé à se tourner vers le cloud. Ils ont compris que le transfert des données dans le cloud est simple et la solution très facile à faire évoluer, et que les analyses dans le cloud leur permettent de gagner en réactivité. En 2016, ils seront encore plus nombreux à opérer une telle transition, en partie grâce à des outils qui leur permettent d’exploiter les données Web. Les pionniers du cloud sont d’ores et déjà en mesure de tirer des enseignements de ces données et feront de nombreux émules. Par ailleurs, de plus en plus d’entreprises utiliseront le cloud pour analyser leurs données plus rapidement. Le cloud jouera pour elles un rôle central au même titre que leurs autres systèmes critiques.
 
Les centres d’excellence joueront un rôle majeur.

De plus en plus d’entreprises mettront en place un centre d’excellence pour favoriser l’adoption des analyses en libre-service. Ces centres seront amenés à jouer un rôle majeur dans la mise en œuvre d’une culture basée sur les données. Grâce notamment aux forums en ligne et aux formations individuelles, ils permettront aux néophytes d’intégrer les données à leur processus décisionnel. Avec le temps, ces centres permettront une exploitation optimale des données dans tous les processus en entreprise.
 
Les analyses mobiles volent de leurs propres ailes.

Les analyses mobiles arrivent à maturité et sont bien plus qu’une simple vitrine des solutions d’aide à la décision classiques. En 2015, les premiers produits offrant une expérience fluide et avant tout mobile ont fait leur apparition. L’exploitation dynamique des données pendant les déplacements fera partie intégrante des processus analytiques.
 
Les données issues de l’IoT commencent à susciter de l’intérêt.

L’Internet des objets gagnera du terrain en 2016. De plus en plus d’objets du quotidien seront dotés de capteurs capables de transmettre des informations. L’énorme quantité de données générées en permanence par les terminaux mobiles n’est qu’une petite partie du potentiel de l’IoT, et l’exploitation de toutes ces données offre de nombreuses possibilités. Les entreprises se tourneront vers des outils permettant aux utilisateurs d’explorer les données et de partager leurs découvertes de manière sécurisée et interactive, dans le respect des règles de gouvernance.
 
Les nouvelles technologies viendront compléter l’écosystème.

L’écosystème des solutions d’aide à la décision s’appuie sur de nombreuses nouvelles technologies. Celles-ci, à mesure qu’elles apparaissent, dévoilent des manques que de nouvelles entreprises viendront combler. Qu’il s’agisse des accélérateurs Hadoop, de l’intégration de données NoSQL ou de l’IoT, ou encore de l’exploitation des réseaux sociaux, toutes ces fonctionnalités constituent autant de pistes à exploiter. L’année 2016 sera marquée par l’apparition de nouveaux acteurs s’engouffrant dans ces brèches, ce qui mènera à une consolidation du marché. Les entreprises continueront à s’affranchir des solutions uniques pour se tourner vers une gamme d’outils flexibles et ouverts, qui incluent ces nouvelles technologies.


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *