Matthieu Lacroix – Retour sur la migration des ERP vers le Cloud : une révolution en marche

Les entreprises françaises sont encore frileuses pour adopter une solution ERP en mode SaaS.
Aux vues des avancées aux Etats Unis, deux tiers des nouvelles implantations ERP intègrent au moins une dimension Cloud, le mode SaaS s’impose comme une alternative et un complément crédible à l’implémentation On Premise. Dès lors, demandons-nous en quoi le marché des ERP est-il voué à adopter un mode full Cloud et dans quelle mesure devons-nous contribuer à faire tomber les derniers freins liés à cette évolution technologique ?

La migration des entreprises vers le mode SaaS pousse les acteurs qui les accompagnent à devoir préparer en amont une offre adaptée à la demande. Un fait est certain : l’avenir des ERP se situe dans le Cloud.

Matthieu Lacroix, Responsable Marketing et Communication – Division ERP & BI de Comarch

La migration des entreprises vers le mode SaaS pousse les acteurs qui les accompagnent à devoir préparer en amont une offre adaptée à la demande. Un fait est certain : l’avenir des ERP se situe dans le Cloud. Une situation liée à la volonté grandissante des entreprises de sécuriser leurs données et d’adopter les avancées technologiques actuelles. Une mutation incontournable pour l’avenir que les éditeurs de solutions ERP se doivent d’intégrer pour préparer l’avenir, rester compétitive et répondre aux mieux aux attentes des entreprises.

Le niveau de spécifiques (fonctionnalités sur-mesure) sur un projet ERP et les difficultés d’intégration  associées ou qui pourrait en résulter sont aujourd’hui les principaux freins au choix d’une solution full SaaS. Le marché en mode SaaS se situe dans les faits au niveau des PME et des PMI, attirées par un modèle les déchargeant de la gestion de l’infrastructure informatique, ou au niveau de grands groupes effectuant des acquisitions et qui optent pour le Cloud afin d’intégrer rapidement les sociétés rachetées. L’option concerne également les grandes entreprises souhaitant laisser à leurs filiales un certain degré d’autonomie, tout en imposant des axes d’analyse propres à leur groupe.

Le phénomène commence à s’accélérer en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, il reste pourtant embryonnaire en France. Des demandes émergent d’entreprises américaines dotées de filiales dans l’hexagone ou de PME connaissant une phase de développement rapide. Alors ce que l’on appelle le mode SaaS (Software As A Service) présente plusieurs avantages pour les entreprises:

Tour d’abord, l’administration est réduite à sa plus simple expression avec le SaaS, permettant à l’entreprise de se concentrer sur ce qui compte le plus, générer de la valeur. La configuration des serveurs et des bases de données est gérée directement par le prestataire. Hébergées dans le Cloud, les solutions sont accessibles n’importe où, n’importe quand, permettant ainsi un usage en situation de mobilité.

En mode SaaS, l’entreprise s’assure également de pouvoir bénéficier des dernières innovations : les mises à jour et montées de versions se font de manière automatique, les ressources techniques sont en adéquation avec les besoins .C’est le mode d’implémentation le plus adapté pour suivre la croissance naturelle d’une société. Il permet à l’entreprise d’adapter les ressources en fonction de cette dernière, à la hausse comme à la baisse.

Vient ensuite la question de la sécurité, la solution ERP en mode SaaS inclut nativement la sauvegarde automatique des données de manière incrémentale. Sécuriser les accès aux applications, aux données et bases de données est essentiel et doit conditionner le choix du prestataire. Les Data Center sont bien plus sécurisés que les architectures informatiques internalisées. L’expertise des ressources dédiées allouées à leur gestion garantit un même niveau de performance constant.

Enfin, le fait de choisir une solution en mode SaaS permet à l’entreprise de limiter les coûts liés au développement et à l’entretien de l’architecture informatique. Les données et applications sont stockées sur des Data Center externes. L’investissement de départ est souvent moins important que pour une solution classique en On Premise. Le paiement prend la forme d’un abonnement mensuel all inclusive, fonction du nombre d’utilisateurs actifs. La maintenance du système, des bases de données et serveurs est inclus dans le prix et est entièrement gérée par le prestataire. Lequel s’engage sur un taux de disponibilité de la solution (99% et plus). Si l’entreprise qui fournit le service ne tient pas ses engagements, des pénalités peuvent s’appliquer.

Bien que pressenti comme un grand changement pour certaines entreprises françaises, le mode SaaS ne doit pas pour autant être perçu comme une contrainte mais plutôt comme une opportunité. Il est difficile pour les entreprises d’adopter complètement le mode SaaS, elles préfèrent aménager une option mixe pour intégrer peu à peu la technologie sans pour autant perdre les avantages liés à l’implémentation On Premise. Le Cloud se présente alors comme un atout aussi bien pour les entreprises que pour les éditeurs grâce à une ouverture de parts de marché et de fonctionnalités.

 

 

 


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current ye@r *

Le Numérique dope la collaboration