InVivo installe un incubateur agro-digital à Montpellier

La plus grande coopérative agricole française InVivo investira une cinquantaine de millions d’euros dans des projets de croissance externe et d’accélération de start-up.

invivo-start-up-article

© Fotolia

InVivo se lance dans l’exploitation des datalakes. La plus importante coopérative agricole française, qui affiche un chiffre d’affaires de 5,7 milliards d’euros (216 coopératives, 300 000 agriculteurs), ambitionne notamment d’exploiter une base de données d’envergure nationale qui permette à chaque agriculteur, membre ou non de la coopérative, d’utiliser « moins et mieux » les produits phytosanitaires. En termes de données, InVivo possède un gisement aujourd’hui inexploité puisque l’organisation dispose de 40 % des données coopératives françaises.

« Nous avons décidé d’une enveloppe de 50 millions d’euros pour structurer un pôle numérique autour de Smag [concepteur et éditeur de solutions informatiques pour l’agriculture, acheté fin 2014 par InVivo, NDLR] », a précisé Stéphane Marcel, directeur général de Smag (filiale d’InVivo, 135 salariés), lors du troisième congrès du réseau d’InVivo Agro qui se tenait à Montpellier, les 23 et 24 mars. Pour ce faire, Smag va, d’ici la fin de l’année, piloter un accélérateur et un incubateur basé à Montpellier, dans l’Hérault.

« L’idée est de réfléchir avec des partenaires à la façon dont nous pouvons créer de la valeur autour de la donnée », poursuit-il. Outil d’aide décisionnelle liée à la spécificité de chaque culture, création de nouveaux algorithmes, création de d’applications utiles autour de la prédiction de rendements… Tels sont les champs d’investigation sur lesquels InVivo souhaite créer ces partenariats.

« On pourra bien sûr développer des solutions pour les besoins d’InVivo, mais il y a clairement une masse critique à atteindre et nous voulons devenir un acteur qui pèse au niveau mondial sur le domaine de la smart agriculture. Pour cela, il faudra également que l’on aille Outre-Atlantique, mais pas que, pour développer le business », détaille Stéphane Marcel, qui poursuit : « Nous sommes là pour créer une accélération de valeur autour de la donnée et non pour nous l’approprier comme un Facebook ou un Google. »

A ce jour, une quarantaine de projets ont été identifiés. Certains sont dans l’innovation de services mais d’autres, promet Stéphane Marcel, sont disruptifs. Une équipe de 5 à 10 personnes sera dédiée d’ici décembre à l’aide à l’accélération de projets. Selon Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo, ces partenariats pourront prendre la forme « de joint-venture, d’une prise totale de capital… Rien n’est arrêté. Le mot d’ordre est d’être ouvert. »

Plein de données agricoles en ligne sur API-Agro

Depuis début février 2016, la plate-forme digitale API-Agro des Instituts techniques agricoles (ITA) et d’une douzaine de partenaires de la R&D (Inra, Acta, Arvalis…), développée par OpenDataSoft, met à disposition – gratuitement ou non – certaines données qu’ils produisent. Objectif : échanger des données et des services entre eux, mais aussi les rendre disponibles à tout l’écosystème agricole, en vue de créer des services sur les thématiques de l’agronomie et de l’agriculture, telles des applications sur mobiles.


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *