Drones : Les Toulousains Delair-Tech lèvent 13 millions d’euros

L'équipe dirigeante © Delair-Tech

L’équipe dirigeante © Delair-Tech

Créée le 11 mars 2011, la société Delair-Tech a choisi le jour de son cinquième anniversaire pour annoncer, au siège de Bpifrance et devant une assemblée de journalistes, avoir bouclé une levée de fonds d’un montant de 13 millions d’euros. Spécialiste des drones à usage professionnel, la société basée Toulouse a développé le DT18. Equipé d’une caméra haute résolution qui peut prendre 10 000 clichés pendant ses deux heures d’autonomie, il peut être utilisé pour faire de la cartographie, de la topographie, de la surveillance ou encore de l’inspection d’infrastructures linéaires. Il peut en outre voler sur une distance de 100 kilomètres. « Le DT18 est d’ailleurs le premier drone civil à avoir obtenu la certification BVLOS. Celle-ci lui permet de voler en dehors du champ visuel de son utilisateur », annonce fièrement Michael Delagarde, président de Delair-tech.

Grâce à un premier tour de table de trois millions d’euros réalisé en octobre 2013, Delair-Tech avait réussi à séduire de grands groupes comme ERDF, la SNCF, Vinci ou encore Véolia. Conscients que leur marché est en pleine croissance et que la concurrence va devenir féroce dans les années à venir, l’équipe dirigeante a convaincu Bpifrance, le fonds d’investissement Andromède et des business angels d’investir dans Delair-Tech pour permettre à la société de réorienter son activité vers un service de mise à disposition de l’outil drone et des solutions d’aide à la décision sous forme de prises de vues aériennes.

Drone as a service

Plutôt que se contenter de vendre des drones, la société souhaite commercialiser Delair-Service. « Delair-Tech prend tout en charge. Nous choisissons l’appareil qui correspond le mieux à la situation, nous venons sur le site pour le déploiement puis nous gérons le pilotage et la collecte de données. L’idée est de fournir à nos clients des solutions d’imageries aériennes tout inclus », reprend le président de la société toulousaine.

La pépite française, déjà présente dans une trentaine de pays, souhaite accélérer son développement international en allant conquérir de nouveaux marchés. « Nous venons d’ouvrir un bureau en Australie et nous allons nous installer aux Etats-Unis en juin prochain », explique Benjamin Benharrosh, directeur commercial et co-fondateur. « Pénétrer le marché nord-américain est capital pour nous car 50% de notre chiffre d’affaires (deux millions d’euros en 2015, ndlr) est réalisé au grand export », ajoute-t-il. Cette levée de fonds va également permettre à Delair-Tech d’étoffer son équipe, puisque 35 recrutements sont prévus d’ici fin 2016.

A lire également

Industrie – Les drones foncent dans le BtoB

Infographie – Le drone professionnel décolle

Success-story d’une start-up toulousaine


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *