La Poste mise sur les start-up avec Start’inPost

Le groupe La Poste a lancé en mai dernier son accélérateur industriel, Start’inPost. Un programme qui accompagne des start-up dont les initiatives technologiques dynamiseront les marchés actuels et futurs sur lesquels se trouve le groupe français. Illustration avec deux start-up : Heuritech et SmartPanda.

Le Groupe La Poste poursuit sa révolution numérique ! Dans le cadre du plan stratégique « La Poste 2020 : conquérir l’avenir », le groupe français a lancé en mai 2014, Start’inPost, un accélérateur industriel. Ce programme complète le dispositif d’innovation et de diversification du groupe comprenant déjà le Lab Postal, la branche numérique du groupe, et l’activité d’investissement en Capital Innovation. Les start-up candidates doivent exercer des activités proches ou complémentaires de celles de La Poste : commerce et e-commerce, services de proximité et solutions de confiance numérique. Plusieurs critères sont également nécessaires pour postuler au programme : les jeunes entreprises doivent avoir un chiffre d’affaires inférieur à 500 000 euros, une équipe constituée et un concept déjà établi.

Un label qui séduit

Les quatre associés d'Heuritech. © Ursine Schmitt

Les quatre associés d’Heuritech. © Ursine Schmitt

Même si sa création est récente, l’accélérateur attire déjà les jeunes pousses. «  C’est une opportunité incroyable qui nous offre une plus grande visibilité », estime Tony Pinville, Président d’Heuritech, start-up spécialisée dans l’analyse et le traitement de larges volumes de données. « Nous avions besoin de rentrer en contact avec des entreprises, obtenir un soutien et être conseillés dans le domaine de le communication et du marketing. Start’inPost nous apporte un avis extérieur indispensable », confie pour sa part Fabrice Bonnet, fondateur de SmartPanda, un réseau social inter-entreprises. Au-delà de l’engouement auprès de l’accélérateur, c’est aussi le label La Poste qui a séduit ces start-up. « C’est un groupe que nous avions déjà rencontré avant notre création parce qu’il gère énormément de données », précise Tony Pinville. Tout comme Heuritech, SmartPanda, parrainée par Docapost, une société appartenant à la branche numérique de La Poste, avait déjà rencontré le groupe français et voulait entamer une collaboration : « La Poste a une offre de services web riche mais méconnue. Nous avions déjà échangé avec la Direction de l’Innovation qui nous avait benchmarké il y a un an et qui nous a encouragé ».

Tests business et accélération

Fabrice Bonnet, fondateur de SmartPanda. © Fabrice Bonnet

Fabrice Bonnet, fondateur de SmartPanda. © Fabrice Bonnet

Le programme, gratuit, est dispensé en un an et est composé de deux phases : une phase de tests et une phase d’accélération. La première, qui dure trois mois, permet à une jeune entreprise de participer à des tests business avec des clients pilotes pour s’assurer de la viabilité du projet. Heuritech a effectué ses tests durant l’été 2014 avec Cabestan, plateforme de gestion de campagnes marketing multicanal en mode SaaS, filiale du groupe La Poste. « Cabestan nous a fourni un jeu de données. Nous avons donc pu voir si nos outils correspondaient à un réel besoin. C’était un test concret, qui parle aux entreprises », dévoile le Président d’Heuritech. SmartPanda, quant à elle, va lancer ses premiers tests à la mi-novembre.

Une fois les tests réussis, les start-up passent en phase d’accélération pendant neuf mois pour développer leur produit ou service. Durant cette période, l’accélérateur donne des moyens matériels, méthodologiques et commerciaux aux entrepreneurs. Pour cela, ils sont soutenus par des mentors proposés par Start’inPost. Heuritech, première start-up à avoir accéder à la phase d’accélération, est suivie sur les aspects business par Lionel Hubschwerlin, CTO et cofondateur de Cabestan. Un autre mentor, extérieur à La Poste, s’occupe également de la jeune pousse : Guillaume Crouigneau, Directeur Général de Canal TP, filiale numérique de Keolis (Groupe SNCF).

Le programme accueille actuellement deux autres start-up en phase de tests : Oxilia, un réseau d’aides à domicile qualifiés auprès des personnes âgées et handicapés, et YesProfile, une plateforme qui met en relation les internautes et annonceurs. L’accélérateur qui peut accompagner jusqu’à 24 start-up par an, attend donc de nouveaux candidats.  

 


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Espace abonnés