French Tech v2 : les 8 labellisés abattent leurs cartes

Les projets en course dans la deuxième vague de labellisation ont dû batailler pour convaincre l’Etat. Les démarches des huit lauréats portent des dynamiques territoriales ou thématiques qui complètent la logique d’ensemble pour faire briller l’équipe French Tech.

Pour tenter d’apporter à la France sa première Coupe du Monde de Rugby, le sélectionneur français a retenu 31 joueurs. Si le groupe exige des leaders, chacun, même plus jeune, plus discret ou moins expérimenté, détient peut-être la clé d’un essai victorieux. Dans la French Tech, c’est pareil ! Aucun dossier labellisé en juin 2015 ne pèse autant que les dix métropoles initialement retenues par l’Etat. Mais en Bretagne, Normandie, Lorraine ou sur la Côte d’Azur comme à Strasbourg/Mulhouse, Angers, Saint-Etienne ou Avignon, leurs acteurs entendent contribuer au rayonnement numérique international de la France. Avec leurs propres atouts.

Personne ne peut accuser l’Etat d’avoir voulu contenter tout le monde, comme il le lui avait été reproché en 2005 après la labellisation de plus de 70 pôles de compétitivité. D’abord, parce qu’il a osé recaler six prétendants : Loire Valley, Besançon, Limoges, Poitou-Charentes, Annecy et Toulon. Non sans grincements lorsqu’ils ont découvert la labellisation d’écosystèmes thématiques, pourtant écartée à l’origine. Surtout, la liste des nouveaux labellisés équilibre le maillage du paysage numérique français avec des spécificités susceptibles d’inciter plus d’entreprises à rejoindre le mouvement.

Des forces à harmoniser

Premier attrait : l’identification et la mise en commun sous une bannière unique de forces jusqu’alors éparpillées politiquement ou économiquement. L’effort s’avère particulièrement marquant sur la Côte d’Azur, avec Nice, Sophia Antipolis, Cannes et Grasse. « Notre French Tech constitue un ensemble homogène reposant sur quatre business units appelées à se nourrir les unes les autres et susciter un foisonnement de projets, explique Jacques Lesieur, directeur de l’agence de développement économique, Team Côte d’Azur, pilote de la candidature pour le compte des acteurs publics et privés. La spécialité de chacune participe à l’accélération collective : Sophia Antipolis, première technopole européenne, leader sur les TIC depuis plus de 40 ans, Nice-Côte d’Azur sur la ville intelligente, les écotechnologies et l’e-santé, Cannes sur les médias et l’imagerie numérique et Grasse sur la modélisation et la simulation biologique et chimique, avec son pôle parfumerie. Cette convergence stratégique est opérationnelle puisque les bâtiments-totem et les accélérateurs existent déjà ou sont lancés. Et nous profiterons des événements internationaux du territoire (Festival du Cinéma, Mipim, Mipcom, Midem à Cannes, Innovative City à Nice…) pour valoriser nos entreprises et projets. »

Normandy French Tech s’inscrit dans une logique similaire sur ses thématiques Smart Cities avec Caen, Smart Ports & Logistics avec Le Havre et Smart Industries avec Rouen. « L’histoire justifie cette spécialisation, mais chaque ville émargera sur les deux autres thématiques, assure Pierre-André Martin, directeur de l’organisation des systèmes d’information et de l’Innovation numérique de la Communauté d’agglomération Caen La Mer et Ville de Caen, au nom des trois cités partenaires. Les entreprises se moquent des différences entre territoires ou collectivités. Nous souhaitons donc tendre à une gestion unifiée de l’innovation en synchronisant efficacement lieux, outils et services. »

Un peu plus au Sud, Brest Tech + travaille également à l’harmonisation des acteurs et actions entre Brest, Lannion, Morlaix et Quimper, sur la base des coopérations nouées depuis longtemps par les technopôles ou les pôles de compétitivité (Images & Réseaux, Mer). Mais la spécialisation par ville de l’écosystème de l’Ouest breton paraît plus diffuse, entre défense, mer, e-santé, agroalimentaire, banque, grande distribution, télécoms… « Brest Tech + ne peut s’affranchir de la réalité économique. Nous avons argumenté sur ces spécialités, mais elles ne sont pas uniformément réparties sur le territoire, admet Eric Vandenbroucke, directeur du Technopôle Brest-Iroise. Cette diversité reste une chance en démultipliant les opportunités pour les entreprises où qu’elles résident. Nous veillerons d’ailleurs à ce que l’accélération bénéficie bien à toutes les start-up et ne se restreigne pas à la seule grille d’évaluation d’une vision privée. »

Regroupant les agglomérations d’Epinal, Nancy, Metz et Thionville, LORnTECH ne cible pas de secteur, mais affiche sa cohérence avec le Pacte Lorraine de reconquête industrielle du territoire. « Nous n’avons pas voulu d’une segmentation, explique Vincent Gross, délégué général du Pôle métropolitain du Sillon Lorrain. Il faut sortir des logiques de possession, d’accumulation, décalées par rapport aux attentes de la société et aux bouleversements engendrés par les TIC. Forts de nos dix ans de collaboration dans le numérique, nous privilégions plutôt un rôle d’interface pour créer de nouvelles richesses cognitives, avec une composante transfrontalière et européenne forte du fait de notre proximité avec l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. »

Des hubs pour l’Industrie du futur

En Alsace, le Pôle métropolitain Strasbourg-Mulhouse, retenu par l’Etat sur la thématique MedTechs, promeut aussi son ouverture naturelle vers l’Allemagne et la Suisse. Il ne s’en tient pas là. « Le pôle de compétitivité Alsace BioValley sait faire travailler les acteurs ensemble, souligne Sandrine André, responsable Economie numérique pour la ville et l’Eurométropole de Strasbourg. Le projet d’accélérateur, Hacking Health Factory, réalisable à l’horizon du premier trimestre 2016, visera cette dimension transfrontalière. Nous concevons notre territoire comme une base de propulsion de nos start-up vers l’Europe, mais aussi des entreprises françaises désireuses de profiter de cette proximité, voire des sociétés étrangères, à l’image du groupe canadien Crescendo Systems (solutions logicielles pour la gestion documentaire en milieu hospitalier) qui a fait de Strasbourg l’une de ses bases d’expansion en Europe. »

Le projet alsacien doit capitaliser, depuis Mulhouse, sur la démarche Industrie 4.0, ScreenHunter_241 Nov. 13 12.18bien avancée de l’autre côté de la frontière. Le programme Industrie du Futur de l’Etat nourrit aussi la French Tech stéphanoise. Ayant fait ses preuves avec sa Cité du Design et sa Biennale Internationale du Design, Saint-Etienne se voit devenir en dix ans « la plate-forme de référence numérique-design ». Cette ambition se veut régionale, compte tenu du poids industriel de Rhône-Alpes, mais pas uniquement. « Le design permet d’innover de manière frugale. Cette entrée transversale nous amène donc à concevoir une offre de services (formation, hébergement, expérimentations…) pour toutes les start-up du réseau national French Tech, précise Dominique Paret, directeur de l’Innovation de Saint-Etienne Métropole, coordinateur de la candidature côté acteurs publics. En tant que première ville française du réseau des villes créatives design Unesco, nous allons accroître nos échanges avec les écosystèmes canadien, sud-américains et asiatiques pour faciliter la tenue de résidences d’innovation à l’étranger pour les start-up et accueillir et accompagner chez nous des sociétés d’autres pays. » Avec sa Cité de l’Objet connecté, bâtiment-totem qui fait office aussi d’accélérateur industriel en électronique, plasturgie, design, avec son campus de l’électronique, Angers imaginera et concevra les objets intelligents de La Nouvelle France Industrielle. A l’origine de l’idée de la Cité de l’Objet Connecté, Eric Carreel, président de Withings, dit rêver de relocaliser à terme la production industrielle en France. Une ambition en filigrane de toutes les composantes de l’équipe French Tech. 

cour_palais_french-tech-article

Le Roi Lear d’Olivier Py au Festival d’Avignon 2015 © Christophe Raynaud de Lage

Avignon, référent culturel de la French Tech

En choisissant la culture comme spécialité, Avignon, appuyée par ses voisines (Nîmes, Arles, Vaisonla-Romaine, Carpentras…), détonne. Son ambition n’en est pas moins industrielle puisque Paul Hermelin, PDG de CapGemini, s’affiche en première ligne du projet ! Pour Pascal Keiser, coordinateur d’Avignon Provence French Tech Culture : « Le territoire attire 2 millions de spectateurs dans ses neuf principaux festivals et concentre le plus grand nombre de lieux classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Il abrite aussi de nombreuses sociétés digitales leaders sur leurs marchés. C’est donc un formidable terrain d’expérimentation pour des technologies et usages numériques. »

L’appui d’Olivier Py, directeur du Festival d’Avignon, a été précieux pour persuader l’Etat d’accorder sa labellisation, d’autant plus qu’il s’engageait à transformer dès juillet certaines représentations de théâtre ou de danse en Living Lab de solutions ! Déjà opérationnel, l’accélérateur privé The Bridge crédibilise l’objectif de créer la première métropole culturelle et numérique européenne. Président de l’association Avignon Delta Numérique, Aliocha Iordanoff, ne considère pas la cible comme limitative. « Nous défendons une vision très inclusive, intégrant le terroir, l’art de vivre, la gastronomie… Même si la plupart des entreprises n’ont jamais exploré, ni tenté de décliner leurs solutions pour le secteur culturel, redoutant l’absence de rentabilité, elles peuvent y trouver une diversification de visibilité nationale et internationale. Avignon Provence French Tech peut devenir l’interlocuteur de l’ensemble du réseau French Tech et des festivals français pour lancer des innovations potentiellement valorisables ailleurs. »

Les nouveaux écosystèmes de la French Tech

frenchtech-carte-france-numéro

© French Tech

    1.  French Tech Côte d’azur

1 700 entreprises, 21 755 emplois.
Bâtiment-totem : Sophia Tech à Sophia Antipolis, Paillon (Pasteur Innovative Living Lab of Nice) 2020 à Nice.
Accélérateurs : BA06, Sophia Concept, KIC ICT, Allianz, Village Crédit agricole… www.frenchtechcotedazur.fr

  1. Normandy French Tech  

1 235  entreprises, 10 690 emplois.
Bâtiments-totem : Seine Innopolis à Rouen, Maison de la Recherche et de l’Imagination à Caen, Cantine Numérique au Havre.
Accélérateur : FFWD.  
www.normandyfrenchtech.fr.

  1. Brest Tech +

1 620 entreprises, 16 000 emplois.
Bâtiments-totem : Atelier des Capucins à Brest.
Accélérateur : West Web Valley.  
www.bresttechplus.fr

  1. LORnteCh

2 000 entreprises, 10 000 emplois.
Bâtiments-totem : TCRM Blida à Metz, Artem et site Renaissance à Nancy, Espace numérique Entreprises à Epinal et 3e Lieu et Bâtiment Gare à Thionville.
Accélérateur : LORnTECH.  
www.lorntech.eu

  1. French Tech Alsace

3 150 entreprises, 13 800
Bâtiments-totem : Shadok à Strasbourg et Km0 à Mulhouse.
Accélérateur : E-Santé et Small Business Center.  
www.lafrenchtech-alsace.eu

  1. Saint-Etienne/Atelier Numérique

750 entreprises, 10 000
Bâtiment-totem : La Manufacture.
Accélérateurs : Design Elevator, Unesco Elevator, RIP Elevator.  
www.saint-etienne-ateliernumerique.fr

  1. Angers

900 entreprises, 7 000 emplois.
Bâtiment-totem et Accélérateur industriel : Cité des Objets Connectés.  
angersfrenchtech.com

  1. Avignon Provence French Tech Culture

1 200 entreprises, 5 200 emplois.
Bâtiments-totem : Pasteur-Villa Creative et Avignon Confluence à Avignon, Cipen à Arles, Fruitière Numérique à Lourmarin, La Poudrière  à Monteux.
dave : The Bridge.  
page Facebook « French-TechCulture-Provence » 


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *