Simulation des exigences : Argosim lève 1 million d’euros

Cofondée en 2013 par quatre experts* en simulation de systèmes temps réel et analyse de programmes, l’éditeur du logiciel Stimulus amorce son développement commercial.

markets-argosim-article

© Argosim

A l’origine du premier outil de simulation pour la mise au point et le test des spécifications textuelles des systèmes embarqués, principalement dans les domaines d’application critiques dans l’aéronautique, l’espace, la défense, le ferroviaire, l’automobile, l’énergie…, la société grenobloise Argosim décroche 1 million d’euros auprès de Rhône Alpes Création, IT-Translation, Alpes Capital Innovation et des fondateurs. Cette levée de fonds va lui permettre d’amorcer son développement commercial, notamment à l’international.

Plus de la moitié des erreurs de conception sont dues à des erreurs de spécification. Ces erreurs étant souvent détectées très tard, au cours des tests d’intégration, leur correction engendre des itérations coûteuses du cycle de développement entre intégrateurs et fournisseurs. D’une part, Stimulus permet aux ingénieurs fonctionnels de détecter les erreurs de spécification en amont des phases de conception, réduisant ainsi de moitié le temps, et donc le coût, de développement. D’autre part, le logiciel permet aux ingénieurs de validation d’automatiser la génération des scénarios de tests ainsi que la vérification des exigences textuelles.

Des ambitions fortes

Accompagné par le fonds d’ultra-amorçage IT-Translation, la société a démarré la commercialisation de son produit fin 2015, après deux années de R&D. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 110 000 euros sur ce premier exercice de commercialisation. Sur le marché mondial des logiciels de conception des systèmes embarqués, estimé à 500 millions de dollars, la société Argosim ambitionne de générer 5 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel d’ici à cinq ans.

En fait, la technologie d’Argosim s’appuie sur des résultats de recherche du laboratoire Verimag, validés auprès de plusieurs industriels de la région grenobloise au cours du projet collaboratif Comon (labellisé par le pôle de compétitivité Minalogic).

* Etienne Closse, Fabien Gaucher (CEO), Bertrand Jeannet (ex-Inria) et Daniel Weil.


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *