CityLity prépare une levée de fonds pour développer l’éco-citoyenneté

André May cofondateur de CityLity

André May cofondateur de © CityLity

Fondée en mai 2014 à Lyon, la start-up CityLity a développé une application qui s’adresse à la fois aux syndics de copropriété et aux résidents d’immeubles. Les deux cofondateurs sont d’anciens présidents de conseil de syndic qui ont constaté l’effet bénéfique du partage d’information entre le gestionnaire et les résidents. « Prévenir les habitants des divers problèmes que rencontre une copropriété permet souvent de les rassurer, car ils se rendent compte que nous nous occupons de leurs sollicitations », explique André May, cofondateur de la jeune pousse. « CitiLity a été créée pour établir du lien social entre les voisins. Nous remarquons que lorsque ce lien existe, les habitants sont plus attentifs à la propreté de l’immeuble, au gaspillage énergétique et aux divers incidents. Ceci permet mécaniquement de réduire les coûts de gestion et donc le montant des charges. C’est de l’éco-citoyenneté et tout le monde y gagne. »

L’application dispose de nombreuses fonctionnalités. Les habitants peuvent ainsi communiquer entre eux pour échanger des services entre voisins, ils peuvent communiquer avec le gestionnaire de l’immeuble pour prévenir d’un dysfonctionnement et celui-ci peut leur répondre pour assurer le suivi et la résolution de l’incident. Ils peuvent également être informés des informations et actualités liés au voisinage. « Une autre fonctionnalité permet de communiquer avec la ville dans laquelle on se trouve grâce à un système de géolocalisation, pour informer d’un incident, de voirie par exemple, et les villes peuvent de leur côté envoyé des informations aux utilisateurs sur ses points d’intérêts », ajoute le cofondateur.

La start-up vient de lancer une campagne de financement et vise trois millions d’euros en un ou deux tours de table. Déjà présente à Lyon, Paris, Nantes et Limoges, ces fonds devraient permettre à CityLity de démarcher de nouveaux clients (bailleur et syndics), dans les grandes villes de France de manière à atteindre le million de téléchargements auprès des utilisateurs. La start-up prévoit également d’étoffer son équipe en recrutant des profils de datascientists, vente et marketing.


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *