Futur en Seine 2016 : craft ai, prix de l’innovation technologique

La start-up craft ai a remporté le prix de l’innovation technologique de Futur en Seine 2016. Fondée en juin 2015, elle édite une plateforme destinée aux développeurs d’applications d’objets connectés. 

Une partie de l'équipe de craft ai. © craft ai

Une partie de l’équipe de craft ai. © craft ai

Après le PaaS, le IaaS et le SaaS, place à l’IA as-a-service ! La start-up craft ai espère bien percer dans le domaine. Spin-off de Masa group, une PME spécialisée dans le développement de simulations comportementales pour les marchés de la défense et de la sécurité civile, la jeune pousse a remporté le prix de l’innovation technologique de Futur en Seine.  « Nous sommes heureux que notre travail soit reconnu et avons hâte de commencer à  travailler avec l’IRT SystemX », a déclaré Clodéric Mars, CTO de craft ai, qui a reçu le trophée des mains Charles Kremer, directeur programme territoires intelligents de l’institut. La société va prochainement plancher sur un projet avec l’IRT et La Poste, son partenaire. Le groupe français avait sélectionné craft ai pour faire partie de sa délégation « French IoT » pour le CES Las Vegas 2016.

La jeune société créée en juin 2015 édite une plateforme d’intelligence artifielle destinée aux développeurs d’applications d’objets connectés et mobiles. Mais à la différence de ses concurrents américains (Amazon, Google ou encore Microsoft), elle s’adresse aux individus qui n’ont pas de compétence en intelligence artificielle. Pour les entreprises, la plateforme sert à mieux connaître leurs utilisateurs. « On est parti du constat que dans beaucoup de domaines, surtout dans l’IoT, on a besoin d’avoir des systèmes d’applications d’objets connectés qui connaissent et interagissent avec l’utilisateur », explique Clodéric Mars.  

L’application intelligente de LCL

Par exemple, si vous avez un volet roulant connecté, craft ai va permettre de savoir à quelle heure il a été ouvert et fermé, grâce à des capteurs de luminosité. Au fil du temps, il sera possible d’automatiser l’ouverture et la fermeture du volet voire d’anticiper les besoins de l’utilisateur. Autre exemple avec l’application LCL. La banque souhaitait mieux connaître ses utilisateurs mobiles, et particulièrement leurs habitudes (quelle rubrique ils consultent le plus, à quelle heure…) pour améliorer leur expérience. Avec craft ai, il est notamment possible de faire apparaître l’état de son compte courant dès l’ouverture de l’application.  

Actuellement en version beta, craft ai revendique une cinquantaine de développeurs actifs. Après avoir testé et « prototypé » sa plateforme en 2015, la jeune pousse compte réaliser ses premières mises en production en 2016, démocratiser sa plateforme auprès des développeurs et par la suite s’étendre à l’international.


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *