Economie collaborative : Yescapa lève 3 millions d’euros

JeLoueMonCampingCar a changé de nom pour Yescapa. © Yescapa

JeLoueMonCampingCar a changé de nom pour Yescapa. © Yescapa

Le fonds d’investissement MAIF Avenir a encore frappé ! Après Koolicar, GuestToGuest ou encore Mutum, il annonce avoir financé Yescapa, une plateforme de location de camping-car entre particuliers à hauteur de 3 millions d’euros. La start-up bordelaise avait déjà levé 500 000 euros en 2015 auprès de business angels, dont le fondateur de BlaBlaCar, Frédéric Mazzella. Ce nouveau tour de table servira à accélérer le développement de sa plateforme à l’international avec, notamment, le déploiement de son service dans de nouveaux pays d’ici 2017. Elle permettra également de lancer l’application su Android (celle d’iOS est sortie en janvier dernier).

Fondée en mai 2012 par Benoît Panel et Adrien Pinson, la plateforme propose de louer différents types de véhicule de loisirs (camping-car, fourgons et vans aménagés). Elle fonctionne comme Drivy, plateforme de location de voiture entre particuliers : le locataire-voyageur recherche le camping-car de son choix et adresse une demande de réservation à un propriétaire, qui accepte ou non. Elle prend une commission (environ 75 euros pour un panier moyen de 700 euros) et a signé des partenariats avec des assureurs : MAIF (en mai 2016), Allianz, Macif, Axa et Atlantis Seguros. Seule différence, la prise de contact avec un propriétaire est non engageante, et permet donc au locataire de contacter jusqu’à 5 propriétaires simultanément.    

Yescapa revendique une communauté de plus de 85 000 utilisateurs, avec plus de 3000 véhicules. Et pas seulement en France. En avril 2015, elle s’est lancée sur le marché espagnol et en avril 2016 en Allemagne. Aujourd’hui, il est possible de louer des véhicules en France, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal et en Suède. C’est évidemment pour cette raison que la jeune société a changé son nom en avril dernier.

Déjà forte de 32 salariés de 10 nationalités différentes, la jeune entreprise compte renforcer tous ses départements et vise 35 millions de chiffres d’affaires en 2018.

A lire aussi :

L’interview de Romain Liberge, CDO de la MAIF


Réagissez à cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *