John-Lee Saez (Kayak Europe) « Nous voulons être la meilleure plateforme pour planifier et gérer son voyage »

Kayak, le moteur de recherches entièrement dédié au voyage, innove en continu dans les outils grand public et l’analyse de données pour se démarquer face à la concurrence. Rencontre avec John-Lee Saez, directeur général Kayak Europe.

Alliancy. Où en est votre moteur de recherche 100 % dédié au voyage aujourd’hui ?

John-Lee Saez (Kayak Europe) : « Nous voulons être la meilleure plateforme pour planifier et gérer son voyage »

John-Lee Saez (Kayak Europe) : « Nous voulons être la meilleure plateforme pour planifier et gérer son voyage »

John-Lee Saez. Kayak est une entreprise américaine créée en 2004 par les cofondateurs d’Expedia, Travelocity et Orbitz. Elle est arrivée en France en 2007, avec une offre opérationnelle dès 2009. Ensuite, la société a fait deux rachats en Europe, en 2010 et 2011. Le premier est celui du leader allemand du voyage en ligne, Swoodoo ; puis, le site de voyage CheckFelix en Autriche dont j’étais le cofondateur. Fin 2012, la société est entrée en bourse et a levé 100 millions de dollars avant d’être reprise pour 1,8 million de dollars par l’américain Priceline [devenu Booking Holdings Inc., NDLR], l’éditeur des sites Booking.com, Agoda.com, OpenTable.com ou Rentalcars.com… Ce qui permettra à Kayak de se développer en Asie ; en Europe avec l’acquisition l’an dernier du danois Momondo ou, actuellement, en Australie avec le rachat en cours du moteur de recherche d’HotelsCombined. Toute une histoire qui montre à quel point, ces dernières années, la concentration des sites de méta-recherches ou comparateurs de voyages est en marche…

Qui sont vos principaux compétiteurs aujourd’hui ?

John-Lee Saez. Ils sont nombreux ! Que ce soit à l’échelle française ou mondiale. On trouve des grands comme Google, très généraliste, ou TripAdvisor, mais aussi des spécialistes du type Trivago… Mais le fait pour Kayak d’être concentré 100 % sur le voyage, pays par pays, fait vraiment la différence sur le long terme par rapport aux autres comparateurs, y compris les outils que nous mettons en avant pour nos voyageurs. Notre force également est d’être connectés aux flux GDS d’Amadeus, ce qui nous permet de remonter directement toutes les offres des compagnies aériennes, comme aux agences de voyages. D’où une plus grande richesse de propositions et de promotions dans les réponses aux requêtes faites sur notre moteur de recherche. Kayak veut dorénavant être la meilleure plateforme pour planifier et gérer son voyage et ce, de A à Z.

En termes d’innovation pour mieux répondre aux attentes des internautes, sur quels types d’outils travaillez-vous ?

John-Lee Saez. Concernant les outils d’aide à la décision, on vient de lancer par exemple un outil de mesure en réalité augmentée pour vérifier facilement la taille d’un bagage à main. D’une compagnie à l’autre, les dimensions autorisées varient beaucoup… Ce qui peut coûter très cher si le bagage n’est pas accepté en cabine. Ainsi, sur l’onglet « Nouvel outil pour mesurer vos bagages » de l’application Kayak, vous pouvez le savoir très vite… C’est une appli ludique, mais qui est très importante car trop de gens ont des surcoûts à l’aéroport… et là c’est la douche froide, notamment pour des vols low cost en Europe.

Tout ce qui passe par la voix, est-ce également un sujet pour vous ?

John-Lee Saez. Chez Kayak, on y croit totalement et depuis longtemps. Des équipes entières y sont dédiées. La voix changera profondément la donne dans un avenir relativement proche, autant que le mobile l’a fait ces dernières années [50 % du trafic sur Kayak passe par le mobile aujourd’hui, NDLR]. Notre assistant virtuel Trips par exemple permet déjà d’enregistrer votre itinéraire et les informations concernant les vols et les hôtels réservés. Ensuite, il vous enverra automatiquement des alertes sur vos horaires de vols, les intégrera dans votre agenda et vous permettra de les partager facilement avec vos proches ou autres…

On croit également beaucoup dans tout ce qui concerne l’aide à la planification. Notre outil Explore, qui vient d’être refondu, offre la possibilité à l’utilisateur de filtrer des itinéraires en fonction de l’aéroport de départ, des dates, d’un budget (repas, transports et divertissements compris), de la durée de vol ou encore d’une thématique comme le vin, le ski, les vacances en famille, un weekend amoureux, etc.

profil moyen visiteur kayak

D’après l’étude Mobile Travel Report 2018 menée par Kayak et Opinium

A quoi sert d’anticiper les besoins ?

John-Lee Saez. Cela nous permet de nous connecter avec les utilisateurs avant même qu’ils décident de leur destination de voyages. Nous contribuons ainsi à leur choix en leur annonçant dès le départ les prix. Grâce à nos données également, on peut anticiper sur les tendances de voyage. Notre outil dédié à ce sujet, réactualisé en continu, met en lumière les informations tirées d’un milliard et demi de recherches annuelles sur notre site et nos applis. Vous pouvez ainsi découvrir les destinations les plus courues sur l’année passée, quand il vaut mieux réserver ou, encore, les prix moyens par destination…

Quels sont les grands enjeux pour Kayak dans les mois à venir ?

John-Lee Saez. L’internationalisation notamment, en Amérique du Sud, en Asie-Pacifique… avec l’intégration prochaine d’HotelsCombined. Il faut également que nous disposions du plus grand inventaire possible de compagnies aériennes, d’hôtels… Aujourd’hui, nous travaillons avec 500 des 800 compagnies existantes. Nous devons aussi adresser les nouveaux disrupteurs du voyage… que ce soit des plateformes du type Airbnb ou Blablacar comme le service de cars longue distance Flixbus. Il faut voir comment intégrer leurs offres afin de répondre à une demande toujours croissante à ce sujet.

La France, est-ce un marché important pour vous ?

John-Lee Saez. Totalement, après le Royaume-Uni et l’Allemagne. Mais la France est numéro 1 en termes de performance et de requêtes. C’est un pays clé pour Kayak en Europe.

Chiffres clés Kayak

  • Avion, train, hôtels, voitures de location et séjours
  • Plus de 100 sites locaux
  • Dans 60 pays
  • Et dans 20 langues
  • 2 milliards de requêtes chaque année
  • 900 collaborateurs répartis entre 12 bureaux, dont 50 % dédiés à la technologie
 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *