L’Agence nationale du réseau des Urssaf (Acoss) ouvre ses données

Développée par l’éditeur Opendatasoft, la plateforme open.urssaf permettra à l’Acoss de mieux valoriser ses données et générer de nouveaux usages. C’est une étape majeure dans le projet Open Data souhaité par l’agence publique.

Yann Gaël Amghar, Directeur Général de l'Acoss, Alain Gubian, Directeur des statistiques, des études et de la prévision, Carole Leclerc, Directrice de l'innovation et du digital et Jean-Marc Lazard, fondateur et CEO d’Opendatasoft.

Yann Gaël Amghar, Directeur Général de l’Acoss, Alain Gubian, Directeur des statistiques, des études et de la prévision, Carole Leclerc, Directrice de l’innovation et du digital et Jean-Marc Lazard, fondateur et CEO d’Opendatasoft.

Finis les fichiers Excel, dites bonjour à open.urssaf, la nouvelle plateforme open data de l’Acoss, la caisse nationale du réseau des Urssaf. Elle permet de faciliter l’accès libre et gratuit aux données produites par l’Acoss. Des journalistes aux citoyens en passant par les chercheurs et les entreprises, tous pourront donc se nourrir de cette base pour générer de nouveaux usages et services innovants.

Concrètement, le portail open.urssaf laisse la possibilité aux utilisateurs de filtrer les données selon leurs besoins, de les exporter et également de connecter directement leurs outils via des APIs dédiées. Un moyen efficace de croiser les données avec ses propres sources. Enfin, un onglet intitulé ‘Les chiffres en image” permet également d’accéder à une présentation vulgarisée des données concernant l’activité économique d’une région spécifique.

L’Acoss détient une base de données qui combine des informations de niveau national et local et à partir de caractéristiques économiques et administratives des territoires. Elle était habituellement spécialisée sur les micro-entrepreneurs, mais elle aspire aujourd’hui à couvrir un spectre plus large comme les auto-entrepreneurs ou autres travailleurs indépendants, ceci du fait de la réforme des retraites en cours. 

> Lire aussi : Jean-Baptiste Courouble (Acoss) « Au-delà du régalien, nous pouvons offrir beaucoup plus de services aux employeurs »

De manière générale, c’est bien l’actualité sociale et économique qui dicte les données sur lesquelles l’Urssaf va se concentrer. Autrement dit, l’accès aux données sera réajusté en fonction des usages détectés sur la plateforme. « Notre rôle c’est de faciliter la capacité d’innover des autres, ceux qui sont au plus proche des usages, ajoute Carole Leclerc, Directrice de l’innovation et du digital. Nous allons mettre à disposition de nos partenaires des données API pour faciliter la mise en place de services et ainsi faciliter l’expérience utilisateur ».

Voir la vidéo de présentation de la plateforme :

 

“Une bonne plateforme, c’est avant tout une bonne data”

“Nous avons appris à digérer nos données avec des plans de data mining et de contrôle data, précise Alain Gubian, Directeur des statistiques, des études et de la prévision de l’Acoss lors de la conférence de presse. La donnée était rendue jusqu’ici accessible aux spécialistes, mais elle est aujourd’hui partagée au plus global.” Il a ensuite expliqué que, pour valoriser ces données administratives, il a fallu les “nettoyer” en les qualifiant “au plus fin” en fonction de critères géographiques et économiques.

Mais le réseau des Urssaf n’a pas attendu l’open data pour partager ses données. C’est ce que Yann-Gaël Amghar, directeur général de l’Acoss, a souhaité rappeler en ajoutant que l’open data permet “d’aller encore plus loin qu’aujourd’hui dans notre rôle de facilitateur économique”. C’est donc une stratégie de valorisation des données existantes qui s’inscrit directement dans la dynamique globale de modernisation de l’administration. 

De 2010 à 2016, la tendance chez les organismes publics était d’ouvrir l’accès à des données qui étaient surtout statiques et difficilement exploitables. “Mais depuis peu, nous assistons à une seconde génération de données appliquée à des usages précis, explique Jean-Marc Lazard, fondateur et CEO d’Opendatasoft. C’était une étape nécessaire car ce qui fait une bonne plateforme c’est avant tout une bonne data”. L’éditeur de logiciels français a aujourd’hui déployé sa solution dans plus de 300 organismes publics et collectivités territoriales. Signe que les acteurs publics ont pris conscience du potentiel de l’open source dans l’économie numérique.

Intervention de Jean-Baptiste Courouble, DSI de l’Acoss, au dernier Cercle des transformateurs d’alliancy

Jean-Baptiste Courouble ACOSS

Jean-Baptiste Courouble, DSI de l’Acoss depuis huit ans.

« L’Acoss, l’Agence centrale des Organismes de sécurité sociale, s’est dotée d’une direction de l’Innovation et du Digital (DID) pour favoriser l’ensemble de ces initiatives en vue d’élargir son champ d’actions et émuler l’approche innovante au sein du réseau des Urssaf. Ceci s’est concrétisé par la création d’un lab Urssaf à Montreuil animé par la DID. Côté DSI, nous avons créé une entité « Fabrique digitale », véritable accélérateur de notre transformation. De l’association du lab et de la Fabrique a émergé un « hub digital » permettant de matérialiser la démarche d’innovation au travers de réalisations techniques concrètes, en incubant des start-up externes comme des start-up d’Etat. Aujourd’hui, une dizaine de projets ont abouti. »

 

Jean-Baptiste Courouble (Acoss) « Au-delà du régalien, nous pouvons offrir beaucoup plus de services aux employeurs »

Suivre tous les événements ALLIANCY

Alliancy Connect : j'actionne cet article !
Ce sujet est une priorité ? Vous aimeriez rencontrer la personnalité interviewée ? Vous souhaiteriez partager votre expérience sur le sujet ? 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *