Cet article fait partie du dossier

Smart city : la voie pour réinvestir la ville
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Quand les villes s’intéressent à la blockchain…

[Alliancy n°16] Cette récente méthode de sécurisation et d’authentification des transactions, et toutes les applications qui en émergent, intéresse de plus en plus décideurs politiques et économiques.

Quand les villes s’intéressent à la blockchain…

Batiment du quartier confluence, Lyon © Olivier Guerrin

Après Brooklyn et son TransActive Grid, utilisant la blockchain pour acheter et vendre de l’énergie solaire via un réseau local et autonome début 2016, Dubaï et son projet de transformation « Stratégie Blockchain Dubaï » à horizon 2020, c’est au tour de Lyon d’explorer l’échange pair à pair d’énergie solaire, en accueillant un projet pilote, mené dans le quartier de Lyon Confluence*. Cette expérimentation menée par Bouygues Immobilier, Stratumn et Energisme consiste à bâtir le démonstrateur d’un réseau local décentralisé de supervision des échanges d’énergie dans la ville. « Nous voulons que les habitants d’un écoquartier puissent bénéficier d’une énergie d’origine locale certifiée, provenant des panneaux photovoltaïques du voisinage. Début 2017, un immeuble sera équipé à Lyon, puis dans d’autres éco-quartiers en France, dès que ce pilote aura démontré toutes ses possibilités », précise Olivier Sellès, responsable Innovation et Smart City de Bouygues Immobilier. Alors, les villes seraient-elles attirées par les promesses des blockchain, ces technologies de stockage décentralisées, transparentes et sécurisées ?

Cet article est réservé à nos abonnés, Connectez-vous !

Vous n’êtes pas encore abonné ? Intégrez la communauté Alliancy
Et accédez à l’intégralité des articles de la rédaction, et bien plus encore…Je découvre