Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Chez Kiabi, l’API devient accélérateur d’innovation

La création d’une API (Application Programming Interface) a démarré en 2015 avec Software AG chez Kiabi. Objectif : innover dans le domaine de l’expérience client au travers d’applications spécifiques…

Déjà, au printemps 2016, le groupe français du prêt-à-porter à petits prix, a été la première enseigne du secteur à initier un « Big Data Challenge ». En septembre, elle avait aussi mis en test un robot Pepper dans son magasin du Val d’Europe.

Déjà, au printemps 2016, le groupe français du prêt-à-porter à petits prix, a été la première enseigne du secteur à initier un « Big Data Challenge ». En septembre, elle avait aussi mis en test un robot Pepper dans son magasin du Val d’Europe.

Mi-juin, la DSI de Kiabi organisait un hackathon avec Software AG, dans la suite logique de la mise en place de son API opérée fin 2015 avec l’éditeur. C’était une première en France pour l’éditeur et « une façon de tester son API Management, voir si elle était dans les normes » pour Anthony Pierson, IT Architecture leader chez Kiabi*.

Durant deux jours, un groupe d’une cinquantaine de développeurs, web designers, créatifs… autant internes à l’entreprise qu’externes, ont ainsi pu faire de la programmation informatique collaborative autour d’une idée : « l’enchantement client ».

Les deux sessions se sont déroulées au-dessus du magasin Kiabi de Villeneuve-d’Ascq (Nord), pour faciliter les interactions avec les experts techniques ou métiers du groupe et les clients en vue de recueillir rapidement leurs avis.

Mais, en « outsourçant l’innovation », la marque de vêtements comptait surtout faire émerger des idées innovantes en termes de relation client.

Au total, trois prototypes ont été « primés » sur les 14 propositions abouties. Depuis, elles ont été présentées aux métiers pour envisager un développement plus poussé. « Dans les projets lauréats, tous externes, il y a eu deux chatbots, dont un basé sur Facebook Messenger, et un jeu de gamification de la fidélisation client, très amusant », précise Anthony Pierson.

En ouvrant ses interfaces de programmation applicative (API) aux participants, Kiabi a donné accès à son catalogue, ses bases de données client anonymisées et ses données magasin en temps réel. Une première au centre de la stratégie numérique du groupe, qui souhaite accélérer sur l’innovation, autant en interne (site web d’e-commerce) qu’avec ses partenaires et fournisseurs, y compris à l’international. « Il s’agit bien d’une API ouverte, destinée dès sa conception à être utilisée à l’extérieur, avec des partenaires identifiés », confirme-t-il.

L’enseigne française souhaite doubler ses ventes d’ici à 2021, en se développant notamment à l’international.

 « C’est très important pour nous de participer à ce type d’événements, renchérit Erwan Ganachaud, Retail Executive chez Software AG. On le fait depuis trois ans environ pour aider nos utilisateurs à faire connaître l’API dans le groupe et son écosystème. L’idée chez Kiabi était aussi de faire comprendre aux utilisateurs que chacun est responsable de ses données et décide de la façon de les partager ».

 Un deuxième hackaton en gestation

Le groupe de mode est en effet très ouvert aux nouvelles idées, notamment en provenance de ses salariés. « C’est aussi une façon de désiloter une entreprise, poursuit Erwan Ganachaud. Car cette démarche « d’ouverture » n’est pas encore si répandue dans les entreprises ». Pourtant, il faut désormais avoir la capacité à transférer de la donnée pertinente au bon moment et quasi en temps réel entre services, BU et partenaires extérieurs. « Notamment dans le retail, un secteur très concurrentiel, mais très habitué à se renouveler et à se remettre en question. On voit d’ailleurs plusieurs grands groupes qui montent des API pour donner de plus en plus accès à leurs données, pour l’interne déjà, mais aussi pour l’externe. »

 Ainsi, il serait plus simple de transformer une idée ou un concept métier en application quand le logiciel devient orchestrateur des processus métiers. Les développeurs deviendraient alors des pourvoyeurs d’innovation que l’entreprise ne soupçonne peut-être pas. D’ailleurs, au vu du succès de ce premier événement, un second hackaton est en gestation, cette fois en interne pour impliquer davantage les métiers, et voir comment on pourrait monnayer cette API…

* Siège de Kiabi dans le Nord : 1 000 personnes, dont plus de 200 à la DSI. Le groupe réalise un chiffre d’affaires annuel de 1,8 milliard d’euros, avec près de 9 000 salariés dans le monde.

Lire aussi sur Alliancy

Intermarché s’en va-t-en guerre


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *