Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Galeries Lafayette/La Redoute : le choix de la complémentarité

Les Galeries Lafayette annoncent leur souhait de racheter 51 % de La Redoute, avec pour objectif à terme d’en devenir propriétaire à 100 %. Il y a seulement trois ans, le fleuron roubaisien de la « VPC » avait été cédé par Kering à ses dirigeants pour l’euro symbolique.

L’opération permettrait de réaliser des synergies et un partage d’expériences, tant au niveau des achats que du réseau de magasins ou de la donnée. ©GaleriesLafayette

Le rapprochement annoncé ce jeudi 31 août entre les Galeries Lafayette, via sa holding Motier, et La Redoute (qui cède 51 % de son capital à son partenaire) va permettre de créer un nouveau groupe « leader du commerce omnicanal », spécialiste de la mode et de la maison, aux racines françaises et au rayonnement international. A terme, l’opération prévoit même une intégration à 100 % de La Redoute.

Après avoir engagé avec succès en 2014 un plan de transformation majeur, La Redoute est « redevenu » l’un des leaders français du e-commerce dans les secteurs de la mode et de la maison. Affichant un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros (pour 1 700 salariés) et 9 millions de visiteurs uniques mensuels (français et européens), La Redoute a pour vocation de rendre accessible le style à la française en mode et maison que ce soit sur ses sites marchands ou dans ses magasins physiques dédiés à la décoration et à l’ameublement. La société avait il y a quelques années doublée la capacité de traitement des colis en revisitant toute sa logistique industrielle (avec Quai 30), en abandonnant en parallèle son fameux catalogue papier…

Ce rapprochement offre de nombreux avantages aux deux parties : il permettrait notamment au groupe Galeries Lafayette d’accélérer sa transformation digitale et la fusion entre les réseaux physiques et digitaux (le groupe avait déjà racheté en 2016 InstantLuxe et BazarChic), et à La Redoute de consolider son avenir et un développement rentable et durable en s’adossant à un groupe familial, actionnaire de long terme.

Galeries Lafayette et La Redoute : deux entreprises déjà largement engagées dans leur transformation numérique :

  • Vekia signe avec les Galeries Lafayette et recrute 40 personnes d’ici à fin 2017
  • Lafayette Plug & Play et Carrefour France optimisent l’open innovation
  • La Redoute et Ulule s’allient pour aider les start-up de la mode et de la décoration
  • Connaissance client : La Redoute retrouve son style
  • Intranet collaboratif : stratégie et mise en œuvre à La Redoute

L’opération permettrait également de réaliser des synergies et un partage d’expériences et de collaborations majeur, tant au niveau des achats que du réseau de magasins ou de la donnée. Nicolas Houzé, directeur général des Galeries Lafayette et du BHV Marais, a d’ailleurs déclaré dans le communiqué : « Avec La Redoute, nous écrivons une nouvelle page de notre histoire centenaire de commerçants. Nous sommes heureux de franchir cette étape structurante avec Nathalie Balla et Eric Courteille, dont nous partageons à la fois la vision et les valeurs. Sous leur impulsion et grâce à la contribution de l’ensemble des équipes, La Redoute a initié un redressement spectaculaire que nous souhaitons accompagner sur le long terme. Nous sommes convaincus qu’ensemble, nous construirons un projet puissant au service de nos clients. »

De leurs côtés, Nathalie Balla et Eric Courteille, les co-Présidents de La Redoute, ont reconnu que cet adossement va leur « permettre de nouveaux développements en France et à l’international (sur une offre produits de la maison), dans l’objectif d’atteindre 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires à horizon 2021. » Le nouvel ensemble, qui totalise un chiffre d’affaires actuel de 4,5 milliards d’euros, vise les 5,5 milliards en 2020.

La finalisation de la transaction, qui devrait avoir lieu au cours des prochains mois, reste soumise à la consultation du Comité d’entreprise de La Redoute et à l’approbation des autorités réglementaires compétentes.

Cette annonce intervient à un moment crucial où le commerce vit une « nouvelle » révolution, avec une multiplication des alliances entre les différents acteurs du physique et de la vente en ligne face à la montée en puissance des marques, notamment aux Etats-Unis (Walmart avec Google Express, Amazon avec Whole Foods Market…).


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *