Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Octipas met le vendeur au service du client

La société montpelliéraine Octipas a remporté cette semaine le concours « Digitalisation du point de vente », ainsi que le « Golden Award » de la dernière Paris Retail Week. Une récompense qui rappelle bien la place que retrouve le vendeur aujourd’hui en magasin.

Octipas met le vendeur au service du client

Nicolas Passalacqua, fondateur d’Octipas

Octipas, créée à Montpellier (Hérault)  il y a déjà sept ans, vient de vivre un moment fort de son histoire cette semaine ! Doublement primée lors de la Paris Retail Week, ce spécialiste des solutions pour « tablettes vendeurs » en magasin s’est vu conforter dans son choix d’il y a quatre ans de ne plus s’adresser qu’aux enseignes du retail voulant digitaliser leurs points de vente.

Aujourd’hui, Octipas a travaillé pour plus de 650 magasins d’une dizaine de grandes marques françaises, dont Celio, Natures & Découvertes, The Kooples, Eram, Okaidi, Madura, Zadig & Voltaire, Nature et découvertes, qui veulent toutes se recentrer sur la satisfaction client face au comportement de consommateurs de plus en plus connectés et exigeants.

Sa solution pour les accompagner ? « On fournit un assistant au vendeur, explique Nicolas Passalacqua, le fondateur de l’entreprise, pour l’aider à aller plus vite et qu’il puisse apporter davantage de services à son client. Par exemple, de sa tablette, il doit avoir accès en temps réel à l’état des stocks pour savoir si un produit est disponible et à quel endroit, ou encore, disposer d’un maximum d’informations sur le client. »

Jusque-là, on se dit qu’Octipas n’est pas la seule à fournir une telle solution… Certes, mais sa force est justement dans l’interface qu’elle a su développer de ses tablettes aux systèmes d’information de l’enseigne. Pas le plus simple, vu le nombre de bases de données dont chaque retailer dispose… « On s’interface à leur SI et on fusionne si besoin leurs bases pour les rendre conformes. Notre objectif est que le vendeur est une vision omni-canal en vue de simplifier la vie du client, poursuit-il. Ensuite, nous offrons au vendeur une interface simple, rapide et le plus utile possible. Côté enseignes, nous fournissons toute une série d’indicateurs, comme le suivi des usages en magasins, les états du matériel, des systèmes de paiement… Nous nous adaptons totalement aux besoins de chaque enseigne ».

Aujourd’hui, l’entreprise compte 18 collaborateurs et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Fin 2016, elle a levé 2,1 millions d’euros*, somme qu’elle a mise à profit pour développer son équipe commerciale et adapter sa solution à toutes les connexions possibles aux différents « SI » de ses clients. « L’agilité dans la connectivité est incontournable pour pouvoir attaquer de nouveaux marchés », explique le dirigeant, qui vise dorénavant l’international.

Les tablettes vendeurs d’Octipas proposent plus de 120 fonctionnalités, en vue de réduire le temps d’attente en caisse ; éviter les ruptures de stock et les ventes perdues associées, gérer la prise de rendez-vous, le CRM…

Les tablettes vendeurs d’Octipas proposent plus de 120 fonctionnalités, en vue de réduire le temps d’attente en caisse ; éviter les ruptures de stock et les ventes perdues associées, gérer la prise de rendez-vous, le CRM…

Dans un premier temps, Octipas compte suivre ses clients là où ils sont déjà implantés, comme il va bientôt le faire avec l’enseigne Madura à New York, et en 2018 avec Celio. « Nous sommes déjà présents sur les marchés européens de proximité comme la Belgique, l’Allemagne ou le Royaume-Uni, mais cette fois, nous visons l’Amérique ». Le pas est en effet plus grand, car il lui faut créer son réseau partenaires.

Si Nicolas Passalacqua ne dévoile pas son chiffre d’affaires, il confirme toutefois que ses ventes vont croître de 100 % cette année. « On voit un vrai changement chez nos clients depuis le début de l’année 2017, confirme-t-il. Le vendeur revient au cœur de la relation client en magasin. C’est pourquoi ils ont besoin des bons outils pour le mettre à son service. C’est ce que faisons. » La société prévoit une nouvelle levée de fonds fin 2018, pour accélérer cette fois à l’international.

* auprès de deux fonds américains, un fonds scandinave et plusieurs business angels. En 2012, la société, qui proposait alors des « wish lists » avait levé 350 000 euros auprès d’investisseurs privés.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *