Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Peut-on mieux préparer les futures générations à l’entreprise numérique ?

Depuis 2010, la start-up Edoki Academy adapte la pédagogie alternative Montessori aux usages mobiles et numériques. Une transformation qui pose une question plus large : les enfants qui auront profité de cet apprentissage très différent de celui de l’Education Nationale ne seront-ils pas plus à l’aise dans 10 ou 15 ans dans le monde de l’entreprise, transformé lui-même par le numérique ?

Edokiacademy (Article)Autonomie, adaptabilité, confiance en soi, capacité de collaboration… autant de qualités attendues aujourd’hui chez les collaborateurs dans des entreprises en pleine remise en cause de leurs business models, de leurs modes d’organisation, de leur trajectoire numérique. Des qualités que beaucoup, actuellement dans le monde du travail, doivent développer, qu’ils soient de la « génération X » ou dans une moindre mesure « Y », car celles-ci s’acquièrent souvent dès la petite enfance.

« Les enfants d’aujourd’hui sont les femmes et les hommes de demain. Mettre au centre du jeu des valeurs comme l’autonomie et le plaisir d’apprentissage et du travail est déterminant dans notre société et notre rapport au monde de l’entreprise en tant qu’adulte » décrit Marilyne Maugin, l’une des trois co-fondatrices de la start-up française Edoki, devenue Edoki Academy après sa fusion fin 2015 avec Seven Academy, basée à Montréal. Cette éducatrice pour les 3-6 ans et les 6-12 ans s’appuie sur la méthode ouverte d’apprentissage Montessori qui met en avant l’importance dans le parcours éducatif de l’utilisation de ses sens par l’enfant et de l’interaction avec des objets concrets. Créée en 1907 par la médecin Maria Montessori, elle met justement l’accent sur l’auto-apprentissage, l’autonomie et l’intelligence de la collaboration. Des entrepreneurs comme Jeff Bezos (Amazon), Sergeï Brin et Larry Page (Google) ou encore Jimmy Wales (Wikipedia) sont aujourd’hui réputés s’être appuyés sur les forces de cette méthode.

L’Education Nationale prépare-t-elle bien à un monde numérique ?

Edoki Academy entend adapter cette pédagogie centenaire à l’ère des applications mobiles et des tablettes. Depuis 2010, la start-up propose 25 apps, notamment disponible sur l’Apple Store, permettant aux enfants de réaliser des exercices éducatifs pour mieux comprendre le monde qui les entoure. Pionnière sur le sujet avec son entreprise, Marilyne Maugin regarde d’un œil critique l’introduction du numérique et des terminaux mobiles dans l’éducation française. « Il y a une forte mouvance éducative qui veut profiter de ce nouveau souffle numérique, et l’Education Nationale se pose la question depuis des années sur l’intégration de ces outils. Mais les chiffres d’échec sont flagrants. ». Un constat plus général que la seule question de l’usage des applications et des tablettes : « Si on regarde les parcours des enfants dans l’Education Nationale, on se rend vite compte qu’ils ne vont pas bien. Il y a du stress, du mal être, aucun plaisir à apprendre… Cela ne peut pas continuer comme ça » Pour l’éducatrice et entrepreneure, c’est bien un certain nombre de piliers, notamment l’autorité descendante, le pur apprentissage théorique ou encore la stigmatisation de l’échec, qui sont problématiques dans le cadre de l’école publique.

Un reproche qui résonne assez fortement avec les problèmes que l’on retrouve actuellement dans de nombreuses entreprises confrontés à leur transition numérique et qui doivent s’adapter difficilement à de nouveaux modes de fonctionnement : aplatissement hiérarchique, expérimentation et « fail & learn » permanents, indépendance des collaborateurs, nouveaux modes de travail, voire développement de l’intrapreunariat… La prochaine génération pourrait-elle faire mieux ?

Manque de maturité française

« Avec notre approche, le chemin autonome de l’apprentissage de l’enfant est aussi important que la réponse, juste ou fausse, apportée lors d’un exercice » note Marilyne Maugin « On part de cas de figure très concrets puis l’enfant va, à son propre rythme, vers plus d’abstraction ». Cette logique est reproduite dans les applications, qui n’intègrent par ailleurs ni pubs, ni achats in-apps, pas plus que de signalements « agressifs » de l’échec d’un exercice : l’enfant est invité à comprendre le problème et à recommencer. « Nous avons aussi voulu que les valeurs Montessori autour de l’esthétique et de la praticité soient conservées ; un soin tout particulier a été apporté au design et à l’ergonomie des applications, qui sont autant de points clés de la méthode » souligne également l’éducatrice.

Montessori-Numbers-EdokiAcademy-article

Exemple d’accessoire utilisé en pédagogie Montessori – CC-BY-ND 2.0 – Natashi Jay

Un sens du détail qui n’a pourtant pas été synonyme d’un chemin sans encombre. Convaincre du bien-fondé de la démarche la direction de l’Institut Supérieur Maria Montessori, qui forme les éducateurs spécialisés, n’a pas été sans mal, car l’une des fondations de la pédagogie reste la présence de l’enfant en classe pour qu’il puisse manipuler directement les objets à disposition. L’argument de diffusion de cette pédagogie alternative a cependant fini par faire mouche. Aujourd’hui, Edoki Academy est partenaire d’une école Montessori pour enfants HQI ou en situation d’handicap dans le sud de la France, qui voit dans l’usage des tablettes et les applications un moyen de dépasser certaines frustrations dans les manipulations d’objets parfois difficile pour les enfants. La start-up a également passé des partenariats avec des écoles privés, mais pour Marilyne Maugin, la France n’est absolument pas mature sur le sujet, contrairement… aux Etats-Unis, où l’apprentissage en « one to one » qui favorise l’interaction autour d’une tablette, est beaucoup plus répandu. L’entreprise dont les apps ont été déjà téléchargé 2 millions de fois, réalise d’ailleurs 80% de son chiffre d’affaires à l’international. En juin, elle sortira une 26e application, intitulée Busy Water, qui permettra aux enfants de comprendre les logiques de la gravité. Fin 2016, elle proposera également une plateforme de services web pour permettre à ceux qui le souhaitent de mener les exercices à partir d’autres terminaux, comme un ordinateur.

De son côté, l’Education Nationale déploie progressivement son « plan numérique » annoncé en mai 2015 pour que la jeunesse « soit de plain-pied dans le monde numérique » et précise que plus de 1200 écoles et 1500 collèges seront équipés en tablettes à la rentrée 2016… sans par ailleurs poser la question de l’adaptation du cœur de ses logiques d’enseignement à ce fameux « monde numérique ».


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *