Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

L’IA rappelle à l’ordre les étudiants

Le groupe ESG a présenté jeudi 27 avril son premier cours tutoré par l’intelligence artificielle en version bêta. Le logiciel a été développé par LCAconsulting.net pour permettre aux professeurs d’adapter leurs cours en fonction de l’attention des élèves.

Anthony Lecomte, étudiant en 4e année de marketing à l'ESGCI, teste le logiciel IA Learning depuis un mois. ©Célia Garcia-Montero

Anthony Lecomte, étudiant en 4e année de marketing à l’ESGCI, teste le logiciel IA Learning depuis un mois. ©Célia Garcia-Montero

Détecter la déconcentration des étudiants, les coacher en revenant sur les notions non suivies et leur proposer le meilleur moment où réviser, c’est ce que propose le logiciel IA Learning développé depuis un an par LCA Consulting. Surnommé Nestor, ce logiciel de cours tutoré par l’IA sera mis en œuvre à la rentrée prochaine dans les deux classes de l’ESGCI et l’ESG Finance. Le projet, qui sera présenté le 17 mai au World Council of people des Nations-Unis, est soutenu par l’ONU qui y voit le moyen d’offrir aux universités des pays en voie de développement l’accès à des cours dispensés en Europe et aux États-Unis à moindre coût.

Le principe pour l’étudiant reste celui d’un Mooc. Il suit sur la plateforme dédié des cours de son programme à travers des vidéos de 3 à 10 minutes. Pendant ce temps, l’intelligence artificielle va analyser plus de 300 mouvements de son visage et l’utilisation d’autres applications, comme le téléphone portable, pour adapter les questions du quizz final en fonction des moments d’inattention et faire travailler l’étudiant sur les points non assimilés. « C’est un pas en avant pour améliorer la capacité d’apprentissage », réagit Mario Miranda, enseignant à l’ESG, pour qui le téléphone portable en cours est un fléau. Selon une étude Nielsen, les jeunes de la « Génération Z » envoient 3 400 sms par mois.

A lire aussi : 2017 : Sommes-nous prêts pour l’Intelligence Artificielle ?

Une collecte de données à but pédagogique

Marcel Saucet a présenté en avant-première à l'ESGCI son logiciel IA Learning. ©Célia Garcia-Montero

Marcel Saucet a présenté en avant-première à l’ESGCI son logiciel IA Learning. ©Célia Garcia-Montero

D’autres options peuvent compléter le logiciel, comme l’analyse de l’agenda de l’étudiant pour lui proposer des plages horaires de révision ou l’analyse de ses contacts dans des visées publicitaires. Le professeur reçoit un reporting pour déterminer à quel moment les étudiants ne sont plus attentifs pour adapter son cours. « La prochaine étape sera l’installation dans les amphithéâtres de caméra pour détecter les absences d’élèves », prévient Marcel Saucet, professeur et chercheur associé à l’Université de San Diego en Californie à l’origine du projet.

L’utilisation des données collectées posent question, à la veille de l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données à l’échelle européenne. Le logiciel constitue en effet une fiche d’identité de l’étudiant. « Pour l’instant, la collecte est purement à visée pédagogique, affirme Marcel Saucet. Nous ne la stockons pas ; par la suite, nous verrons ce que nous en ferons mais nous respecterons la législation. » La surveillance permanente des élèves est également à relever. « On est déjà tellement traqués sur les réseaux sociaux et les professeurs font déjà du flicage en cours », soutient Marcel Saucet.

Une solution pour l’entreprise

Pour le professeur, l’IA est l’avenir en matière de pédagogie : « C’est la même révolution que ce qu’Uber a fait avec les taxis. » D’après le groupe ESG, 80% des cadres estiment que l’IA améliore la productivité. LCA envisage dès à présent des applications dans le monde de l’entreprise. « L’université de Nice Sophia-Antipolis nous a demandé de l’adapter aux start-up pour que l’assiduité soit prise en compte dans la création des dossiers de financement. » Le porteur de la solution high-tech certifie que nous ne sommes qu’aux débuts de l’intelligence artificielle et il va créer une nouvelle entreprise à la rentrée pour se positionner sur le marché.

Consultez également Alliancy n°17  » Où en est l’IA dans l’entreprise » à commander sur le site.

bannière alliancy 17


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *