Atos lance myQLM pour démocratiser la programmation quantique

Le nouveau programme myQLM permettra aux chercheurs, étudiants et développeurs en informatique quantique de développer et simuler des programmes quantiques sur leurs propres postes de travail. Il sera disponible gratuitement pour tous les utilisateurs du simulateur Atos Quantum Learning Machine.

Dérivé du simulateur Atos QLM, myQLM est un environnement python (langage de programmation) destiné à développer et simuler des programmes quantiques sur son propre poste de travail.

Dérivé du simulateur Atos QLM, myQLM est un environnement python (langage de programmation) destiné à développer et simuler des programmes quantiques sur son propre poste de travail.

A l’occasion de la 4ème édition des Atos Technology Days organisée à VivaTech, Atos, a lancé le 16 mai myQLM, un programme offrant gratuitement aux chercheurs, étudiants et développeurs des outils de programmation quantique. L’objectif étant de démocratiser l’accès à la simulation quantique et encourager les innovations en informatique quantique.

L’annonce a été faite dix-huit mois après avoir dévoilé le simulateur quantique Atos Quantum Learning Machine, capable de simuler jusqu’à 41 bits quantiques (Qubits). Atos continue d’innover dans le domaine de l’informatique quantique en permettant aux écosystèmes utilisateurs d’Atos QLM de développer des algorithmes quantiques de manière autonome.

Dérivé du simulateur Atos QLM, myQLM est un environnement python (langage de programmation) destiné à développer et simuler des programmes quantiques sur son propre poste de travail. Le programme myQLM se compose de :

  • la distribution du logiciel myQLM aux clients et utilisateurs finaux de l’Atos QLM. Ils pourront programmer en langages AQASM (Atos Quantum Assembly Language) et pyAQSM et tester leurs programmes par simulation numérique sur leurs propres ordinateurs.
  • La possibilité d’exécuter des programmes développés avec myQLM sur un véritable simulateur Atos Quantum Learning Machine via un portail dédié et payant.
  • Une communauté menée par les utilisateurs de myQLM pour le partage des meilleures pratiques, l’échange de bibliothèques et de codes d’applications quantiques et le support collaboratif.
  • Interopérabilité avec d’autres cadres de calcul quantique. Atos assure l’ouverture et l’interopérabilité en fournissant des traducteurs open source de myQLM vers d’autres environnements de programmation quantique.

« Avec myQLM, nous faisons un nouveau pas en avant dans le domaine de l’informatique quantique. Le fait d’offrir aux chercheurs, étudiants et développeurs un accès gratuit à la programmation et aux tests quantiques démocratisera l’utilisation de la simulation quantique et contribuera à élargir la portée globale de l’informatique quantique, une technologie qui façonnera l’avenir de l’informatique pour les années à venir  » explique Thierry Breton, Président-directeur général d’Atos.

De plus, les startups de recherche en informatique quantique et les laboratoires universitaires sont invités à présenter une demande d’adhésion au programme myQLM.

En novembre 2016, Atos a lancé un programme ambitieux visant à anticiper l’avenir de l’informatique quantique et à se préparer aux opportunités et aux risques qui en découlent. À la suite de cette initiative, Atos a été le premier acteur à modéliser avec succès le bruit quantique. À ce jour, la société a installé des Quantum Learning Machines dans de nombreux pays, dont l’Autriche, le Danemark, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et les États-Unis, stimulant ainsi les grands programmes de recherche dans de nombreux secteurs d’activité.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *