Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Identifiez-vous pour lire l’intégralité des articles premium et accéder à l’ensemble de nos ressources.
Pour recevoir les dossiers thématiques par mail, inscrivez-vous !
Je m'identifie

Cet article fait partie du dossier

Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Linky – De nombreux industriels et installateurs, partenaires d’Enedis

Pour réaliser la fabrication et la pose des compteurs Linky, comme le recyclage des vieux compteurs électriques, Enedis s’est allié avec un nombre important d’entreprises françaises ou étrangères, présentes sur notre territoire. Petit tour d’horizon.

| Cet article fait partie du dossier « Linky, le compteur de toutes les attentions »

De nombreux industriels et installateurs, partenaires d’Enedis

Le temps de pose d’un compteur Linky chez un particulier est de 28 minutes en moyenne.

En août 2014, ERDF (aujourd’hui Enedis) a partagé la commande des trois premiers millions de compteurs Linky entre six constructeurs, retenus pour réaliser la fabrication et l’assemblage en France des différents matériels (lots différents pour compteurs et concentrateurs).

Il s’agit de l’Américain Itron, implanté à Chasseneuil-du-Poitou (86) ; du Suisse Landis+Gyr, situé à Montluçon (filiale du groupe Toshiba) ; de l’Allemand Ester (racheté depuis par l’Américain Honeywell), à Estrées-Deniécourt (60) et de l’Espagnol ZIV, à Fontaine (38). Deux entreprises françaises font également partie des fournisseurs : le Groupe Cahors, basé à Cahors (46), et Sagemcom, à Dinan (22). Tous ont travaillé, dès le lancement du projet avec la filiale d’EdF et son LinkyLab, autant en R&D que dans les phases d’expérimentation et d’industrialisation du process pour en assurer la scalabilité.

16 C’est le nombre de marchés pour le recyclage qui ont été attribués à des entreprises du secteur du travail protégé et adapté (STPA).

Testé en Indre-et-Loire et à Lyon (Rhône), le compteur Linky a été déployé progressivement depuis l’automne 2016 en France et le sera jusqu’en 2021. D’ici là, il remplacera l’ensemble des compteurs d’électricité sur notre territoire pour les particuliers (de 3 à 9 kVA), les professionnels (de 18 à 36 kVA) et les collectivités locales (de 3 à 36 kVA). Au total, ce sont 35 millions de compteurs qui sont à poser en France. Une opération d’envergure pour laquelle Enedis procédera par « taches de léopard ». 

Entre 4 000 à 5 000 emplois de techniciens-poseurs

Aussi, pour se rendre dans chaque foyer français, des PME et sociétés de services et de maintenance ont été sélectionnées. Il s’agit d’Agiscom, ERS, LS Services, Sera Airria, Atlan’Tech, GMV, OTI, Setelen, Chavinier, Parera, Phinelec, SFATD, DSTPE, Link Elec Solutions, Satelec et le groupe européen coté en bourse Solutions 30. Ce dernier installera près du tiers des compteurs Linky.

Les premiers marchés ont été attribués en juin 2015. 4 000 à 5 000 emplois de techniciens-poseurs sont ainsi créés sur l’ensemble du territoire pour la durée du projet. Au plus fort du déploiement, près de 35 000 compteurs seront posés par jour. A fin 2017, plus de 8 millions de compteurs sont en place. Alors, à quand Linky chez vous si ce n’est pas déjà fait ? Vous pouvez connaître ici la date de pose du nouveau compteur dans votre ville.

#Linky - Au plus fort du déploiement, près de 35 000 compteurs seront posés par jour. A fin 2017, plus de 8 millions de compteurs sont en place. Click To Tweet

En parallèle, les 35 millions d’anciens compteurs seront recyclés en France. Cette mission a été confiée à des entreprises de recyclage, dont plus de 60 % appartiennent au secteur du travail protégé et adapté (STPA). Le volume à recycler représente 45 000 tonnes de matériels électriques, ainsi que 7 500 tonnes d’emballages des nouveaux matériels, soit l’équivalent de cinq fois le poids de la Tour Eiffel, selon Enedis.

Toute la Supply Chain est assurée par le groupe et sa filiale Serval en interne. Une vingtaine de personnes travaillent auprès de Bernard Lassus, patron du programme, à ce sujet. « Nous nous sommes inspirés de ce qui se fait de mieux dans les secteurs de la distribution et de l’automobile en la matière. Il n’était pas question que l’on ne soit pas au top », conclut Bernard Lassus.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires (4)

  1. par Hanne

    Voir détruire sottement par milliers des compteurs en bon état de marche, c’est répugnant, un énorme scandale de gaspillage. Combien de Milliards d’€ ainsi jetés?, alors qu’on nous répète qu’on doit faire des économies, diminuer les postes dans l’administration, etc.On est très loin de la Transition énergétique dont Enedis nous rebat les oreilles, c’est même tout le contraire. UN CRIME EN COURS contre la planète et ses habitants.

    • par Christophe

      OUI, nous avons ici une illustration de l’incommensurable bêtise humaine… poussée par l’appât du gain. Il est nécessaire de creuser le sujet et descendre une nouvelle fois au fond de la mine. il faut identifier au travers des conventions de délégation entre la commune et le syndicat d’énergie la nature exacte des flux financiers. Un compteur qui fonctionne et qui est remplacé a nécessairement une valeur comptable (VNC, valeur nette comptable) . Identifier le flux, c’est remonter à la source, à l’une des origines du crime d’état.

    • par prud'homme

      Oui, c’est un scandale ENORME et demain un scandale financier et sans doute sanitaire , l’Eta dans sa grande bonté pour les « petits » préconise les économies et pour les « gros » leur fournit l’argent qu’ils peuvent gaspiller, oui, Linky je te déteste du plus profond de ma vieille personne submergée de colère par ces technocrates tout puissant qui veulent penser pour nous.

  2. par Vetter François

    Pourquoi vouloir recycler des appareils en état de marche ? Le recyclage c’est bon pour ce qui est en fin de vie. Recycler du matériel opérationnel s’appelle de la gabegie.