Cet article fait partie du dossier

Innovation : Enrichir son écosystème
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Lydia Babaci-Victor (Vinci Energies) : « Nous sommes dans une stratégie de diffusion de l’innovation »

Entourée d’une équipe d’une dizaine de personnes basées à Paris, Lydia Babaci-Victor pilote l’innovation au sein de Vinci Energies depuis quatre ans. Après beaucoup d’acculturation, de formation et l’ouverture des premières « factories », le phénomène de diffusion de l’innovation vise cette année à devenir vertueux et entraîner l’ensemble des collaborateurs.

Lydia Babaci-Victor pilote l’innovation au sein de Vinci Energies depuis quatre ans.

Lydia Babaci-Victor pilote l’innovation au sein de Vinci Energies depuis quatre ans.

Alliancy. Comment fait-on de la co-innovation aujourd’hui chez Vinci Energies ?

Lydia Babaci-Victor. Au bout de quatre ans, il faut arriver à aller au-delà de l’acculturation, des simples outils, c’est-à-dire de « l’usine à POC » [proof of concept]. Il faut trouver le moyen de faire de l’innovation au quotidien. Ce qui ne nécessite pas forcément les mêmes profils, ni le même type d’organisation en interne.

Du coup, quelle est votre ambition ?

Lydia Babaci-Victor. L’idée est de stabiliser une organisation qui puisse porter cette devise de faire de l’innovation au quotidien, ancrée au plus près du business. Après l’acculturation et la formation au démarrage, on arrive à ce que l’innovation adhère bien à l’esprit business du groupe d’un point de vue humain, technologique et économique, mais il faut maintenant infuser et diffuser toutes ses pratiques, animer la communauté de l’innovation au sein du groupe avec des profils de collaborateurs capables de former, disséminer et gérer des portefeuilles de projets… Ce sont bien plus que des ambassadeurs.

Et du côté start-up ?

Lydia Babaci-Victor. Nous investissons dans les start-up (Seed ou Série A) quand il s’agit de sujets plus stratégiques. On s’oriente également vers « être actionnaire minoritaire… à vocation majoritaire ». C’est une stratégie de maturité industrielle en termes de fonds d’investissement, et pas seulement de maturité « financière ». Notre objectif est d’avoir des investissements qui constitueront demain des briques industrielles de Vinci Energies. On dispose d’un portefeuille de projets internes et externes… Aujourd’hui, nous regardons tout, dans l’idée de compléter notre offre avec des pépites.

Visiteur ? Indiquez votre email ci-dessous.

 

Vous avez de la chance !
La rédaction vous offre cet article premium.
Pour lire en intégralité et accéder à tous les contenus, renseignez votre mail.Mon email