Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

JFD Connect, le club sélect des femmes du digital

Delphine Remy-Boutang, fondatrice de JFD Connect. © Charlie Perreau

Delphine Remy-Boutang, fondatrice de JFD Connect. © Charlie Perreau

Girls in Tech, Femmes du Numérique, #JamaisSansElles…les initiatives pour promouvoir l’innovation féminine se multiplient et connaissent un certain succès. Le club JFD Connect, qui vient d’être officiellement lancé, réunit les femmes évoluant dans le numérique. Créé par Delphine Remy-Boutang, cofondatrice de La Journée de la Femme Digitale, il accueille des entrepreneuses mais aussi des intrapreneuses. « Elles portent la transformation digitale en entreprise mais sont souvent isolées. On avait envie de les regrouper pour qu’elles puissent partager des bonnes pratiques, échanger sur leurs échecs et leur succès et surtout leur faire sentir qu’elles ne sont pas seules dans ce combat », explique cette ancienne d’IBM. Parmi ces intrapreneuses, beaucoup travaillent dans de grandes entreprises : Orange, L’Oréal, Yahoo, BNP Paribas, Madame Figaro, ou encore France Télévisions. Sa présidente, Delphine Ernotte Cunci, est d’ailleurs marraine du club. 

Une adhésion de 10 000 euros pour les start-up

Au-delà des rencontres pluriannuelles et de multiples avantages (avant-premières, visites privées, voyages…), une des ambitions du JDF Connect est de faire collaborer les grands groupes et les start-up. Pour le moment, sur les 70 membres du club, seulement trois sont des toutes jeunes entreprises (Frichti, mobirider et Cook Angels). Un chiffre qui pourrait s’expliquer par le prix élevé de l’adhésion. Les jeunes pousses doivent débourser 10 000 euros par an…Difficile de débloquer un budget aussi conséquent quand on fait monter en puissance son activité. Sans compter les multiples évènements auxquelles les pépites françaises sont conviées…gratuitement. Les grands comptes doivent régler 25 000 euros pour l’année et les adhésions personnelles s’élèvent à 2000 euros. « Il faut que les membres soient sélects, que ces femmes soient aujourd’hui des « decisions makers » dans les entreprises. On veut que ce réseau soit puissant », justifie Delphine Remy-Boutang.  

La fondatrice, qui vise 200 membres, ne compte pas à terme réserver ce club exclusivement aux femmes. « Nous voulons qu’il s’ouvre. Beaucoup d’hommes se mobilisent autour de ce mouvement, assure-t-elle, au final, l’idée du club est qu’il n’y ait justement plus besoin de club de femmes. » Selon l’édition 2015 de l’enquête Femmes du Numérique réalisée par le Syntec Numérique, la part de femmes dans les entreprises adhérentes ne représente que 27%.


Les commentaires sont fermés.