Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Engie allie technologie et agilité pour répondre au mieux à ses clients

Engie Lab Crigen s’est associé à Microsoft et Docker* pour améliorer ses processus d’expérimentations et faciliter le partage de ses « prooves of concept » avec ses clients.

Laboratoire de régulation, au Pôle Industrie du CRIGEN.

Laboratoire de régulation à Engie Lab Crigen © Engie / Azmoun Hamid

Engie Lab Crigen est le plus grand des centres de recherche et d’expertise opérationnelle du groupe Engie. Il appuie le développement des activités de l’énergéticien en innovant dans les domaines des technologies émergentes, des nouvelles énergies, et plus généralement des changements d’usages et de processus pour les métiers du gaz. Ses bases d’opérations se situent à la Plaine Saint-Denis et Alfortville près de Paris, et accueillent 350 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros.

Parmi toutes les technologies analysées et utilisées, le digital a naturellement sa place, notamment dans le développement des « canalisations communicantes » de demain pour les activités cœurs gazières d’Engie, de nouvelles solutions tournées vers le grand public, comme la mesure automatique des consommations d’électricité et de gaz ou encore l’acquisition et le traitement de données dans le bâtiment.  

Faciliter l’appropriation des applications digitales par le client grâce au principe DevOps

devopsAu-delà des avancées technologiques elles-mêmes, travailler sur l’innovation implique des enjeux spécifiques en termes d’organisation et de gouvernance des systèmes d’information. Ainsi, quand Engie Lab Crigen a souhaité en 2016 faire évoluer la mise à disposition des applications digitales développées dans le cadre de ses projets de recherche, la réflexion du centre s’est portée à la fois sur le socle technologique à utiliser et sur la méthode pour les rendre facilement intégrables par ses clients, internes et externes au Groupe. La mise en place d’une plateforme d’hébergement web agile et automatisée était donc nécessaire afin que les « prooves of concept » (PoC) digitales développées par le Lab puissent être testées rapidement par le plus grand nombre. Leurs retours d’expérience permettront d’adapter les applications aux besoins du marché en vue d’une commercialisation proche.

« En tant que fer de lance de l’innovation du Groupe, Engie Lab Crigen utilise des centaines de technologies digitales différentes, notamment open source. Pour cette plateforme, nous souhaitions bénéficier des fonctionnalités de Docker tout en nous assurant d’une mise en œuvre fluide et rapide grâce une vraie approche DevOps », explique Delphine Leblanc, chef du projet pour Engie Lab Crigen.

Repenser les processus, puis les réconcilier avec la technologie

C’est Microsoft qui a accompagné le centre R&D d’Engie sur le projet. Un signe clair des évolutions qu’a connu l’entreprise depuis que Satya Nadella en a pris la tête. « Nous sommes aujourd’hui capables d’aider nos clients même quand leurs besoins ne concernent pas des technologies Microsoft : on peut faire beaucoup de choses en DevOps avec le cloud et l’open source. Dans le cas d’Engie Lab Crigen, le but était de profiter de ce que permettent de faire les conteneurs Docker, le tout sur la plateforme Microsoft Azure. Le Hackfest a été le catalyseur pour permettre ces changements importants », explique ainsi Julien Corioland, évangéliste technique de Microsoft.

Engie Lab Crigen lance un « Hackfest » pour concevoir sa nouvelle plateforme

Banc de tests en laboratoire, au pôle Téléservices pour l'énergie.

Banc de tests en laboratoire à Engie Lab Crigen © Engie / Azmoun Hamid

Cet Hackfest, qui s’est déroulé du 3 au 11 novembre 2016, a réuni les équipes de développement du Engie Lab Crigen, Engie It et celles de Microsoft. Les deux premiers jours de la rencontre ont été consacrés à la création d’une Value Stream Mapping, une méthode de lean management inventée par Toyota pour modéliser tous les processus, de la phase d’idéation jusqu’à la mise en production des solutions, et challenger tous les goulots d’étranglement qui gênaient la fluidité recherchée par Engie Lab Crigen. A partir de là, un nouveau cycle de vie des projets a pu être spécifié, permettant la mise en place de bonnes pratiques : intégration et déploiement continus, « infrastructure as a code », utilisation d’un GitLab… Les trois derniers jours ont permis de prototyper la plateforme, alliant vision organisationnelle et réalité technique.

« Nous ne voulions pas créer une plateforme parfaite « plaquée or » alors que les technologies à notre disposition évoluent très rapidement. Le travail accompli cette semaine devait s’ancrer dans une logique d’adaptation permanente. Cela a été rendu possible par l’étroite collaboration entre les équipes d’Engie et celles de Microsoft dans un mode de travail agile et collaboratif », résume Delphine Leblanc. « Nos indicateurs permettent déjà d’évaluer une baisse des taux de bugs et une réduction du temps de développement. C’est un point de départ important ! Nous surveillerons tous les résultats de cette transformation tout au long l’année.»

A travers ce projet, Engie Lab Crigen a montré sa capacité à remettre en cause et à améliorer ses processus d’expérimentations et « prooves of concept » dans le but de répondre au mieux aux attentes du marché.

*Docker est un logiciel libre d’automatisation du déploiement d’applications, grâce à une approche « en conteneur »,  qui permet de déplacer une application de façon flexible sur différents cloud, en local, etc.

A lire également :


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *