Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Identifiez-vous pour lire l’intégralité des articles premium et accéder à l’ensemble de nos ressources.
Pour recevoir les dossiers thématiques par mail, inscrivez-vous !
Je m'identifie

Cet article fait partie du dossier

Beauté/Bien-être : le virage numérique
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

La stratégie de LVMH à Station F

Après L’Oréal, Zendesk, Venteprivée, Microsoft, Facebook… C’est au tour d’un autre grand, LVMH, d’inaugurer son programme d’accélération de start-up au sein de Station F pour innover sur tous ses métiers.

Au centre, Bernard Arnault, PDG du groupe, lors de l’inauguration de la « Maison des startups de LVMH » à Station F le 9 avril 2018 (Instagram LVMH)

 Durabilité des matières premières, réinvention de l’expérience client et des magasins, chaîne de production industrielle, sécurisation des produits… Le programme du groupe français de luxe à Station F était présenté, ce lundi 9 avril au soir, par Bernard Arnault, PDG de LVMH, en présence notamment de Ian Rogers, CDO du groupe.

« La Maison des Startups » vise à accompagner les enjeux clés du groupe sur ses quatre grands métiers que sont les vins & spiritueux ; la mode & maroquinerie ; les parfums & cosmétiques et les montres & joaillerie. Avec des marques aussi célèbres que Moët Hennessy, Dior, Louis Vuitton, Sephora, Guerlain…

Devant une assemblée nombreuse, dont Xavier Niel et sa compagne (Delphine Arnault, directrice générale adjointe de Louis Vuitton), le PDG a rappelé la proximité historique « entre le groupe, ses valeurs et le monde de la création d’entreprise et des start-up ». Le but étant de « conserver dans un groupe d’une certaine taille l’agilité entrepreneuriale nécessaire pour faire avancer les choses le plus vite possible et de la manière la plus efficace possible », a-t-il ajouté.

Ainsi, dans le « plus grand campus de start-up au monde », LVMH dispose depuis novembre dernier d’un espace de 220 mètres carrés équipés de 89 postes de travail, où il ambitionne d’accueillir 50 start-up internationales chaque année (deux promotions de 6 mois). La première promotion de ces pépites a été repérée lors du salon VivaTech de ces deux dernières années. 23 sociétés (sur 80 candidates) ont été sélectionnées et peuvent désormais bénéficier de « coaching individualisé, accompagnement par des experts du groupe, workshops, sessions de pitchs et de networking…», précise le communiqué, en plus de tout ce qui se passe par ailleurs à Station F.

Au sein du groupe (145 000 collaborateurs), cette initiative complète notamment le « Luxury Lab », qui permet de détecter les start-up lors du salon Viva Technology ; l’ouverture à l’intrapreneuriat au travers de l’initiative interne Dare (Disrupt, Act, Risk to be an Entrepreneur), et l’accélération des collaborations entre les start-up et les 70 « Maisons » de LVMH en fonction de besoins plus spécifiques.

« Trois équipes internes sont déjà présentes sur Station F, a par ailleurs précisé Chantal Gaemperle, directrice des Ressources humaines et Synergies de LVMH. Elles sont suivies par un sponsor du groupe qui avise du temps nécessaire à leur incubation. Il peut être différent selon les projets ». Et d’ajouter qu’un appel à idées sera lancé par le groupe en Chine en juin prochain et à New York en octobre. « L’intrapreneuriat concerne tous les pays où nous sommes présents, rappelle la dirigeante. C’est une façon de mieux connaître nos talents. Récemment, sur le thème de la diversité, 350 idées nous sont ainsi remontées. C’est une vraie réussite. »

Nombreuses levées de fonds en vue

Parmi les jeunes dirigeants de jeunes pousses présents, on retrouve évidemment l’équipe d’Heuritech, grand gagnant de la première édition du prix « Innovation Award LVMH », lors de VivaTech 2017. Cette start-up parisienne, née en 2013, qui compte 23 salariés aujourd’hui (dont 6 basés sur Station F), propose une solution qui permet d’identifier les produits des marques sur les réseaux sociaux ou dans leurs catalogues dans le but d’analyser les tendances, l’ambiance ou le street style des audiences. Son but ? Analyser des millions d’images sur les réseaux sociaux chaque jour afin d’anticiper les tendances produits pertinentes et de mesurer la performance dans le temps.

La start-up, dont l’équipe est composée à 35 % de docteurs en intelligence artificielle, a réalisé un premier tour de table d’1,1 million d’euros fin 2016 et envisage une nouvelle levée de fonds fin 2018. Aujourd’hui, elle compte 10 grandes marques clientes françaises et étrangères. « En 2019, nous voulons nous internationaliser pour scaler », explique Célia Poncelin, Marketing & Communications manager, ravie de l’expérience vécue avec LVMH. « Gagner ce prix l’an dernier nous a mis en relation avec plusieurs personnes dans les Maisons du groupe pour co-construire notre solution, reconnaît-elle. Cela nous a apporté une visibilité énorme, y compris aux Etats-Unis et en Asie, en plus d’une réelle légitimité dans l’industrie. »

Un peu plus loin, on retrouve Dorian Ciavarella, CEO d’Hivency, une plate-forme de shopping gratuit pour influenceurs (dans 7 langues). Là aussi, le lien avec LVHM a boosté l’entreprise qui affiche plus de 50 000 influenceurs en ligne, présents dans 137 pays et de nombreuses marques clientes (de luxe, mais aussi de la distribution, du sport, du voyage…). Aujourd’hui, la start-up parisienne compte 30 collaborateurs, a réalisé une première levée de fonds en septembre dernier, mais envisage déjà de renouveler l’expérience en levant cette fois entre 3 et 4 millions d’euros d’ici à cet été.

De même pour la magnifique start-up Sericyne, créée en 2015 par Clara Hardy et Constance Madaule, qui après avoir ouvert une unité de vers à soie dans les Cévennes poursuit son développement et envisage également une nouvelle levée de fonds cette année. Leurs vers ne produisent plus des cocons, mais directement des formes à plat ou en volume. Vendu en BtoB à de nombreuses marques de luxe, cette soie est utilisée dans la mode, la décoration et le packaging. Décoiffant !

 

Première promotion : 23 start-up accompagnées depuis novembre dernier

La plate-forme de la start-up parisienne Hivency propose gratuitement des milliers de produits à 50 000 influenceurs, présents dans 137 pays.

• Intelligence artificielle : Alcméon, Heuritech et SouthPigalle

• Réalité Augmentée / Virtuelle : Orbis, SkyBoy, VisioPM et V-Cult

• Internet des Objets : Aryballe Technologies, Aveine, BioWatch, Euveka et Kuantom

• Retail & E-commerce : Cappasity, Kronos Care et Memomi

• Blockchain & Lutte contre la contrefaçon : Cypheme et VeChain

• Personnalisation / Social & contenu : Hivency, SmartPixels et Smartzer

• Matières premières et Développement durable : Daumet, Sericyne et Woodoo

60 % d’entre elles ont levé 25 millions d’euros au total.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *