Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Identifiez-vous pour lire l’intégralité des articles premium et accéder à l’ensemble de nos ressources.
Pour recevoir les dossiers thématiques par mail, inscrivez-vous !
Je m'identifie

Cet article fait partie du dossier

Dossier : Co-innovation/Alliances - En route pour la « Start-Up Nation »
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

[Vivatech2018] Emmanuel Macron, les Gafa et Vivatech

« La France, Start-up Nation », vous y croyez ? Vous allez être servis ! Cette semaine, Emmanuel Macron reçoit à l’Elysée tous les grands patrons de la TECH mondiale, la veille de l’ouverture du salon Viva Technology, dont la troisième édition se tiendra du 24 au 26 mai, porte de Versailles à Paris.

Emmanuel Macron, les Gafa et Vivatech !

Le président Emmanuel Macron
© @CCI_Innovation

Le président Emmanuel Macron accueillera cette semaine à l’Elysée les patrons emblématiques de la Tech mondiale. A commencer par Mark Zuckerberg (Facebook) qui répondra, demain à huis clos à Bruxelles, aux questions des élus européens sur le scandale Cambridge Analytica et autres fake news !

Antonio Tajani, président du Parlement européen, l’a annoncé lui-même sur Twitter : « Nos citoyens méritent une explication complète et détaillée. Je salue la décision de Mark Zuckerberg de comparaître en personne devant les représentants de 500 millions d’Européens. C’est un pas dans la bonne direction pour rétablir la confiance », a-t-il écrit. En France, le nombre de personnes dont les données privées ont été capturées dépasse les 200 000.

 

Le lendemain, Marc Zuckerberg, qui veut plus que jamais montrer sa détermination à agir face à l’entrée en vigueur, le 25 mai, du règlement européen sur la protection des données (RGPD), rejoindra les patrons de Microsoft (Satya Nadella) Uber (Dara Khosrowshahi), IBM (Ginni Rometty) ou encore, SAP (Bill McDermott), Young K. Sohn (Samsung), Brian Krzanich (Intel), Alexander Karp (Palantir)… à la table de l’Elysée (un peu dans l’idée de Choose France), puis au salon international VivaTech où Emmanuel Macron s’exprimera le jeudi matin. Lors de cette troisième édition y sont attendues des milliers de start-up et près de 80 000 visiteurs (contre 68 000 l’an dernier).

Cette cinquantaine de grands patrons auront notamment rendez-vous avec des investisseurs, plusieurs membres du gouvernement, des dirigeants français (La Poste, SNCF, RATP, Sanofi, BNP, Thales…) et des intellectuels pour réfléchir ensemble sur les bénéfices liés à l’innovation technologique, la protection de la vie privée, les règles sociales, la lutte contre la haine, la désinformation ou la fiscalité… (le sommet est intitulé « Tech for Good »). Des acteurs africains seront également présents pour marquer l’importance du développement technologique de ce continent, dont le président du Rwanda Paul Kagamé.

Un salon international à l’image du CES de Las Vegas

Le président français cherche ainsi à ouvrir un dialogue avec les géants mondiaux du secteur avec lesquels il compte bien « avoir des discussions parfois franches et directes », ont précisé les conseillers de l’Elysée. A voir en effet ce qui en sortira au vu des derniers scandales (tel Cambrige Analytica) et de la montée fulgurante de l’intelligence artificielle où tous ces groupes prennent actuellement des positions plus que dominantes. Le Premier ministre Edouard Philippe présentera le soir même les résultats de leurs travaux.

Le lendemain s’ouvrira le salon VivaTech, qui se veut dorénavant le pendant européen du CES de Las Vegas, le salon de l’électronique grand public et le plus grand rendez-vous actuel de la tech mondiale. Lors de son discours, « le chef de l’Etat devrait aborder largement le thème de l’inclusion, pour que personne ne soit laissé en dehors de développement numérique », a précisé l’Elysée dans un communiqué. « La France sera le pays leader de l’hyper-innovation, avait-t-il promis l’an dernier… Nous allons promouvoir un Etat adapté au XXIème siècle: numérique, innovant et inclusif. »…

Lors de cette troisième édition, VivaTech accueillera 1 800 start-up exposantes et une vingtaine de grands groupes partenaires (dont Orange). Les deux premiers jours seront réservés aux professionnels, le samedi étant ouvert au grand public.

Près d’une centaine de nations seront représentées, notamment africaines (Afrique du Sud, Maroc, Nigéria, Rwanda, Sénégal et Tunisie), le continent à l’honneur cette année avec une centaine de start-up présentes. Un lab dédié sera d’ailleurs organisé en partenariat notamment avec Total, Sanofi et Vinci.

Par ailleurs, au milieu des 150 innovations mises à l’honneur seront largement représentées les nouvelles mobilités, avec le drone-navette Pop.Up d’Airbus, le taxi-volant de Sea Bubbles ou, encore, la voiture volante autonome EVA X01 de la start-up toulousaine Electric Visionary Aircraft (EVA). Plus proche de nous en termes d’usage, on retrouvera également les navettes autonomes de la start-up lyonnaise Navya, d’ores et déjà en test en France notamment à La Défense, sur l’aéroport de Roissy-CDG et dans le Bois de Vincennes, comme dans le quartier Confluence à Lyon.

Pour les passionnés de jeux videos, ils pourront se retrouver à l’Arcade Gaming Park, installé en partenariat avec Ubisoft, pour tester les dernières nouveautés gaming (notamment le Space Junkies). Les étudiants sont aussi les bienvenus à Vivatech. Pour la première fois, les organisateurs prévoient d’en accueillir 20 000 grâce à de nombreux partenariats (Sciences Po, Groupe Ionis, IMT, Telecom Paris Tech, l’Ecole 42, l’EDHEC, l’Université Cergy-Pontoise, l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne…). Des opportunités d’emplois seront également à saisir, à retrouver notamment sur la plate-forme TalentConnect en place depuis la mi-avril…

Enfin, Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique, prononcera à 17H00 le vendredi le discours de clôture du salon, intitulé « Startups, French Tech : la France a besoin de vous ! ». On en saura alors un peu plus sur la nouvelle stratégie de La French Tech, laissée en déshérence depuis la démission, fin 2017, de son patron, David Monteau, aujourd’hui Chief Marketing and Development Officer de Skopai, notamment à l’international.

A lire aussi sur ALLIANCY :


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *