[Vivatech2018] Une édition sur les chapeaux de roue

Emmanuel Macron a inauguré, lors d’un discours majoritairement tenu en anglais, le salon Vivatech 2018 devant un parterre de dirigeants français et étrangers des plus grands groupes mondiaux. Signes forts qui portent son ambition principale : « Replacer la France et l’Europe au cœur d’une nouvelle régulation ».

Vivatech macron-

Emmanuel Macron sur Viva Tech. @guerrierphilip

Les organisateurs du salon – les groupes Publicis et Les Echos – la voulaient « internationale et encore plus importante que l’an dernier » (passant de 68 000 à 80 000 visiteurs), l’édition 2018 de Vivatech a tenu ses promesses.

Du politique au journaliste, de la start-up au grand groupe, jusqu’au grand public le samedi… Tout le monde a pu déambuler trois jours durant dans les allées bondées de la Porte de Versailles, à Paris. A tel point qu’il fallait patienter des heures pour un simple sandwich ou une bouteille d’eau !

Aussi, vu le nombre de personnalités politiques et professionnelles de passage, à commencer par les patrons des géants de la Tech (Ginni Rometty/IBM, Mark Zuckerberg/Facebook, Satya Nadella/Microsoft, Eric Schmidt/Google, Dara Khosrowshahi/Uber…) et ceux de nombreux groupes du CAC 40, les annonces se sont multipliées à un rythme effréné… difficile à suivre si l’on voulait aussi assister aux différents ateliers et conférences.

« Je veux faire de notre pays, ce pays qui va en même temps penser le monde et faire que tous les acteurs de l’internet et des nouvelles technologies du monde entier auront avec nous inventé les règles dont ils auront aussi besoin. » Emmanuel Macron

D’ailleurs, j’ai particulièrement apprécié la scène « CEO Forum », où l’on pouvait connaître à chaque intervention le « résumé » d’une stratégie digitale d’un groupe ou la vision d’un patron sur un sujet donné. Ce fut le cas pour les dirigeants de Valeo sur la révolution actuelle dans l’automobile, de Michelin sur un monde de plus en plus digitalisé, de la RATP sur le bien-être dans la ville, ou encore de Manpower sur les besoins de se former et se reformer tout au long de la vie… Passionnant !

Mais, revenons aux annonces « importantes » dévoilées durant le salon. J’en ai listé plusieurs d’ordre différent que vous trouverez ci-dessous classées par « familles d’annonceurs »…

Les politiques

Emmanuel Macron

  • « On va suivre toutes les initiatives que vous allez annoncer aujourd’hui et nous ferons un suivi tous les semestres sur les progrès faits. C’est une pression pour nous et pour vous. (…) Revenons ici dans un an et ayons chaque année un sommet Tech for Good et mettons la pression sur ceux qui ne font pas partie du club et agrandissons le club. »
  • Le 23 mai, le président français a reçu à l’Elysée une soixantaine de patrons, à l’occasion d’un sommet Tech for Good qu’il souhaite renouveler tous les ans : « Revenons ici dans un an et ayons chaque année un sommet « Tech for Good » et mettons la pression sur ceux qui ne font pas partie du club et agrandissons le club. »
  • « Notre défi est de créer un cadre règlementaire commun au niveau européen. C’est la condition pour avoir une innovation durable. […] Nous sommes en train de créer une souveraineté européenne pour les données personnelles avec le RGPD. Et nous devons faire la même chose pour le cloud et pour l’IA. […] Nous vous mettons dans une situation de savoir quelles sont les règles de jeu. »
  • Le Président s’est également prononcé en faveur de règles fiscales européennes communes qui frapperaient les revenus des géants du net… pour mettre sur un pied d’égalité les grands groupes internationaux et les start-up, qui elles payent leurs impôts en France. En parallèle, il a appelé les grands groupes à venir s’installer et investir en France, mais aussi à s’impliquer dans l’éducation : « Il faut former les gens pendant toute leur vie, il faut prendre part à cette aventure, en investissant dans l’éducation »
  • Concernant l’Afrique, continent à l’honneur cette année sur le salon, le président a annoncé que l’AFD (Agence française de développement) débloquera 65 millions pour financer des petits tickets de 30 000 à 50 000 euros dans les start-up africaines, un investissement porté par l’initiative Digital Africa.
  • Enfin, il a promis des mesures à l’automne pour déployer encore davantage la recherche et l’excellence de la recherche française.

Mounir Mahjoubi

  • Création d’un indice « Next40 » sur le modèle du CAC40. Des référents de La French Tech et de la finance se réuniront tous les six mois ou chaque année pour désigner ces 40 « champions du numérique », de façon à les faire connaître dans le monde entier.
  • Relance de « France Expérimentation », le guichet unique en cas de blocage pour tester une innovation.
  • Création d’un poste de « correspondant start-up » dans chaque ministère.
  • Le « French Tech Visa » sera assoupli pour permettre aux start-up d’embaucher plus facilement des talents étrangers.
  • Ces quatre mesures font partie des « 100 mesures pour simplifier la vie des entrepreneurs », consultables en ligne (simplification, financement, recrutement et international, et mesures spécifiques à certains secteurs, dont la EdTech ou la FinTech).

  • Kat Borlongan est officiellement nommée directrice de la mission French Tech, dont elle pilotera la phase de son développement, plus tourné vers l’international. Objectif : arriver dans le Top 3 mondial.

  • Lancement cet automne des Etats généraux du numérique pour une « régulation intelligente» (fiscalité, droit de la concurrence, droit de la consommation, dépendance aux écrans….).
  • Fonds de 70 millions d’euros pour soutenir les start-up de la DeepTech, porté par le fonds pour l’innovation dans l’industrie.
Kat Borlongan, nouvelle directrice de la mission French Tech.

Kat Borlongan, nouvelle directrice de la mission French Tech. (Five by Five)

 

Les grands groupes

IBM

  • Création de 1 400 emplois en France d’ici à deux ans, qui s’ajoutent aux 400 annoncés en mars dans l’IA.
  • Investissement de 30 millions d’euros sur une initiative d’appels aux développeurs, appelée « Call for Code » et destinée à trouver une solution pour lutter contre l’impact des catastrophes naturelles.
  • Le Crédit Mutuel et IBM annoncent, qu’après un projet pilote réussi, l’utilisation des technologies IBM Watson est étendue à 20 000 collaborateurs dans 5 000 Caisses et Agences pour continuer à renforcer les relations avec leurs clients.

Publicis

Création d’un assistant numérique professionnel (Marcel) pour permettre à ses 80 000 collaborateurs du monde entier d’échanger et collaborer.

Uber

  • Assurance sociale gratuite (maladie, accident du travail et hors travail), à ses 150 000 chauffeurs et coursiers dans 21 pays d’Europe (dont 35 000 en France) en partenariat avec Axa.
  • Investissement de 20 millions d’euros dans un centre de R&D à Paris pour concevoir des « taxis volants » (programme Uber Elevate), soit des véhicules aériens tout-électrique à décollage et atterrissage vertical. On y travaillera également sur la gestion de l’espace aérien, les batteries ou les systèmes de charge.

Microsoft

Recrutement d’une centaine d’experts en IA pour favoriser la croissance de cinq secteurs structurants en France : la santé, l’environnement/énergie, les transports, les services financiers et l’agroalimentaire.

Deliveroo

  • Assurance accidents et responsabilité à tous ses coursiers dans le monde
  • Investissement de 100 millions d’euros d’ici trois ans pour étendre son implantation et le nombre de livreurs en France (9 300 aujourd’hui), 2ème marché du groupe britannique.

LVMH

Investissement dans le moteur de recherches Lyst, dédié à la mode qui lance une version française.

 VISA

Création d’un centre d’innovation sur le commerce digital et l’IA à Paris.

SAP

Ouverture à Paris en septembre prochain d’un accélérateur de start-up (SAP.iO), pour accompagner la phase d’accélération d’une cinquantaine de jeunes pousses du numérique sur cinq ans. L’appel à candidatures est officialisé lancé.

Facebook AI Research

  • Financement de 48 bourses et 8 thèses consacrées à l’IA dans quatre universités françaises (soit le double de celles annoncées en janvier 2018 dans le cadre d’une première enveloppe de 10 millions d’euros).
  • Doublement du nombre de serveurs – au nombre de 20 désormais – offerts à des instituts de recherche français d’ici à 2022.
  • Appel à projets destiné à des laboratoires et des associations, qui devront présenter des projets conjoints d’intérêt général.

 

La Poste

  • Sa filiale Docapost est partenaire d’Elsan (2 millions de patients chaque année dans 120 cliniques privées) pour développer des parcours de soins digitalisés coordonnant patients, médecins et professionnels de santé via des plateformes numériques sécurisées.
  • Création d’un assistant digital du patient développé par Elsan et intégrant les applications La Poste eSanté et Digiposte + Ma santé d’ici à la fin de l’année
  • Nouvelle version de « L’Identité Numérique de La Poste », qui permet à chacun d’obtenir gratuitement un identifiant sécurisé pour se connecter aux e-services publics et privés.

RATP

La RATP, avec la SNCF et la région Ile-de-France annoncent Tickizz, une nouvelle billetique sur smartphone, pour cet automne (et une ouverture à tous à l’été 2019).

BOUYGUES/BOSCH

Bosch France et Bouygues Energies & Services ont signé un partenariat afin de développer des solutions pour l’industrie du futur dans une démarche commune associant la performance des solutions technologiques hardware et software et du consulting de Bosch, avec les savoir-faire d’ensemblier et d’intégrateur de Bouygues Energies & Services.

Et quelques start-ups

  • OpenClassrooms s’engage à former 1 million de personnes dans le monde chaque année à partir de 2025. La start-up formera aussi les 250 000 intérimaires de Manpower en France.
  • Isabelle Mashola, CEO d’Isahit, a reçu le Business O Féminin Award 2018, prix qui récompense les entrepreneures du numérique partante pour l’international.
  • La plate-forme Wingly (mise en relation entre pilotes d’avion privés et voyageurs) a remporté le TechCrunch Battlefield Europe.
  • La société française Oyst remporte le « LVMH Innovation Award », avec sa solution d’achat en un clic.
  • 19 start-up ont pitché dans le cadre de « l’AccorHotels Innovation Awards « : La startup de Saint-Laurent-du-Var Cuddl’Up (table connectée) a remporté la compétition.

A lire aussi sur Alliancy

Notre dossier Spécial Coinnovation


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *