Avec Léonard, Vinci montre la transformation de ses métiers

Le groupe Vinci inaugure Léonard, son lieu d’innovation au cœur de Paris, conçu comme un « laboratoire ouvert du futur des villes et des infrastructures ». A cette occasion, les dirigeants du groupe se sont réunis pour présenter chacun à leur tour les changements profonds que connaissaient les métiers de leurs entreprises.

Xavier Huillard, PDG du groupe a intégré Léonard dans une vision plus large de la transformation du groupe.

Xavier Huillard, PDG de Vinci a intégré Léonard dans une vision plus large de la transformation du groupe.

L’innovation au sein du groupe Vinci a enfin sa propre maison. Le géant français a inauguré le 7 juin son « laboratoire » Léonard, sis place du Colonel Bourgoin, dans le 12e arrondissement de Paris, dans les locaux – entièrement rénovés et modernisés pour l’occasion – qui ont, fut un temps, accueilli l’Autorité de Sureté Nucléaire et le premier siège français d’IBM. À l’image du célèbre inventeur, à qui il doit son nom, cet espace de co-working se veut multi spécialité et cumule les casquettes. Il accueillera ainsi les salariés du groupe, mais aussi des étudiants, des chercheurs, des start-up, des experts venus de France et d’ailleurs sur 2000 m².

Vinci profite également de l’ouverture du lieu pour y installer La Fabrique de la Cité, son think tank sur les « transitions urbaines », sa Fondation d’entreprise pour la Cité, ainsi que la Chaire éco-conception Vinci-ParisTech. D’ici fin 2018, le lieu devrait même doubler de taille avec 3500 m² supplémentaires dédiés aux projets innovants du groupe et aux jeunes pousses. Le tout consacré à une réflexion sur l’attractivité et la modernisation des territoires, des villes, et de leurs infrastructures.

L’innovation pour mieux respirer

Philippe Dewost, venu de la Caisse des Dépôts et qui a pris la direction de l’initiative Leonard voilà quelques mois, a donc enfin un lieu d’attache pour renvoyer l’ascenseur aux multiples partenaires de Vinci qui ont accueilli les présentations d’études du projet, ces derniers temps. « Leonard va fédérer un véritable partage avec notre écosystème. Le lieu est conçu pour être une respiration intérieure pour le groupe, mais aussi vis-à-vis de l’extérieur », a expliqué le directeur lors d’un évènement dédié à la presse, la veille de l’inauguration.

À cette occasion, Xavier Huillard, PDG du groupe a intégré Léonard dans une vision plus large de la transformation de Vinci : « Nos métiers sont très anciens, notre entreprise est centenaire… et les observateurs ont vite fait de nous considérer comme moins innovants que d’autres activités, comme si rien n’avait changé depuis 50 ans. Mais la « vieille dame Vinci » est tonique, curieuse et surtout avide d’innovation. Et la transformation de nos métiers est au cœur des grands défis de ce siècle ». Le dirigeant a souligné que le caractère transversal des nouveaux usages de la ville et des territoires – à l’image des véhicules autonomes – obligeait l’entreprise à faire réfléchir ses différents métiers de façon croisée. « Avec 3200 business unit, Vinci est très décentralisée, mais a une capacité à mobiliser ses 190 000 collaborateurs sur le terrain pour avoir des idées. Pour cela, un prix de l’innovation n’est pas suffisant : il nous fallait une approche globale, collective, qui pense le digital mais pas seulement. Comme un système de poupées russes, nous avons donc à la fois des processus « bottom-up » et des couches de coopération transversales », a souligné Xavier Huillard, en précisant que le plus grand enjeu était de trouver l’équilibre entre liberté d’innovation pour créer et contrôle du groupe pour industrialiser.

Tous les pôles de Vinci en action

 

La « Power Road » est une route aménagée pour absorber la chaleur du bitume.

La « Power Road » est une route aménagée pour absorber la chaleur du bitume.

Léonard amène une corde supplémentaire à l’arc de Vinci au côté de structures déjà existantes comme « La Factory » de Vinci Énergies, pour dépasser les expérimentations superficielles, au profit de l’émergence de nouvelles activités et moyens industriels. En ce sens, le numérique n’est qu’un atout parmi tant d’autres à activer pour transformer l’entreprise dans son ensemble, comme se sont employés à le démontrer les directeurs de Vinci Autoroutes, Vinci Concessions, Vinci Énergies, Vinci Construction, Vinci Immobilier et Eurovia (le pôle du groupe spécialisé dans les travaux d’infrastructures routiers, ferroviaires et d’aménagement urbain). Ce dernier a ainsi présenté sa « Power Road », une route aménagée pour absorber la chaleur du bitume, et éviter par exemple les îlots de chaleur urbains, pour ensuite se réchauffer, en hiver notamment. L’entreprise a un déploiement déjà opérationnel de cette technologie, signé avec Pontarlier (Doubs), qui permet de déneiger automatiquement le parking le plus utilisé de la ville. D’autres usages, notamment pour chauffer le tertiaire, sont également possibles.

Les innovations numériques ne sont cependant pas en reste. Ainsi, au côté d’innovations organisationnelles comme des voies consacrées aux cars et à la multiplication de gares multimodales, Vinci Autoroutes a dévoilé ses premiers fourgons et patrouilleurs connectés. « Le heurt des fourgons qui interviennent la nuit sur les autoroutes sont notre cauchemar. Il en est arrivé en moyenne deux par semaine l’an dernier. Pour mieux protéger nos collaborateurs sur le terrain, nous avons amenés beaucoup d’intelligence dans ces nouveaux véhicules », a témoigné Pierre Coppey, directeur général adjoint de Vinci, pour Vinci Autoroutes. Outre un bras rétractable permettant de déployer les flèches d’alerte lumineuses sur le côté du véhicule à distance, les patrouilleurs profitent désormais d’une vidéosurveillance en temps réel du trafic à l’approche, capable de déclencher des signaux lumineux supplémentaires et une alarme sonore pour prévenir l’équipe environ 7 secondes avant le carambolage. « Demain, nous ajouterons des sections de drones équipés de caméra pour remplacer certaines patrouilles, renforcer la sécurité des hommes et économiser du carburant », précise également Pierre Coppey.

L’intelligence artificielle pour faciliter la vie des métiers

 

Cylcope.ai, la start-up qui développe cette technologie à base de reconnaissance d’images, a été créé sur une initiative de Vinci.

Cylcope.ai, la start-up qui développe cette technologie à base de reconnaissance d’images, a été créé sur une initiative de Vinci.

Autre innovation pour le secteur, l’adjonction d’intelligence artificielle dans les caméras afin d’améliorer la qualité des vérifications des transactions faites aux péages. Un travail ingrat auparavant réalisé à la main par des opérateurs humains. Cylcope.ai, la start-up qui développe cette technologie à base de reconnaissance d’images, a été créé sur une initiative de Vinci, qui est de facto son premier client, avec 20 voies déjà déployées et 120 prévues avant l’été. « L’objectif est de couvrir très vite les 2000 voies éligibles du réseau avec cette nouvelle pratique. Mais d’autres applications existent, notamment dans la détection d’incidents, par exemple dans les tunnels. Aujourd’hui, les opérateurs sont noyés dans des fausses alertes qui éprouvent leur capacité d’attention. Notre technologie permet de se concentrer sur les vraies problèmes, comme un véhicule en marche arrière, et également de corréler différentes alertes entre elles pour mieux comprendre une situation », explique Emmanuel Daubricourt, innovation & business development manager de Cyclope. La start-up, constituée d’une vingtaine de personnes issues d’autres métiers que ceux de Vinci, a vocation à aller trouver des clients à l’extérieur du groupe rapidement.

De telles innovations technologiques, chaque directeur en a quelques-unes en réserve pour montrer comment tous les métiers du groupe évoluent. Pour autant, une attention particulière a également été portée au facteur humain, et à l’enjeu culturel d’acceptation des nouveaux modes de travail. « Petit à petit, nous amenons de nombreux petits changements qui acculturent tous nos métiers au numérique. Nous les avons équipés de smartphone pour qu’ils puissent accéder à H24, notre média d’information temps réel – plus de papier ! – et nous avons également 11 fils Twitter d’information par axe autoroutier ont été créés. Ils ne sont pas alimentés par des community manager ou des communicants, mais bien directement par 150 employés de nos métiers de l’autoroute, qui font cela en plus de leur activité », illustre François-Brice Hincker, directeur de la communication de Vinci Autoroutes.

Le nouveau lieu Léonard va mettre à l’épreuve sur la durée ces nouvelles habitudes  et la capacité à mieux travailler ensemble au sein et à l’extérieur du groupe. Les ambitions sont donc importantes, malgré l’absence d’objectifs chiffrés. Xavier Huillard est prêt à juger de la réussite de la démarche à horizon 5 ans : en voyant des intrapreneurs réussir et faire émerger de nouveaux business crédibles, en assistant à la naissance de joint-ventures entre les entités du groupe sur de nouveaux projets, et en observant le fait que le digital soit enfin banalisé « dans tous les recoins de Vinci ».


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *