Stéphane Decayeux, un patron décomplexant

Présent à la présentation de l’ouvrage, Transformation digitale des ETI, Stéphane Decayeux, patron de l’ETI éponyme et fabricante de boîtes aux lettres en Picardie (650 personnes, 65 millions de chiffre d’affaires en 2018), est revenu sur le processus qu’il a engagé dans son entreprise pour devenir « digital » et les bénéfices qu’il en a retirés.

Stéphane Decayeux, PDG de l'ETI Decayeux,

Stéphane Decayeux, PDG de l’ETI Decayeux

C’est avec beaucoup d’humilité que Stéphane Decayeux a raconté son odyssée, rappelant le désert numérique dans lequel il se trouvait et l’incompréhension ressentie vis-à-vis des propos que lui tenaient certains clients… « Je suis parti en formation à l’ESCP à Paris, explique-t-il. Cela a été très difficile au départ, mais j’ai fini par comprendre.

Il ne faut donc surtout pas avoir de complexe ! En tant qu’ETI née en 1872, notre chance a été de pouvoir combiner numérique et expérience. Pour autant, il faut savoir prendre des risques, il faut oser, former et entraîner ses équipes. »

Le dirigeant a rappelé ensuite les problèmes que cumule son territoire : « Il n’y a pas la fibre et  pour la SNCF, c’est compliqué. Cela génère de gros blocages selon lui pour attirer les talents… Son vrai sujet ! Decayeux compte ainsi créer un espace à Abbeville (Somme) pour attirer plus facilement les compétences nécessaires sur un territoire dont il se dit « viscéralement attaché ».

Et de conclure, que malgré toutes les difficultés rencontrées, il ne regrette rien : « Si je n’avais pas transformé l’entreprise, nous serions morts. C’est tout », dit-il, rappelant qu’au-delà du digital, ce qui lui a permis d’avancer, c’est l’innovation à laquelle il faut penser tous les jours.

Aujourd’hui, après 3-4 années de lourde transformation, Decayeux a totalement changé son business model et propose désormais des boîtes aux lettres connectées et innovantes, qu’il ne vend plus, mais qu’il loue. « Le digital a été une chance pour Decayeux », conclut-il. Il nous a permis de nous réinventer.  Cela a été une formidable remise en cause personnelle, une ouverture d’esprit fondamentale et une aventure humaine unique ». La société a récemment été primée deux fois au CES (smart city et smart home) et aussi en Allemagne.

A lire aussi sur Alliancy : Les ETI haussent la voix


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *