Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Avec le 39BIS, Sanofi mise sur la e-santé

Le groupe pharmaceutique Sanofi a inauguré lundi 4 décembre son laboratoire dédié à la e-santé, le 39BIS, avec l’objectif de co-construire la santé de demain.

Pour Guillaume Leroy, président de Sanofi France, le digital va modifier le système de santé.

Pour Guillaume Leroy, président de Sanofi France, le digital va modifier le système de santé.

L’enthousiasme de l’équipe de Sanofi était manifeste lundi 4 décembre, pour l’inauguration du laboratoire 39BIS dédié à la e-santé. Le groupe a affiché sa volonté, devant la presse et les institutionnels, d’accélérer la conception de solutions numériques pour les patients, les aidants et les professionnels de santé.

Situé au cœur de son campus Val de Bièvre, au 39 bis de la rue d’Arcueil à Gentilly, le lab a été imaginé il y a un an et demi. « L’idée a été portée par une dizaine de nos collaborateurs sur le constat que la e-santé fait beaucoup parler d’elle, mais qu’il est compliqué de réunir autour de la table l’ensemble des acteurs, des grands groupes aux start-up, en passant par les patients », explique Isabelle Vitali, directrice Innovation et Business Excellence, en espérant parvenir à relever ce défi.

Changer la manière de faire de la recherche

Le 39BIS, qui a nécessité un investissement de 500 000 euros, a été créé comme espace d’inspiration, avec un showroom, un espace d’idéation et des outils de prototypage sur 170 m². Sanofi entend s’appuyer sur l’écosystème français pour créer des ponts entre ses salariés et ses partenaires et élaborer des solutions innovantes. « Ce n’est pas un lieu technologique mais de partage », souligne Isabelle Vitali, qui a mis en place des moments de « 39 Minutes » pour parler d’un thème. Un format nommé en hommage au lieu et destiné à travailler en mode agile.  Un service d’accompagnement comprenant des formations ou un programme d’activités dans une approche « test and learn » seront notamment organisés sur des séquences de six mois.

Le lab a ouvert en interne il y a déjà trois semaines pour permettre aux équipes de travailler sur plusieurs sujets. « Nous avons déjà eu plus de 1 800 prises de contact pour travailler sur nos cinq priorités », précise Guillaume Leroy, président de Sanofi France (lire encadré). Sanofi renforce ainsi sa démarche de co-innovation. Le 39BIS a été lancé en partenariat avec de grands groupes (Altran et Cognizant), des start-up (Dmd Santé et Umanlife) et des acteurs de l’innovation (Schoolab France eHealth Tech).

La e-santé représente un marché attractif, dont le chiffre d’affaires s’élèverait selon le Pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (Pipame) à un montant de 2,2 à 3 milliards d’euros par an. « Les technologies numériques transforment le monde dans tous les domaines, observe Guillaume Leroy. La manière de faire de la recherche change et je suis convaincu que le digital va apporter énormément au système de santé et améliorer la prise en charge des patients. » Les initiatives foisonnent sur cette thématique : le « campus des technologies médicales » de la ville de Strasbourg par exemple, dont l’ambition est de regrouper tous les acteurs et métiers des medtech. Autre exemple, la Banque publique d’investissement a annoncé le même jour que Sanofi le lancement de l’accélérateur de start-up HealthTech et d’un fonds de 50 millions d’euros pour financer des projets de santé numérique. Enfin, France Biotech a publié mi-novembre une étude prospective intitulée “La French Health Tech : faire de la France un leader mondial de la santé”, dans laquelle l’association émet des propositions pour dynamiser l’innovation dans le secteur de la santé.

Sanofi a identifié cinq domaines stratégiques sur lesquels travailler avec ses partenaires :

  • La pharmacovigilance : un agent conversationnel enrichi d’intelligence artificiel est mis au point avec Orange Healthcare et Kap Code. A l’état de POC, il sera en test à partir de janvier auprès des médecins généralistes.
  • La vaccination : un programme de sensibilisation est mis en place avec la société lyonnaise Irévolution
  • L’errance diagnostique dans les maladies rares : le serious game Socrate, destiné aux professionnels et créé avec Orange et Schoolab, vise à les orienter vers les maladies rares en fonction des symptômes.
  • Le rôle des pharmaciens d’officine : un MOOC a leur attention sera réalisé avec Tipstank. Le groupe estime que quatre millions de français vont quotidiennement dans une pharmacie pour obtenir des conseils.
  • Le diagnostic des affections cutanées : une plateforme collaborative d’images sera fondée avec Jogl.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *