Cet article fait partie du dossier

Santé : la fièvre numérique
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

La simulation numérique pour améliorer le traitement de l’anévrisme

La start-up Sim&Cure mise sur le développement de logiciels pour améliorer le traitement de l’anévrisme, elle s’est alliée en ce sens avec l’éditeur Ansys pour encourager l’essor de la simulation numérique en santé.

Le jumeau numérique permet de créer plus rapidement des prototypes pour améliorer le traitement d'anévrisme. ©Sim&Cure

Le jumeau numérique permet de créer plus rapidement des prototypes pour améliorer le traitement d’anévrisme. ©Sim&Cure

L’anévrisme cérébrale touche une personne sur 50, elle est à l’origine d’AVC dont 30% mènent à la mort du patient. La start-up Sim&Cure a choisi de s’attaquer à cette problématique. Créée en 2014, elle développe des logiciels analysant le fonctionnement des dispositifs médicaux implantés lors des interventions chirurgicales afin d’en prédire le comportement pour aider le neurologue dans sa prise de décision. Avant l’opération – alors que le patient est sous anesthésie – le logiciel de simulation numérique analyse la déformation de l’artère et son interaction avec les autres vaisseaux afin de pouvoir créer son jumeau numérique, puis montrer l’implant à poser et l’anévrisme superposés.

Pour développer la simulation numérique dans ses applications, Sim&Cure s’est associée dès sa création avec l’éditeur Ansys, spécialisé sur cette thématique. « Notre objectif était de répondre aux problématiques des neurologues. Nous voulions proposer une interface simple qui ne perturbe pas le workflow du patient », explique Mathieu Sanchez, PDG et fondateur de Sim&Cure avec le professeur Vincent Costalat, responsable du département neuroradiologie au CHU de Montpellier. Les équipes des deux sociétés ont travaillé ensemble sur ce projet. « Nous nous sommes servis des possibilités existantes et nous les avons adapté pour permettre de donner en quelques secondes des informations sur le comportement des stents, les dispositifs médicaux insérés », détaille Thierry Marchal, Director for Healthcare, Construction and Consumer Products chez Ansys.

Cet article est réservé à nos abonnés, Connectez-vous !

Vous n’êtes pas encore abonné ?
Vous avez de la chance, la rédaction vous offre un cadeau !
Pour lire en intégralité et accéder à tous les contenus, renseignez votre mail.Je m’identifie