Cet article fait partie du dossier

Santé : la fièvre numérique
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

La santé au travail est-elle équipée pour se réinventer ?

Les services de santé au travail peuvent-ils prendre plus intelligemment le virage du numérique ? La jeune entreprise Padoa en est convaincue et vient de réaliser une nouvelle levée de fonds d’un montant de 20 millions d’euros, pour faire naître une meilleure collaboration entre les professionnels de la santé au travail, les employeurs et les salariés.

La santé au travail est-elle équipée pour se réinventer ?

Cédric Mathorel (assis, en bas à droite) CEO de Padoa et une partie de son équipe

Le système est obligatoire et pourtant, il n’en finit pas de laisser employeurs comme employés sceptiques. La santé au travail fait en effet face aux mêmes enjeux que le reste d’un secteur sous pression, notamment au niveau du manque de médecins ou de la diffusion plus efficaces de méthodes de prévention et de suivi qui suscitent l’adhésion des patients. « Plus encore que d’autres acteurs du secteur, les services de santé au travail qu’ils soient autonome dans les grandes entreprises (SSTA) ou inter-entreprises (SSTI), souffrent d’une mauvaise exploitation de la data » souligne Cédric Mathorel, CEO de Padoa, une start-up française spécialiste de la santé au travail. Il précise : « Ils sont attendus par les employeurs, dont on ne peut nier la préoccupation vis-à-vis de la santé de leurs salariés, que ceux soient pour des raisons éthiques ou économiques, mais qui peinent à s’y retrouver sur les bonnes orientations de préventions ou la façon de s’organiser efficacement. Il manque une « tour de contrôle » pour chaque entreprise et aujourd’hui SSTA et SSTI peinent à jouer ce rôle ».

Cet article est réservé à nos abonnés, Connectez-vous !

Vous n’êtes pas encore abonné ?
Vous avez de la chance, la rédaction vous offre un cadeau !
Pour lire en intégralité et accéder à tous les contenus, renseignez votre mail.Je m’identifie