Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Matériels professionnels : Leasecom se veut « responsable »

L’évolution des nouvelles technologies impose aux entreprises un renouvellement de plus en plus fréquent de leurs équipements. Pour maîtriser ce coût et l’impact environnemental, Leasecom et sa filiale CTR de recyclage propose une solution inédite d’accompagnement.

leasecom Matériels professionnels

Salle technique du CTR où tous les matériels sont nettoyés de leurs données. © Leasecom

Il faut aller jusque dans une zone d’activités classique, située à la frontière de Fresnes et de Rungis au sud de Paris, pour découvrir dans un bâtiment industriel une activité inédite pour un acteur comme Leasecom. Cette filiale du Crédit Mutuel Arkea, spécialisée dans la location financière évolutive d’équipements professionnels*, y dispose du seul site en France dédié au remarketing de produits bureautiques, informatiques et télécoms principalement pour une société de ce type.

En fait, le CTR (Centre technique de remarketing) récupère les matériels arrivés en fin de contrat de location, ou ceux que les entreprises remplacent pour opter pour des équipements plus récents et mieux adaptés à l’évolution de leurs métiers. « Ceci correspond environ à 70 % de notre activité, les 30 % restants concernent le rachat de parcs informatiques complets (non financés en location) que cèdent directement les entreprises en vue de leur remplacement », précise Patrick Morand, patron du CTR. Sachant que la durée de vie d’un parc est de trois ans environ, ça fait beaucoup de matériels à recycler.

Et c’est justement là le métier du CTR : le recyclage. Et ça marche ! Les produits passés par cette usine sont ensuite cédés en majorité à des revendeurs (environ une centaine) via un site de vente en ligne BtoB, soit à quelques PME… Il n’y a pas de revente directe au grand public.

La raison ? « Pour les entreprises, c’est une façon d’optimiser la chaîne de valeur de production. » Donner une deuxième vie à ces matériels répond aussi à la démarche RSE et au concept d’économie circulaire de plus en plus répandue en France.

« Nous traitons environ 65 000 mouvements d’entrées/sorties par an, soit 32 000 pièces de toutes sortes, poursuit le dirigeant. On expédie ensuite en revente entre 2 000 et 3 000 machines par mois. Un volume en hausse de 10 à 15 % chaque année. » Les 15 % de matériels non réutilisables ou définitivement obsolètes sont quant à eux envoyés chez Paprec, avec qui le CTR a passé un contrat il y a trois ans pour gérer leur fin de vie (circuits Emballages et D3E classiques).

Une traçabilité totale

Lors de la visite de l’usine, on se promène entre des alignements d’écrans de toutes sortes, de piles de tablettes et autres smartphones professionnels en attente de nouveaux propriétaires… comme de PC portables et imprimantes également très nombreux. Les produits sont aussi triés par fabricant (Dell, HP, Apple…), sachant que certains matériels sont plus demandés que d’autres.

Dès leur entrée dans la zone de réception sur des palettes en provenance des entreprises, tous les produits sont « tracés » et classés en fonction de leur état, avant leur passage en « salle technique » où quatre experts travaillent à les vider de leurs historiques… C’est-à-dire à nettoyer les données qu’ils pourraient encore contenir. Et, sur ce point, c’est l’ancien propriétaire qui décide du niveau de nettoyage à réaliser.

« Soit nous procédons à un effacement sécurisé des données, explique Patrick Morand. Soit nous remettons ces machines dans leur configuration « usine », sachant que nous ne réinstallons pas de système d’exploitation Windows par exemple. » Une fois nettoyé, tout le matériel est emballé individuellement et prêt à la revente.

Leasecom, maison-mère du CTR, emploie 200 personnes en France dans 8 agences réparties sur tout le territoire (36 000 clients), pour un encours équivalent à 350 millions d’euros et 500 000 équipements installés. Spécialisée donc dans la location financière évolutive d’équipements professionnels, elle travaille avec 1 100 partenaires, vendeurs de matériel neuf, qui proposent à leur client le financement « Leasecom ».

« En 2015, nous avons vu une hausse de 50% des nouveaux contrats, les entreprises préférant ne plus posséder leurs équipements pour optimiser leur trésorerie, explique Franck Genty, directeur du Marketing de Leasecom. Surtout, notre solution leur permet de changer de matériels à loyer constant. »

Les esprits évoluant d’ailleurs très vite, le financement ne concerne plus seulement les matériels, mais également les logiciels. Un exemple : on ne paie son « leasing » qu’à partir du moment où son ERP ou son CRM entre en service… Leasecom travaille pour cela avec de plus en plus d’éditeurs pour leur passage en mode SaaS (Leasecom SaaS) et vient à ce sujet de signer un partenariat avec TECH IN France pour soutenir ses membres dans l’évolution de leur business model.

Quand l’analyse de la data s’en mêle

De même, si le cloud a déplacé le marché de Leasecom sur les éditeurs notamment, la mobilité des salariés impose de plus en plus aux entreprises l’installation de nouveaux parcs de PC portables, de tablettes, de smartphones… Via le fabricant Samsung par exemple, l’offre de Leasecom (Samsung Smart Leasing) permet aux entreprises de se financer. « Les fabricants sont particulièrement intéressés à travailler avec nous, poursuit-il, car nous suivons toute la durée de vie du produit, jusqu’à son recyclage. » Leasecom vient également de signer un partenariat avec la start-up Remade in France.

Mais, courant 2017, Leasecom veut aller encore plus loin, en analysant des parcours de matériels chez ses partenaires. Au-delà de la refonte des extranets de ces derniers, la société travaille à des recommandations aux clients (monitoring des machines…) via son réseau et à l’évaluation de la cotation de reprise de parcs… Une sorte d’« argus » des matériels informatiques. « Nous devons redéfinir l’expérience client, conclut le directeur du marketing, en se posant toujours la question de comment créer davantage de valeur pour lui… ».

* Leasecom travaille sur 14 marchés professionnels, le plus important étant l’IT (informatique, bureautique et télécoms), avec la sécurité (caméras de surveillance…), les métiers de bouche (boulangerie, boucherie…), la restauration, la mesure, le médical, etc.

CTR (Centre technique de remarketing)

  • Création : 1984
  • Depuis 2010, filiale de Leasecom (groupe Crédit Mutuel Arkea)
  • 12 personnes
  • 2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016 (via la revente de matériels)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *