Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Jean-Yves Ferré (Dassault Systèmes) : « Réduire à zéro la différence entre la pièce virtuelle et physique »

Jean-Yves Ferré, directeur technique de Solidworks (Dassault Systèmes) pour l’Europe de l’Ouest, l’Afrique et le Moyen-Orient, explique comment la conception industrielle se transforme.

Jean-Yves Ferré, directeur technique de Solidworks pour l’Europe de l’Ouest, l’Afrique et le Moyen-Orient. ©Dassault Systèmes

Jean-Yves Ferré, directeur technique de Solidworks pour l’Europe de l’Ouest, l’Afrique et le Moyen-Orient. ©Dassault Systèmes

Comment la technologie a influencé cette version de Solidworks ?

Jean-Yves Ferré. Nous nous sommes appuyés sur le tactile ou l’intégration du réel dans le virtuel par exemple pour l’élaborer. L’objectif de Solidworks 2018 est de pouvoir réaliser tout le processus, de la conception à la fabrication, sur le logiciel pour réduire à zéro la différence entre la pièce virtuelle et physique. La fonction 3DInterconnect permet désormais la lecture de fichiers avec leurs métadonnées, toujours sans conversion de format. 

Est-ce que la conception industrielle connaît des changements ?

Jean-Yves Ferré. L’élaboration de maquettes virtuelles se multiplie pour gagner du temps dans les prototypes et éviter les erreurs. Autre tendance actuelle, la réduction de la masse des pièces pour réduire la consommation d’énergie. Pour arriver à de bons résultats, l’optimisation topologique est indispensable. C’est l’utilisation de la pièce qui détermine la forme à concevoir. Pour donner un exemple, cette fonction a permis à l’entreprise de fabrication de pièces détachées automobiles Ringbrothers de concevoir une charnière de capot pour la Chevrolet Camaro 69, réglant ainsi un problème de fermeture.

Est-ce que les industriels ont des attentes particulières ?

Jean-Yves Ferré. Beaucoup nous demandent où en est l’impression 3D. Le fait de pouvoir imprimer des pièces en métal ouvre de nouvelles possibilités. Bien sûr, l’impression 3D ne concerne que de petites séries mais cela permet d’obtenir des formes organiques, en nid d’abeille notamment, que l’on ne savait pas faire jusque-là. Il y a également de fortes attentes en matière de réalité virtuelle et augmentée. Par ailleurs, les entreprises veulent une gestion en ligne pour pouvoir se connecter de n’importe quel endroit dans le monde. 

Retrouvez notre dossierIndustrie : En route vers le futur


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *