Cédric Lynam (Lauak) : « En tant que groupe multisite, il nous était indispensable de nous équiper d’une solution agile »

L’entreprise Lauak, qui produit pièces et ensembles pour l’industrie aéronautique depuis 1975, modernise ses processus et s’engage sur la voie de l’industrie 4.0. Elle élabore notamment un site vitrine au Portugal, comprenant des équipements connectés et de l’automatisation. Cédric Lynam, responsable Transformation Digitale et Lean, explique la manière dont l’entreprise procède. Interview.

Cédric Lynam est responsable Transformation Digitale et Lean chez Lauak. ©Lauak

Cédric Lynam est responsable Transformation Digitale et Lean chez Lauak. ©Lauak

Qu’est-ce qui vous a poussé à mener une modernisation de vos processus ?

Cédric Lynam. Notre groupe connaît une forte croissance de plus de 10 points par an. Nous sommes passés à 180 millions d’euros de chiffre d’affaires et nous poursuivons notre expansion pour diversifier notre clientèle. Dernier exemple en date, nous nous sommes implantés au Canada cet été avec le rachat des activités de tuyauteries et canalisations de Bombardier. Or, notre ERP était vieillissant et il offrait peu de lien entre nos usines. Ces dernières entretiennent pourtant de fortes interactions. En tant que groupe multisite, il nous était donc indispensable de nous équiper d’une solution plus agile, notamment pour traiter un volume important de données ou réaliser des reportings d’activités organisationnelles et financières. Cette demande de modernisation répondait ainsi à un besoin interne de la supply chain tout en s’adaptant à la stratégie d’entreprise pour faire face aux défis du secteur : il est aujourd’hui indispensable de devenir plus agile, de produire les pièces plus rapidement et de livrer nos clients dans de courts délais pour rester compétitif.

Comment procédez-vous pour y parvenir ?

Cédric Lynam. Nous avons commencé par cartographier tous nos processus, avant d’établir une roadmap pour avoir une vision globale des activités du groupe et mutualiser la donnée. Notre objectif est d’harmoniser et de standardiser nos processus. Nous avons ensuite consulté des éditeurs et choisi la solution de gestion d’entreprise IFS Applications 10 pour que nos équipes aient toutes un outil commun. Les capacités de cette solution répondent parfaitement aux spécificités métier de notre activité et elles vont nous permettre d’accélérer la transformation de notre modèle commercial en assurant de nouveaux services à nos clients et ainsi monter dans la chaîne de valeur dans les prochaines années. Après six mois de refonte de nos processus, nous entrons à présent dans la phase de réalisation. Notre usine au Portugal sera la première équipée car nous souhaitons en faire notre site vitrine d’industrie 4.0. Le bâtiment sera achevé à la fin de l’année, il intégrera des lignes automatisées et des équipements connectés.

Le fabricant de pièces et de structures aéronautiques Lauak est implanté en Nouvelle-Aquitaine. ©Lauak

Le fabricant de pièces et de structures aéronautiques Lauak est implanté en Nouvelle-Aquitaine. ©Lauak

Comment ces changements sont-ils conduit auprès de vos collaborateurs ?

Cédric Lynam. Nous considérons comme essentiel l’accompagnement dans cette transformation digitale. Nous avons nommé notre projet Bildu, ce qui signifie « rassembler » en basque. Nous impliquons ainsi étroitement les collaborateurs aux réflexions pour que notre objectif soit dans tous les esprits et que les processus métiers soient optimisés au mieux. Au cours de ce mois d’octobre, des ateliers de découverte seront par exemple proposés aux collaborateurs.

Avez-vous d’autres projets pour le reste de l’année ?

Cédric Lynam. En parallèle à ce projet, nous menons une expérimentation avec l’internet des objets (IoT) sur de la maintenance prédictive et du tracking en temps réel des ordres de fabrication. Nous en sommes actuellement au stade du POC, avec la création d’un data lake. L’IoT nous permet d’envisager des projets sur le long terme en étant disruptifs. Mais il est nécessaire de le mêler à de l’intelligence artificielle pour envisager une maintenance efficace.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *