Vekia veut révolutionner la supply chain dans l’industrie

Vekia, la start-up nordiste, après s’être attaquée aux enseignes du retail, vise aujourd’hui tous les acteurs de l’industrie pour qui l’intelligence artificielle est clairement un moyen de gagner en performance. Philippe Hémard, ancien d’Amazon, vient de rejoindre son board.

Manuel Davy, 45 ans, est ingénieur Centrale Nantes et docteur habilité à diriger les recherches en machine learning. Il a été chercheur à l’Université de Cambridge et au CNRS et a co-créé une équipe de recherche à Inria Lille. Fondateur de Vekia en 2008, et formé à l’entreprenariat à l’Université de Stanford en 2014, il est président exécutif de Vekia, en charge de la stratégie et du développement.

Manuel Davy, 45 ans, est ingénieur Centrale Nantes et docteur habilité à diriger les recherches en machine learning. Il a été chercheur à l’Université de Cambridge et au CNRS et a co-créé une équipe de recherche à Inria Lille. Fondateur de Vekia en 2008, et formé à l’entreprenariat à l’Université de Stanford en 2014, il est président exécutif de Vekia, en charge de la stratégie et du développement.

Vekia sera présent au prochain NRF à New York, le « Retail’s Big Show » qui se tiendra début janvier et où sont présents la plupart des grands acteurs mondiaux du secteur. Mais, cette fois, l’équipe s’installera dans leur Innovation Lab ! « C’est un espace où sont présentées les innovations les plus remarquables et nous allons d’ailleurs y dévoiler une nouveauté », promet Manuel Davy, fondateur de Vekia, pour qui il est impensable de ne pas participer à ce salon.

D’une part, les retailers d’envergure sont nombreux outre-Atlantique et leurs besoins en termes de supply chain sont énormes… Tous veulent se battre pour faire face au géant Amazon devenu, en quelques années, « LA » référence mondiale dans ce domaine.

« Nous voulons devenir l’acteur de référence pour le pilotage des stocks des magasins et des plateformes logistiques », reprend Manuel Davy, pour qui cela n’est plus seulement vrai dans le retail (40 % de son activité) mais aussi dans l’industrie, secteur vers lequel la société lilloise souhaite se renforcer.

« Depuis que nous sommes passés en mode SaaS (en ligne) il y a un an, nous avons mené une transformation profonde de l’entreprise, confirme le dirigeant. Aujourd’hui, notre diversification est actée. Nous travaillons autant sur la maintenance et la gestion des pièces détachées [40% de l’activité également] que sur la planification de la production dans l’industrie, à commencer par celle des biens de consommation, l’automobile et les grands équipementiers [20 %, NDLR]. » Les 40% restants se font dans le retail, son activité « historique ».

La solution suppl.AI de Vekia fait partie des 40 projets innovants sélectionnés par Bpifrance dans le cadre de la première vague du « Concours d’innovation 2018 ». La start-up a reçu dans ce cadre un financement de 1,9 million d’euros.

Vekia souhaite en effet participer à la transformation de tous les acteurs du BtoB, comme ceux des réseaux (télécoms, eau, gaz, électricité…) et du BTP. L’idée ? Les faire passer d’un pilotage empirique de leur supply chain à un pilotage augmenté par la puissance de l’intelligence artificielle basé sur ses solutions technologiques (notamment supply.AI). Tous ces acteurs cumulent en effet quelques caractéristiques identiques que sont la démultiplication des références (il faut désormais l’offre la plus riche possible), le délai (il faut livrer au plus vite) et le prix (et au moins cher).

« Cette prise de conscience est aujourd’hui faite chez les industriels qui veulent, par des solutions d’intelligence artificielle, passer le plafond de verre de la performance. Le marché bascule en ce moment, on veut saisir les opportunités », explique Manuel Davy, qui ne cache avoir déjà beaucoup de contacts et de business en vue. Que ce soit en France, dans les cinq pays limitrophes sur lesquels Vekia (45 personnes aujourd’hui) intervient d’ores et déjà, comme en Asie du sud-est (Singapour).

Philippe Hémard a rejoint le board de Vekia, après 18 ans passés chez Amazon.

Philippe Hémard a rejoint le board de Vekia, après 18 ans passés chez Amazon.

Un expert en supply chain

Pour y parvenir, Manuel Davy s’est adjoint un allié de taille en la personne de Philippe Hémard, qui vient d’intégrer le board de l’entreprise (en tant que « Board Advisor ») après dix-huit années passées chez Amazon, depuis l’implantation du groupe en France (2000), puis pour son développement en Europe et aux Etats-Unis. « J’ai participé à l’expansion de l’entreprise dans toute l’Europe, pour finir par m’occuper de logistique du dernier kilomètre chez Amazon Logistics au niveau mondial pour le groupe », explique-t-il.

Aujourd’hui, l’expert se veut « logisticien conseil », tout en revendiquant ne plus vouloir travailler qu’à mi-temps. « J’interviens auprès d’étudiants dans des formations supérieures sur des sujets stratégiques en logistique, comme je conseille des dirigeants* de groupes ou de start-ups. »

Tous deux se sont rencontrés via un fonds d’investissement et la rencontre a « matché ». « Chez Amazon, j’ai utilisé beaucoup d’IA, mais en tant que user aveugle, précise Philippe Hémard. Aussi, je sais ce qu’on en attend et comment on peut l’utiliser ». De son côté, pour Manuel Davy, « l’IA a un impact réel sur les sociétés, les hommes et leur organisation, sans oublier l’impact environnemental par l’optimisation du transport ». Et d’ajouter, confiant, que la culture d’entreprise de Philippe chez Amazon est totalement compatible avec celle de Vekia.

Après toutes ces années passées chez Amazon, l’expert reconnaît découvrir le monde extérieur… et toute l’avance acquise par son ex-employeur sur le reste du monde. Il revient ensuite sur ce qu’il appelle « l’Amazon Effect » sur le monde industriel, soit le besoin de disposer d’une offre la plus riche possible (qui appelle d’autres outils qu’Excel !) ; le besoin de livrer très vite et le besoin d’un prix au plus juste (il faut optimiser la logistique pour baisser les coûts)…

Engie Home Services, numéro 1 en France de l’entretien et du dépannage des systèmes individuels de chauffage et de climatisation, a intégré l’intelligence artificielle de Vekia pour allouer ses stocks de manière optimale. « Garantir aux techniciens d’avoir la bonne pièce au moment où ils en ont besoin a été notre défi », confirme Stéphane Moillic, directeur Supply Chain de l’entreprise.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *