L’usine Symbiose verra le jour dans le Maine-et-Loire

Lacroix Group a retenu la commune de Beaupréau, dans le Maine-et-Loire (49) pour construire son « usine du futur ». Après PTC, Inventy, Microsoft et Orange, le groupe d’électronique annonce l’arrivée de deux nouveaux partenaires pour l’accompagner dans ce projet, Schneider Electric et ASM.

usine symbiose

(c) Lacroix Group

Un pas de plus a été franchi dans le projet « Symbiose », d’usine électronique 4.0 de Lacroix Group*, qui devrait voir le jour en 2021. Le site sera implanté à Beaupréau, dans le Maine-et-Loire (Mauges Communauté), à proximité de l’actuel à Montrevault, de la filiale Lacroix Electronics.

« Au regard des critères que nous avions fixés, Beaupréau répond à nos exigences : le site est dans une zone commerciale avec, à la clé pour nos salariés, la proximité des crèches, hôtels, restaurants, etc. et proche des grands axes, situé à 45 minutes d’Angers et Nantes. La proximité avec nos équipes est évidemment également un critère de poids dans la mesure où Symbiose s’inscrit dans un renouveau social en plus du défi technologique et environnemental : améliorer la qualité de vie au travail est donc un axe prioritaire », explique dans un communiqué Vincent Bedouin, PDG de Lacroix Group.

Ne reste plus toutefois qu’à obtenir le « go final » en septembre prochain, encore conditionné à la validation des financements. Mais, de ce côté aussi, les choses avancent ! En parallèle, l’ETI industrielle annonce également l’arrivée de deux partenaires stratégiques dans ce projet que sont Schneider Electric et ASM, après PTC, Inventy et Microsoft (qui mettront à disposition leurs expertises et leurs écosystèmes de partenaires spécialisés dans l’intelligence artificielle) et Orange.

« Les solutions de Microsoft, Inventy et PTC permettront par exemple d’analyser bon nombre de données variables lors de la production des cartes électroniques. On pourra ainsi anticiper d’éventuelles erreurs avant qu’elles ne surviennent. Cela permettra de réajuster les paramètres de la ligne de production avant la fin de fabrication de la commande. Autre effet bénéfique de l’IA : les opérateurs pourront mieux anticiper la maintenance des machines », expliquait en début d’année, Emmanuel Thommerel, DSI de Lacroix Electronics. De son côté, Inventy (qui utilise Performer for SAP) récupère des données en temps réel pour benchmarker et optimiser les processus d‘achat, financiers, de supply chain, etc. PTC mettra à disposition sa plateforme IOT ThingWorx pour piloter la qualité de la production. Avec Orange, l’équipementier s’inscrit dans un partenariat de co-innovation pour explorer les usages de la 5G qui pourront notamment être déployés au sein de la future usine, tels que la mise en place d’un réseau indoor pour tester la connectivité ambiante sur le campus industriel ; ou l’optimisation de la chaîne de production grâce à des véhicules automatiques et autres véhicules autonomes connectés en 5G (des usages également testés chez Schneider Electric au Vaudreuil).

 

Concernant l’implication de Schneider Electric dans le projet, ce groupe aura pour rôle spécifique d’aider à la transformation organisationnelle, technologique et culturelle de l’usine actuelle, avant son transfert dans la nouvelle unité pour assurer sa pérennité et atteindre ainsi les objectifs d’optimisation fixés par l’industriel. « Symbiose est un projet qui s’inscrit dans la dynamique de relancer l’activité industrielle en France, témoignent Christophe Boy et Angelo Marranca, Manager et Consultant Lean Management & Transformation Digitale au sein de la Business Unit Industry de Schneider Electric. Notre groupe avait envie de s’associer à ce projet d’industrie du futur, un thème que nous développons au sein de nos propres usines. » Eric Meynet, chef du projet Symbiose, complète : « Schneider Electric est là pour nous aider à la pleine réussite de cette ambition et pour nous fournir les outils de changement de culture, d’optimisation ou d‘accompagnement pour atteindre nos objectifs ».

De son côté, le singapourien ASM, spécialiste de l’assemblage électronique sous l’angle de l’excellence opérationnelle, fournira les machines et solutions logicielles permettant l’assemblage des cartes. « Au sein de ASM SMT Solutions, nous fournissons des machines de sérigraphie de la marque DEK ; des machines d’inspection et des machines de placement de la marque Siplace ; mais, nous fournissons également des solutions logicielles pour accompagner nos clients dans une utilisation optimale de nos machines, et leur permettre de devenir de réelles Smart Industries », explique Stéphane Le Roux, Line Solutions Marketing Manager chez ASM PT.

Monitoring, traçabilité, communication machine to machine, traitement des données … La solution logicielle ASM Line Monitor propose, par exemple, un écran central au-dessus des lignes d’assemblage pour donner de la visibilité aux opérateurs sur les états de remplissage des composants dans les machines, afin de leur indiquer en temps réel à quel moment ils doivent réalimenter la machine. « Cela permet d’éliminer certains arrêts et d’assurer une poursuite de l’utilisation des machines en continu. Avec cette solution, on constate une amélioration du taux d’utilisation des machines de l’ordre de 25 % », explique Stéphane Le Roux. Cette solution, qualifiée de standard chez ASM, est déjà déployée sur l’usine de Montrevault. Toutefois, dans le cadre de la future usine, « Rien n’est encore arrêté et nous imaginons de nombreuses pistes. »

 * Lacroix Group, dont le siège est à Saint-Herblain près de Nantes, est présent en France, Allemagne, Pologne, Tunisie, Espagne et en Italie. Il réalise un chiffre d’affaires de 468 M€. Il est dirigé par Vincent Bedouin, détenu à 70 % par des capitaux familiaux et 30 % coté sur le compartiment C d’Euronext.

A lire sur Alliancy :

Lacroix croit en l’avenir de l’électronique en France

Un écosystème industriel du futur en construction

 

Pour son projet « Symbiose », Lacroix Group souhaite s’entourer d’autres partenaires experts. Aussi, l’ETI a lancé un appel à projet à toutes les entreprises, centres de recherches, écoles, institutionnels et autres start-ups qui souhaiteraient s’impliquer dans cette usine électronique du futur, en totale rupture d’un point de vue technologique, social et environnemental. Toute proposition est à adresser à symbiose@lacroix-group.com


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *