Bonduelle récolte les fruits de l’optimisation de sa supply chain grâce à FuturMaster

Bonduelle, acteur historique des légumes en conserve et surgelés, est en train de finaliser son projet de transformation de sa supply chain. Grâce au logiciel de prévision à la demande développé par FuturMaster, Bonduelle entend réduire le gaspillage et améliorer sa prédiction des ventes de produits en fonction des différentes régions du monde.

Bonduelle emploie près de quinze mille personnes et gère cinquante-huit sites de production dans dix pays différents, tous stratégiquement situés pour garantir la fraîcheur et la proximité des clients. Avec plus de 130 000 hectares récoltés dans le monde et plus de 3 000 agriculteurs, Bonduelle produit environ un million de tonnes de conserves par an, 450 000 tonnes de produits surgelés et 350 000 tonnes de produits frais.

Bonduelle emploie près de 15 000 personnes sur 58 sites de production dans dix pays différents. Avec plus de 130 000 hectares récoltés dans le monde et plus de 3 000 agriculteurs, Bonduelle produit environ un million de tonnes de conserves par an, 450 000 tonnes de produits surgelés et 350 000 tonnes de produits frais.

Bonduelle est une entreprise française familiale spécialiste des légumes prêts à l’emploi, sous toutes leurs formes. La société, de 3 milliards d’euros, détient un certain nombre de marques en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, telles que Bonduelle, Cassegrain, Artic Gardens et Ready Pac Foods. Cinq cents variétés de légumes sont disponibles dans sa gamme de produits et distribuées dans plus de cent pays.

« Il existe des différences significatives entre les marchés. Les pays peuvent avoir plusieurs configurations de livraison et de logistique, ainsi que des exigences multiples sur les mentions réglementaires des produits en fonction de la législation locale », dit Nathalie Morandière, S&OP et Methods Leader chez Bonduelle Europe Long Life.

L’entreprise a également reconnu les nouveaux défis liés au marché et au changement progressif du comportement des consommateurs se dirigeant plus vers des produits sains et de production locale : Bonduelle confie son objectif de devenir « le référent mondial qui assure le bien-vivre par l’alimentation végétale ».

« Nous avions besoin de processus supportés par des technologies nous permettant d’anticiper une période continue de 18 mois minimum, afin de pouvoir gérer nos activités en examinant des hypothèses, des risques et des opportunités partagés, et nous assurer que nous pourrions prendre les mesures nécessaires pour combler les lacunes, a déclaré Nathalie Morandière. Avant, nous travaillions en silo, par région ou par département. Nous devions donc transformer notre supply chain avec une approche centrée sur le client. »

Depuis l’installation du processus de gestion de la demande, géré par le logiciel du FuturMaster, Bonduelle est mieux armée pour optimiser ses prévisions de ventes et peut synchroniser la demande locale à travers l’Europe. L’entreprise a achevé le déploiement du logiciel dans toutes les régions en 2018 pour ses entreprises de vente au détail et du secteur alimentaire, avec pour objectif de se concentrer ensuite (en 2019) sur l’amélioration de l’IBP (Integrated Business Planning) qui peut contribuer à la réalisation de ses objectifs de durabilité. Un programme commun est également en place pour améliorer en permanence la précision des prévisions de vente en Europe.

La « transformation digitale de la supply chain de Bonduelle » permet une meilleure compréhension des besoins des consommateurs; une réduction significative des produits obsolètes et des stocks à rotation lente et une amélioration du suivi des ventes pour réussir le lancement des nouveaux produits et innovations. 

La précision des prévisions a été améliorée à court et à long terme. La précision de la planification à court terme devrait augmenter de 10% et celle à long terme est restée stable et très élevée (supérieure à 85%), malgré le passage à une approche plus décentralisée. Il reste encore des défis et des variations dans les différentes régions et une volatilité de la gamme de produits, avec des détaillants plus petits stockant moins de marques, il est parfois plus difficile d’effectuer des prévisions et de partager des données. Les marques de distributeur ont également tendance à nécessiter une approche plus réactive, a-t-elle ajouté.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *