Cet article fait partie du dossier

Transport & logistique : Les mobilités se réinventent
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Numérique et écosystème : nouveau programme de Gefco

Gefco, le géant de la logistique automobile digitalise son offre pour conquérir de nouveaux marchés hors du véhicule neuf. A la fois, il lance l’application Moveecar, développée en interne par sa nouvelle filiale éponyme, pour simplifier le transport transfrontalier de véhicules d’occasion et vient d’absorber la start-up Chronotruck.

Luc Nadal, président du directoire de Gefco

Luc Nadal, président du directoire de Gefco

Le 1er novembre dernier, Moveecar a vu le jour au sein du groupe Gefco. L’occasion pour ce géant de la logistique automobile de présenter son plan de déploiement des services de cette filiale dédiée à la logistique des véhicules d’occasion et, plus largement, de sa nouvelle stratégie digitale avec également l’intégration de la start-up Chronotruck.

Moveecar, le « logisticien as a service » veut accompagner la transformation des usages de la mobilité en faisant de l’utilisation des véhicules une expérience sans contraintes. Cinq prestations différentes sont ainsi proposées aux acteurs du marché dans une logique BtoBtoC (constructeurs, loueurs, leaseurs, concessionnaires…), qui vont du stockage, au transport, à l’inspection, en passant par la réparation et la gestion des documents administratifs… jusqu’à, dès le courant du deuxième semestre 2020, des services « in-life » au service de l’expérience client (concierge, car caring…).

Accompagner l’ensemble du cycle de vie d’un véhicule

Ces prestations s’additionneront peu à peu dans les différents pays (France, Royaume-Uni et Portugal dès à présent ; puis Allemagne, Italie et Espagne… l’an prochain) où le groupe est déjà présent. L’idée de l’entreprise dirigée par Dominique Masutti est de proposer du transport à l’unité, une activité totalement nouvelle chez Gefco. « En dix mois, une centaine de véhicules d’occasion ont été pris en charge, explique le dirigeant. Cela nous a permis de calibrer notre plateforme et de gagner en appétence vis-à-vis des partenaires qui constitueront ce nouvel écosystème. »

 Moveecar, qui compte déjà 25 collaborateurs (dont de nombreux développeurs) installés dans de nouveaux locaux au cœur du Quartier du Sentier à Paris, s’appuie également sur une équipe d’une dizaine de commerciaux chez Gefco en Europe afin d’élargir son réseau de partenaires (une trentaine aujourd’hui) qui interviendront sur les véhicules à traiter… Un accord avec un réseau de carrossiers par exemple sera bientôt annoncé comme des prestations de livraison de véhicules à l’unité partout en France… Tout cela organisé depuis la plateforme Moveecar. A terme également, chacun des services industriels de Gefco deviendront accessibles aux particuliers pour leurs besoins propres. « Lorsqu’on regarde les volumes, 45 millions de véhicules changent de propriétaire chaque année, contre 12 millions d’achats en neuf. Si un tiers de ces transactions réalisées sur les véhicules d’occasion appellent ce type de services, cela représente un potentiel de 15 millions de véhicules à traiter… », estime confiant Luc Nadal, président du directoire de Gefco.

 L’IA au programme

Cette plateforme en ligne, entièrement développée en interne, est ainsi une évolution importante pour le groupe, qui revoit pour l’occasion toute sa stratégie « IT », dans une logique de plateforme et d’API ouvertes à ses partenaires. « Nous avons fait le pari de devenir une entreprise phygitale, détaille cette fois Emmanuel Arnaud, vice-président commerce et marketing chez Gefco. Si notre réseau d’agences et les compétences des salariés de Gefco sont notre force, nous voyons bien que nos outils digitaux permettent d’aller plus loin dans l’automatisation du quotidien et complète leur savoir-faire pour fidéliser nos clients et rendre nos services plus efficaces. »

Alliancy Connect : j’actionne cet article !
 
Vous voulez témoigner ? Rencontrer cette personnalité ? Approfondir ce sujet qui est prioritaire pour vous ?

 

De fait, les déploiements en ce sens se multiplient, notamment pour la nouvelle filiale Chronotruck, issue quant à elle du rachat de la start-up éponyme spécialisée dans l’optimisation du transport et l’amélioration du rendement, fondée il y a trois ans et demi par Rodolphe Allard. Aujourd’hui directeur général de l’entreprise, ce commissionnaire de transport compte poursuivre le développement de sa plateforme de fret 100 % en ligne (9 000 expéditeurs actifs et plus de 7 000 transporteurs inscrits) en s’appuyant sur quatre algorithmes d’intelligence artificielle permettant une simplification d’usage pour les utilisateurs, chargeurs comme transporteurs. « Sur notre plateforme, 95 % des commandes trouvent une solution en un temps record », précise-t-il.

Gefco veut devenir l’un des acteurs les plus innovants de la transformation de la supply chain.

Déjà disponible en France et en cinq langues, Chronotruck sera lancée en Pologne et Belgique début 2020, puis dans le reste de l’Europe par la suite ; y compris en Russie, en Afrique du Nord ou en Amérique latine en 2021. Le module de connexion par API sera également une étape importante dans le développement, avec la connexion de la plateforme avec les solutions logicielles TMS (transport management system) et une nouvelle application pour les flux traités en pooling. « Le fait d’avoir rejoint Gefco renforce notre crédibilité et permet de créer davantage de synergies entre nous. Mais notre filiale, qui reste indépendante, va se développer sur des marchés où Gefco n’est pas présent et, surtout, reste ouverte à tous les transporteurs », conclut Rodolphe Allard.

Pour autant, cette nouvelle stratégie, plus diversifiée et digitalisée, n’est pas sans relation avec la situation actuelle du marché de l’automobile… Après la forte activité de ces deux dernières années, Luc Nadal anticipe en effet un retournement mondial dans son secteur l’an prochain qui devrait peser sur le groupe… « Nous digitalisons notre offre pour conquérir de nouveaux marchés très fragmentés, reconnaît-il, auxquels nous avions peu accès jusqu’ici ». D’ailleurs, annoncée il y a un an par ses actionnaires russes (RZD) et français (PSA), l’introduction en bourse de Gefco n’est plus non plus à l’ordre du jour.

Un groupe mondialisé de 70 ans

  • 314 implantations dans le monde
  • Présence dans 47 pays
  • Chiffre d’affaires 2018 : 4,6 milliards d’euros
  • 15 000 salariés
  • Le constructeur automobile PSA, ancien propriétaire, est toujours actionnaire à hauteur de 25 %. Mais, depuis 2012, il a été rejoint par les chemins de fer russes RZD, qui possèdent les 75 % du capital restants.
  • Président du directoire : Luc Nadal, un polytechnicien qui a fait carrière dans les transports ferroviaire, maritime et routier.

 

Un article actionnable « Alliancy Connect »

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *