Cet article fait partie du dossier

Industrie 4.0 : Bel et bien en route
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

SKF France : de la fabrication à la réparation

Le groupe suédois inaugure un centre de service pour couronnes d’orientation à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), sa plus grande implantation en France. Une étape majeure dans le développement de ses activités qui tend de plus en plus vers l’industrie 4.0.

SKF France inaugure un centre de service pour couronnes d’orientation à Saint-Cyr-sur-Loire.

SKF France inaugure un centre de service pour couronnes d’orientation à Saint-Cyr-sur-Loire.

Le bâtiment de 2 300 mètres carrés a été spécialement reconstruit pour accueillir une nouvelle activité sur ce site de production de roulements à billes : la rénovation de roulements de grande dimension, des pièces allant de 3 à 6 mètres de diamètre. Des pièces destinées aux exploitants de mines situées sur les cinq continents.

« Ce nouveau Centre de Services pour couronnes d’orientation de SKF en France, basé à Saint-Cyr-sur-Loire, a vocation à réparer et produire des pièces de rechange, est un élément clé de notre nouvelle stratégie », indique le groupe. L’investissement s’est élevé à près de 10 millions d’euros. Déjà, en septembre 2018, après le Centre européen de kits de rechange automobile, le groupe avait inauguré une plateforme logistique de distribution de pièces détachées.

Outre l’utilisation d’appareils de mesure 3D et de machines digitalisées et autonomes, ce nouveau centre a la possibilité de suivre le comportement des couronnes à distance et en temps réel grâce à des capteurs installés dans les roulements. Ce qui permet d’identifier une défaillance avant même qu’elle ne survienne et de privilégier la réparation plutôt qu’un remplacement par du neuf, réduisant ainsi les délais d’approvisionnement jusqu’à 50 % et la consommation d’énergie jusqu’à 90 %.

Cette conscience grandissante, associée aux progrès considérables de son outil industriel en matière de digitalisation conduit le groupe à imaginer de nouveaux modèles d’affaires, complémentaires à la vente de produits et basé sur la rémunération de la performance des équipements industriels. Ainsi, SKF va de plus en plus vers les services, les clients ne voulant plus simplement acheter des pièces, mais avoir un « système complet » parfaitement disponible et opérationnel en continu. Le groupe leur propose donc de fixer des indicateurs de performance en fonction de leurs besoins et de leurs priorités (production, fiabilité, durabilité, stocks, etc.) et de conditionner sa rémunération à l’atteinte de ces objectifs prédéfinis.

Les deux parties signent un contrat de performance et s’entendent sur le versement d’honoraires ou de loyers (mensuels ou trimestriels). Ce que SKF appelle le REP (Rotating Equipment Performance) pour désigner la « performance des équipements tournants ».

Des données pour la maintenance prédictive

L’entreprise s’appuie pour y parvenir sur une organisation qu’il estime « triplement vertueuse » : des services et produits optimisés pour tendre vers un meilleur fonctionnement des équipements, tout en réduisant considérablement les coûts et l’impact environnemental.

SKF est ainsi capable de surveiller à distance l’état des équipements en temps réel, et donc de délivrer à ses utilisateurs des diagnostics immédiats. L’idée étant de capter, d’analyser, de prévoir et d’améliorer. Cette récupération automatique de données (température, vibrations, etc.) favorise la détection des signaux faibles dès leur apparition : ce qui permet à l’industriel de faire de la maintenance prédictive et de formuler des recommandations comme définir un mode de fonctionnement dégradé afin de prolonger sans risque la durée de service de l’équipement, programmer une opération de maintenance, changer le roulement défaillant en le remplaçant par un nouveau roulement neuf, ou décider de le réparer ou de le ré-usiner.

De même, avec 5 millions de capteurs branchés sur ses équipements (130 millions à l’horizon 2030), SKF s’appuie sur une grande quantité de données intelligentes analysées pour booster la performance durable. Le groupe vient d’ailleurs d’acquérir l’entreprise israélienne Presenso (IA) pour accroître encore la puissance de ses algorithmes.

SKF à Saint-Cyr-sur-Loire, l’une des plus grandes entreprises du département d’Indre-et-Loire avec 1 250 salariés, dispose de son propre centre d’ingénierie (SKF Solution Factory France) pour éviter autant que possible de recourir à des pièces neuves quand des solutions alternatives existent ; une plateforme logistique, le centre Européen de kits de rechange automobile et de nombreux départements associés. Une force pour servir des clients présents dans des secteurs aussi divers que l’automobile, l’industrie, la mécatronique…

SKF à Saint-Cyr-sur-Loire : une usine de plus de 80 ans

• 1 250 salariés
• Plus d’une vingtaine de bâtiments répartis sur 30 hectares
• Plus de 60 millions de roulements produits par an
• En 2018, SKF en France a réalisé un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros avec un effectif de près de 3 000 collaborateurs.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *