Une usine pilote de batteries européennes pour véhicules électriques

A l’usine Saft de Nersac en Charente, les groupes Total, au travers de sa filiale Saft, et PSA avec Opel, mettent en commun leur savoir-faire pour développer en Europe une activité de production de batteries pour véhicules électriques 

Fin 2021, une première unité de fabrication régulière de batteries lithium-ion devrait voir le jour fin 2021 sur l’un des sites du Groupe PSA à Douvrin (Pas-de-Calais) avec 2 000 emplois à clé à l’horizon 2029

Fin 2021, une première unité de fabrication régulière de batteries lithium-ion devrait voir le jour fin 2021 sur l’un des sites du Groupe PSA à Douvrin (Pas-de-Calais) avec 2 000 emplois à clé à l’horizon 2029

Prochainement, les groupes Total, au travers de sa filiale Saft, et PSA avec Opel, créeront une société conjointe dénommée ACC pour Automotive Cell Company. Son objectif ? Mettre en commun leur savoir-faire pour produire dès 2023 en Europe des batteries pour véhicules électriques. Le sujet est d’importance puisque le chef de l’Etat a fait le déplacement hier pour poser la première pierre de l’usine. Une manière également de saluer sa politique économique : « L’Airbus des batteries » est officiellement lancé a déclaré Emmanuel Macron. 

Ces batteries seront « au meilleur niveau technologique en termes de performance énergétique, tant en termes d’autonomie que de temps de recharge, et présenteront un bilan carbone meilleur que la concurrence de façon à établir une nouvelle référence en Europe », indique le communiqué. 

La première étape du projet est relative à des activités de R&D, y compris la construction d’une usine pilote de 24 000 mètres carrés sur le terrain de l’usine de Saft à Nersac (Charente). La France devrait ainsi investir près de 700 millions d’euros pour financer ces recherches et le développement industriel du projet. Le démarrage de l’usine pilote, prévu mi-2021, représente un investissement de 200 millions d’euros. Environ 200 emplois hautement qualifiés seront ainsi créés en Nouvelle-Aquitaine pour la mise au point, la qualification et l’industrialisation de nouvelles technologies de batteries lithium-ion haute performance.  

 

Une fois achevée, cette première étape permettra de décider de l’investissement dans une usine à plus grande échelle (8 GWh dans un premier temps et 24 GWh à terme), cette fois implantée dans les Hauts-de-France, puis une seconde usine à Kaiserslautern (Allemagne) de même capacité. Au total, la capacité cumulée devrait atteindre à horizon 2030 les 48 GWh, ce qui représenterait la production de 1 million de batteries par an (10 à 15 % du marché européen). Aussi, la société ACC sera créée entre Saft et PSA/Opel sur une base 50/50 pour la ligne pilote quand, en phase industrielle, la part de Saft sera limitée à 33 %. 

Faire face aux producteurs asiatiques 

In fine, ce sont près de 5 milliards d’euros qui nécessiteront d’être mobilisés pour réaliser l’intégralité du programme, qui sera soutenu par les autorités publiques françaises, allemandes et européennes dans le cadre d’un projet IPCEI autorisé par la Commission européenne. Outre la France et l’Allemagne, les savoir-faire de groupes industriels proviendront aussi de Belgique, de Finlande, d’Italie, de Pologne et de Suède. Au total, ce programme compte octroyer 3,2 milliards d’euros d’aides publiques à un consortium de grandes entreprises et de PME dans ce secteur clé pour l’avenir de la filière automobile et la souveraineté européenne dans ce domaine. 

« L’accélération du développement de la mobilité électrique offre à Total, au travers de Saft, une opportunité supplémentaire de croissance et d’engagement pour une économie décarbonée », a déclaré Patrick Pouyanné, PDG du groupe. Quant à Carlos Tavares, président du directoire du Groupe PSA, il a précisé : « Je suis persuadé que ce projet permettra de créer un acteur de référence du développement et de la fabrication de cellules de batteries automobiles en Europe. » 

A lire aussi : Le potentiel des technologies autour de la mobilité électrique

Le marché européen des batteries automobiles est estimé à environ 400 GWh en 2030, soit 15 fois le besoin actuel, correspondant à plus de 7 millions de véhicules électriques. Dans ce cadre, les constructeurs automobiles européens doivent définir leur stratégie en matière d’approvisionnement de batteries, celles-ci représentant plus du tiers de la valeur ajoutée d’un véhicule électrique. Actuellement, seul 1 % de la production mondiale de cellules lithium-ion émane de l’Union européenne, alors que le marché mondial des batteries auto pourrait atteindre 45 milliards d’euros en 2027, dont 20 à 30 % en Europe. 

Premier parc automobile électrique mondial, la Chine est d’ores et déjà équipée d’usines de batteries, représentant 217 GWh de capacités de production (contre 50 GWh outre-Atlantique et 12 GWh en Europe). 

Saft, spécialiste des batteries de haute technologie pour l’industrie depuis maintenant 100 ans, fournit à ses clients des batteries d’une durée de vie toujours plus longue, pour l’alimentation de secours et la propulsion de leurs applications critiques. Présent dans dix-huit pays (14 usines), l’entreprise compte 4 500 collaborateurs dans le monde pour un chiffre d’affaires de près de 800 millions d’euros en 2018. 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *