IA : Bruno Le Maire virulent, aux côtés de Criteo

Jeudi 3 octobre, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, était présent aux côtés de Jean-Baptiste Rudelle à la journée « IA » organisée chez Criteo pour le premier anniversaire du centre de R&D parisien de la licorne française. L’occasion pour le ministre de repréciser la stratégie du gouvernement en la matière.

IA : Bruno Le Maire, chez Criteo ce matin, de plus en plus virulent

Ce matin, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, était présent aux côtés de Jean-Baptiste Rudelle à la journée « IA » organisée chez Criteo.

« L’intelligence artificielle (IA) est une question existentielle pour nos nations. Au XXIème siècle, les nations qui pèseront sur la scène internationale seront celles qui maîtriseront l’IA. Les autres seront vassalisées et perdront leur souveraineté ! » Bruno Le Maire n’a pas mâché ses mots chez Criteo ce matin, société créée par Jean-Baptiste Rudelle et qui fête aujourd’hui la première année de son centre de recherche parisien en IA*.

Le gouvernement a annoncé déjà depuis quelques mois une stratégie nationale dans ce domaine. Le ministre a donc rappelé encore l’importance d’investir encore davantage dans cette technologie ; de développer la formation et de bâtir une intelligence artificielle à la française, respectueuse des droits des utilisateurs. Soit prendre une voie différente de celle choisie par les Etats-Unis ou la Chine.

Pour y parvenir, un plan « Intelligence artificielle » est en cours de déploiement d’ici à 2022. D’ailleurs, était inauguré, jeudi 3 octobre, le Paris Artificial Intelligence Research Institute (Prairie), l’un des quatre « 3IA » (Instituts Interdisciplinaires d’Intelligence Artificielle) porté par le CNRS, Inria, l’Institut Pasteur, l’Université de Paris, l’Université PSL et des industriels annoncés dans ce cadre. Ce réseau d’instituts dédiés devra constituer un hub de recherche au meilleur niveau mondial en IA et surtout, favoriser les échanges de chercheurs entre les secteurs public et privé, considérés comme largement « insuffisants à ce jour » par le ministre.

L’ensemble du plan Intelligence Artificielle représente sur le quinquennat un effort de près de 1,5 milliard de crédits publics, avec une enveloppe de 650 millions réservée à la recherche et une autre de 800 millions aux premiers projets et défis d’innovation de rupture notamment dans la santé, la cyber-sécurité et la certification des algorithmes. 

« Il y a un avantage à ce fonds, a indiqué Bruno Le Maire. Il n’est pas dans le budget, il est indépendant. Avec cet argent, nous voulons surtout financer des technologies de rupture, c’est-à-dire qui ne sont pas toujours rentables immédiatement. » Et de citer pour exemple l’amélioration des diagnostics médicaux par l’imagerie médicale et la certification des algorithmes qui guideront demain une voiture autonome…

Le ministre a également insisté sur le deuxième élément de financement qui est le Crédit d’impôt Recherche. « Il a besoin de stabilité. Nous n’y toucherons pas. Ce sont plus de 6 milliards d’euros qui sont au cœur du succès de la French Tech notamment. »

Pour bâtir une offre française compétitive en IA, il a enfin rappelé les atouts de la France, revenant sur divers éléments du Pacte productif.

#Transfonum - Les décrets d'application du plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (loi Pacte) doivent être publiés avant la fin novembre. Cliquez pour tweeter

« Notre premier défi est la question de la formation, a-t-il indiqué. Il nous faut anticiper nos besoins de chercheurs d’ici à 2025 et former. Nous devons également faire tomber le firewall entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise et établir des liens plus étroits, c’est une de nos faiblesses françaises ! Enfin, il faut développer l’accès des femmes au monde de la tech, au monde des ingénieurs, aux grandes écoles… Il faut la parité, c’est encore un élément de faiblesse ».

Le ministre est revenu aussi sur les données, qu’il considère « comme le carburant de l’IA ». « Ces données doivent obéir à un certain nombre de règles. Il faut un meilleur partage de nos données publiques avec le monde de l’entreprise. Il faut les mutualiser davantage pour que les industriels puissent y avoir accès plus facilement. Pour autant, on ne veut pas que certaines données sortent. Les données politiques et de santé ne seront donc jamais partagées. Nous voulons un modèle français qui protège la vie privée. »

Reste évidemment la question récurrente et cruciale du stockage de ces données… majoritairement réalisée dans le privé à ce jour chez les géants américains du cloud. Concernant les données sensibles, l’Etat souhaite donc mettre en place un cloud de confiance et a mandaté Dassault Systèmes et OVHCloud pour lui faire des propositions d’ici à la fin de l’année.

A lire aussi : Rencontre avec Michel Paulin

« Le Cloud Act est un problème pour nous.  Il faut trouver un accord avec les Etats-Unis sur le sujet. Nous ne pouvons pas accepter que l’on puisse aller chercher des informations sans recours, sans aucune information ! Ce travail sur le stockage se fera à l’échelle franco-allemande », a précisé Bruno Le Marie.

L’importance d’une « stratégie européenne de l’IA et du digital » avec les mêmes valeurs est donc indispensable selon lui, avec des piliers offensif et défensif. « Nous devons investir en Europe beaucoup plus dans ces domaines et mettre en place un fonds pour l’innovation de rupture au niveau européen », soit une union des marchés de capitaux… Pourquoi ? « Il nous faut plus de Criteo ! On ne veut plus financer les start-up pour qu’elles soient ensuite racheter par les Américains. Nous ne sommes pas leur incubateur de start-up. »

Le ministre a conclu sur l’importance de renforcer la législation antitrust. « Il faut des mesures de rétorsion plus efficaces car nous sommes les premiers concernés ». Et s’est ensuite interrogé sur l’intérêt de séparer chez les géants du numérique les activités grand public de la monétisation des données que font ces Gafa…

Libra, le projet de monnaie virtuelle à l’étude chez Facebook, n’a pas non plus échappé aux commentaires : « On doit refuser l’extension à de nouveaux champs d’activité qui pourraient menacer nos Etats, a-t-il lancé. La création d’une monnaie digitale dans les mains de facebook me paraît dangereuse. Elle n’a pas sa place en Europe. Pour autant, nous devons apporter des réponses aux consommateurs sur le coût des transactions… Nous devons travailler sur le projet de monnaie digitale publique ! »

Des réflexions autour de cette dernière seront lancées mi-octobre lors de la réunion des ministres des Finances à Washington pour avoir des projets concrets d’ici à quelques mois.

La réussite de Criteo lui a offert sa conclusion : « Vous êtes un motif de fierté considérable, a-t-il relevé. Mais il faut le porter auprès des autres Français. Il faut le partager ! Car il faut inclure tous les Français dans le succès digital et technologique et ne laisser personne de côté. »

« *100 chercheurs, 20 millions d’euros investis, une grosse puissance informatique installée, dirigé par Romain Lerallut »

Lire aussi sur ALLIANCY :


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *